thrmagazine

Agadir Concert Pour la Tolérance : de quelle tolérance parlez-vous ?


Lundi 8 Octobre 2012

« Des artistes bénévoles pour une manifestation porte drapeau des valeurs d’échange, de diversité et de respect de l’autre », un beau discours qui malheureusement sur le terrain sonne faux. En matière de Tolérance artistique, cela sonne plus faux encore dans la mesure que seulement deux chanteurs étaient les seuls représentants des artistes marocains, sur une trentaine de français et francophones, cela fait trop tout de même.



Concert 2012
Concert 2012
 
 «  Des artistes bénévoles pour une manifestation porte drapeau des valeurs d’échange, de diversité et de respect de l’autre », un beau discours qui malheureusement sur le terrain sonne faux. En matière de Tolérance artistique, cela sonne plus faux encore dans la mesure que  seulement deux chanteurs étaient les seuls représentants des artistes marocains, sur une trentaine de français et francophones, cela fait trop tout de même.
 
  Ce n’est pas la première fois qu’on adresse cette critique au producteur français Electron Libre qui ne semble guère donner un quelconque crédit à ces critiques, dans la mesure où il y gagne bien, sur la tolérance et la crédulité des gadiris. IL va falloir quand même bien lui faire maîtriser ses électrons pour qu’ils sonnent plus justes et plus tolérants. Edition après édition le problème reste le même avec des chanteurs marocains ignorés sauf pour un ou deux par Concert, pour faire de la figuration, comme fut le cas avec Vigon et Sultan cette année.
 
 Le slogan respect de l’autre n’a donc pas sa place dans ce concert. Un respect véridique voudrait que l’on invite quelques chanteurs marocains, dont un ou deux du Souss, pour leur permettre de profiter de la possibilité d’être présents dans une émission de télévision purement française et francophone, retransmise par des chaines de télé françaises, France 2, TV5 Monde etc… L’édition 2012 aura connu l’arrivée d’un nouveau partenaire média, le groupe France Télévisions. Oui c’est bon, que va-t- elle apporter pour Agadir et pour le Maroc ?
 
  Le Maroc donne tout et apporte tout pour la réussite de ce Concert mais en contre partie ne récolte pas grand chose : ni reconnaissance de la part du producteur qui fait de cette émission de télé, à travers le concert d’Agadir,  avec une belle plateforme pour ses artistes et pour finaliser et approfondir ses contrats commerciaux avec eux. On a demande à Yannis d’Electron Libre, de présenter à la veille de chaque édition, dans une conférence de presse, les retombées médiatiques ( audimat, heures de diffusion, horaires, impact sur les téléspectateurs etc…), jamais il n’a osé de le faire. En plus il se prend pour quelqu’un en dehors de tout soupçon, apportant un plus pour Agadir. C’est lui l’Electron qui apporte la lumière…
 
  En réalité c’est Agadir qui a apporté un grand plus et des occasions en or pour Electron Libre, depuis 7 ans, suite à l’échec cuisant en Tunisie et à Essaouira. Profitant de la tolérance, de l’indulgence, de la sympathie et du bon carnet d’adresses et de la volonté de donner à Agadir une occasion de promotion touristique de la destination dans des chaînes françaises, du président de l’Association Pour la Tolérance, Aziz Akhannouch, alors à l’époque président de la Région Souss Massa Draâ, le producteur en a profité pour s’offrir son émission, à l’œil avec une prise en charge marocaine à 100 %.
 
  En effet, la RAM donne un avion (vol spécial Paris Agadir et retour pour transporter chanteurs, techniciens, journalistes et instruments de musique) et 100 billets gratuits svp. 2 M participe gracieusement avec  une régie complète. Les hôtels d’Agadir participent gracieusement  aussi avec l’hébergement et la nourriture des invités, le transport touristique est offert. Le CRT Agadir participe avec Un million de DH, entre autres institutions élues. Les autorités locales sont mobilisées jusqu’au dernier homme avec la Police, la Gendarmerie, les Forces Auxiliaires, la Protection Civile, pour réussir la soirée du Concert et maîtriser une sécurité pour tous. Un travail de titan que le producteur ne dédaigne jamais reconnaître dans des lettres de remerciement et de reconnaissance.
 
  En résumé, pourquoi la destination Agadir  va-t-elle participer et supporter  à 100 % une émission de télévision française sans contrepartie à travers des reportages sur Agadir, des émissions en directe ou en différé sur la Tolérance au Maroc, sur les valeurs de respect des autres dans le Royaume, sur la dynamique institutionnelle du Nouveau Maroc, sur le patrimoine artistique, culturel et civilisationnel du pays, sur la promotion de certains artistes marocains et amazigh en particulier ? A travers Electron Libre, les français prennent tous, les marocains des miettes et le mot est faible. Il va falloir bien revoir tout cela dans un  cadre gagnant – gagnant, basé sur la vraie tolérance et le respect de la partie marocaine avec sa composante Agadir qui reçoit le Concert.
 
