thrmagazine

Agadir Développement Durable. Huile d’argan : Quel(s) modèle(s) de responsabilité sociale et d’équité pour les filières d’huile d’argan?


Vendredi 20 Avril 2012

Dans le cadre de la 2eme confèrence sur la Responsabilité Sociale des Entreprises ( RSE) qui se déroulera à Universiapolis à Agadir, l'association Rencontres Solidaires Nord-Sud organise le dimanche 29 avril une table-ronde sur le thème : " Quel(s) modèle(s) de responsabilité sociale et d'équité pour les filières d'huile d'argan".



aganier
aganier

Dans le cadre de la 2 ème conférence sur la Responsabilité Sociale des Entreprises ( RSE) qui se déroulera à Universiapolis à Agadir, l'association Rencontres Solidaires Nord-Sud organise le dimanche 29 avril une table-ronde sur le thème : " Quel(s) modèle(s) de responsabilité sociale et d'équité pour les filières d'huile d'argan". 

 

 

La Table-ronde réunira des acteurs économiques qui expliqueront leurs démarches sociétales s'appuyant sur des labels tels que le commerce équitable, l'agriculture biologique ou l'Indication Géorgraphique Protégée (IGP) Argane. Ces témoignages seront discutés par deux chercheurs spécialisés dans le secteur. L’iniative de cette table ronde est conduite par Eugénie Malandain et Pierre Johnson.
 

    Il est à savoir que depuis une quinzaine d’années, l’huile d’argan est de plus en plus prisée par les entreprises et les consommateurs occidentaux de produits cosmétiques. Selon les chiffres officiels, les quantités d’huile d’argan exportées seraient passées de moins de 40 tonnes en 2003-2004 à plus de 300 tonnes en 2007-2008, les principaux pays importateurs étant la France (78%), l’Allemagne (7,6%) et la Suisse (7%). Ce succès commercial génère des effets positifs incontestables au niveau local : structuration des filières, amélioration de la qualité du produit, renforcement des capacités de production et de commercialisation des entreprises marocaines, valorisation d’un savoir-faire local, envolée du prix de l’huile, alphabétisation des femmes productrices, etc. Néanmoins, d’autres impacts, plus problématiques, accompagnent cette success story et interrogent les principes du développement durable.

 

  Au niveau environnemental tout d’abord, le caractère endémique de l’arganier est un facteur limitant sa production intensive. L’arganeraie s’étend sur plus de 800 000 hectares entre Agadir, Taroudant, Tiznit et Essaouira. Or, la forêt d’arganiers, qui joue également un rôle de barrière face à la désertification dans la région, peine à se régénérer en raison de plusieurs facteurs : cultures intensives d’agrumes qui pompent la nappe phréatique et empêchent la germination du gland ; surpâturage par les éleveurs de chèvres ; urbanisation de la zone, sécheresses de plus en plus fréquentes dans la région, etc. Les dernières études soulignent une perte de 600 hectares de forêt par an. Au niveau économique, la forte augmentation des prix à l’export (multiplié par 6 en 15 ans) a transformé un marché domestique en marché de rente, la population locale n’ayant pas les moyens de consommer l’huile traditionnellement utilisée comme produit culinaire et cosmétique.

  A cela s’ajoute la concurrence d’huiles frelatées et de mauvaise qualité en raison du manque de traçabilité des opérateurs économiques et la perte de valeur ajoutée pour les entreprises marocaines, certaines entreprises préférant transformer l’amidon directement en Europe. Enfin au niveau social, les intermédiaires entre la production et la commercialisation du produit se multiplient ce qui contribue à rendre les filières opaques et augmente les prix sans que les coopératives de production puissent en être bénéficiaires.

 

Afin de remédier à ces problèmes, plusieurs initiatives publiques et privées se sont développées. L’Association Marocaine pour l’Indication Géographique de l’Huile d’Argane (AMIGHA) a mis en place en 2008 un label en vue de garantir l’indication géographique protégée (IGP) de l’huile. L’objectif de ce label est de garantir le développement économique des entreprises productrices et transformatrices locales en délimitant l’aire géographique de l’« Argane ». Le label garantit en outre le respect du concassage manuel, la pression des amandons selon le procédé manuel, (pratiqué ancestralement par les femmes) ou la pression mécanisée (développée par certaines coopératives), le respect des processus de traçabilité, etc.

 

A ce jour, une douzaine de coopérative s’appuient sur le label IGP. A côté de cette initiative publique, d’autres entreprises s’engagent dans des démarches de commerce équitable en s’appuyant sur des labels tels que Fairtrade International ou ESR-Ecocert ou des démarches de responsabilité sociétale. Enfin, un programme de reboisement, géré par le Réseau des Associations de la Réserve Biosphère Arganeraie (RARBA) et soutenu par la direction régionale des eaux et forêt (DREF) a pour objectif de replanter des arganiers sur une surface de 30 000 hectares d’ici 10 ans.

 

Dans quelles mesures ces démarches éthiques, équitables environnementales et géographiques, contribuent-elles à améliorer les impacts sociaux, économiques et environnementaux dans la filière argane ? Sont-elles complémentaires ou en concurrence ? Sur la question de la biodiversité en particulier, ces démarches intègrent-elles la notion de durabilité des sols, élément clef pour envisager une production durable de l’arganeraie dans un tel contexte de croissance ? Le développement de ces initiatives publiques et privées est-il coordonné et régulé par les pouvoirs publics marocains ? Quelle visibilité au final pour les consommateurs ?

  La table ronde a pour objectif de réunir leurs initiateurs et bénéficiaires en vue d’échanger sur leurs effets et impacts. Elle réunira les acteurs clefs engagés dans les filières d’huile d’argan et se revendiquant de pratiques responsables. La participation d’experts et de chercheurs facilitera la mise en perspective de ces pratiques en discutant de leurs impacts. Les échanges entre les intervenants permettront de dresser un bilan des innovations mises en place et d’ouvrir le débat quant aux complémentarités des démarches publiques et privées entreprises. Enfin, la table ronde permettra également d’échanger sur les différentes stratégies de communication mises en œuvre par les différents acteurs en vue de faire connaitre leur démarche aux consommateurs.

Les intervenants débattront autour de trois questions principales :

1.    Etat des lieux de la filière huile d’argan (contexte, chiffres, impacts sociaux, économiques et environnementaux)

2.    Présentation des initiatives commerce équitable, RSE, IGP, Rarba (entreprises et labels)

3.    La place des pouvoir public : quelles sont les formes de régulation désirables et souhaitables ? Quelle visibilité pour les consommateurs ?

Il est à rappeler que la croissance du marché de l’huile d’argan sur les marchés occidentaux des cosmétiques accentue les problèmes de préservation de l’arganier, arbre endémique au Maroc et reconnu réserve de la Biosphère par l’Unesco depuis 1998. Un certain nombre d’initiatives de nature institutionnelle telles que le reboisement de la forêt ou la création d’une IGP (indication Géographique Protégée) visent à concilier croissance économique et préservation de la biodiversité. D’autres démarches privées, se revendiquant du commerce équitable ou de la responsabilité sociétale des entreprises, s’appuient sur d’autres labels et démarches de progrès. Cette table ronde vise à réunir un panel représentatif de ces initiatives publiques et privées afin de les décrire, de les comparer et d’identifier leurs avantages, inconvénients et complémentarités. L’un des enjeux des échanges sera de discuter de la question des formes de régulation souhaitables pour ce marché. L’éclairage par des chercheurs permettra de mettre en perspectives les démarches ainsi que leurs impacts.

Pour toutes informations complémentaires, contacter

Eugénie Malandain - "Rencontres Solidaires"

Portable : 06 84 33 14 08

Email : eugenie_malandain@hotmail.com

 

 

 Med RIAL


Agadir   Développement Durable.  Huile d’argan : Quel(s) modèle(s) de responsabilité sociale et d’équité pour les filières d’huile d’argan?

Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
016
017
015
014
013
012
011
005
bateaux