  Quant au problème de la distribution des badges et bracelets (qui se pose chaque année et qui laisse beaucoup de mécontents), il ne pourra être bien résolu qu’avec l’implication des locaux. Une commission mixte responsable choisira le meilleur moyen pour distribuer ces fameux badges en fonction de la participation des sponsors, des opérateurs, des élus, mais aussi pour un public large fait notamment  fait par des jeunes. Changer d’agence de communication oui, c’est positif, c’est changer de méthodes de travail avec l’implication des locaux que l’on réclament depuis des années, aussi, en vain.
 
  Il est à remarquer que cette année que l’audience du Concert a été faible justement parce les locaux avaient compris, année sur l’autre, l’enjeu de ce concert qui sert avant tout un producteur et des chaînes de télévision et pas du tout la cause de Tolérance au Maroc. Personne n’est plus dupe, sauf celui qui veut volontairement l’être, pour l’amour de son pays, le Maroc. Si ce n’étaient tous ces jeunes âgés de 15 à 30 ans, avides de distraction grand public, il y aurait peu de monde et encore moins des familles et des pères et mères de familles qui se déplaceraient pour voir des chanteurs français dont la majorité sont inconnues.  Et pour lesquels on a inventé cette émission promotion, hors de France, avec un coût zéro pour la partie française.
 
 En résumé et pour conclure : le « Concert pour la Tolérance » porte-t-il bien son nom ? C’est la question légitime que l’on peut se poser au lendemain de la 7ème édition de l’enregistrement de cette émission de télévision. Car il s’agit bien de cela : sous l’appellation de « Concert », se retrouve finalement la réalisation d’une émission de télévision commerciale destinée en priorité aux chaînes françaises du groupe France Télévision et accessoirement à la chaîne marocaine 2M. Cette émission de télévision sera diffusée vers la fin d’année.
 
  Qui dit émission de télévision, dit « mise en scène » ! En premier lieu, il faut des figurants. Les Gadiris et certains jeunes  habitants des villes voisines jouent donc les figurants à bon compte. Selon les paroles du présentateur ils seraient deux cent mille sur la plage d’Agadir, chiffre qu’on cite à chaque année, chiffre fictif mais qui sonne tellement bien !!! Un public qui vient pour un concert et qui ne comprend toujours pas qu’on l’utilise finalement, souvent sans respect, pour faire de la figuration. Un public qui subit, sans comprendre, les coupures de tournage, les reprises, les présentations d’artistes enregistrées après leur passage, le tournage de la fin du concert en plein milieu de celui-ci (et oui, certaines grandes star internationales ne veulent pas rester sur place jusqu’à la fin des enregistrements).
 
  Tout cela passerait beaucoup mieux si on informait un minimum le public, dans les langues véhiculaires du pays. Or, le présentateur vedette se contente souvent de pratiquer un humour « franco-français », qui passe peut-être bien dans le « château fort » qu’il fréquente quotidiennement, mais qui sonne creux sur la plage d’Agadir face à un public Marocain venu pour voir des artistes et de qui l’on se moque ouvertement. Comment ne pas friser l’incident dans ce cas, comment éviter les sifflements et les cris de désaprobation. Comment ne pas être survolté quand le son passe à l’antenne, mais pas dans les haut parleurs de la plage, comment ne pas s’énerver quand le présentateur rigole avec la régie, que lui seul entend dans son oreillette. De qui rigole-t-il ? On ne le sait pas, donc c’est peut-être du public présent! Le raccourci peut vite être fait ! etc etc… La question à se poser sera certainement la suivante : A qui profite tout cela ?
 
   On entend souvent la même réponse : c’est une vitrine promotionnelle pour la destination Agadir et pour le Maroc. Alors pourquoi ne voit-on aucune image d’Agadir, à part celle de notre « public-figurant » agitant les mains dans l’obscurité de la nuit. Pourquoi ne voit-on pas les artistes visiter tel ou tel point important de notre destination ? Pourquoi aucune émission n’est tournée en marge du concert, sur notre destination. Même pas une carte postale entre le passage de deux chanteurs. Le nom d’Agadir est utilisé pour de vrais objectifs commerciaux ; ce n’est pas de la destination une vitrine. C’est de l’exploitation pure et simple.
 
   Il y a, enfin, à dire et à redire au sujet de ce concert qui doit être revu pour servir la cause touristique d’Agadir et les valeurs de tolérance, de partage et de respect de l’autre, véhiculés au Maroc, depuis des siècles. A bon entendeur, salut.
 
    Mohamed RIAL

Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
016
017
015
014
013
012
011
005
bateaux