thrmagazine

Agadir Habitat anarchique : l’hémorragie arrêtée. 3 000 constructions démolies.


Dimanche 19 Février 2012

La ferme volonté de venir à bout de l’habitat anarchique dans la Préfecture d’Agadir Ida Outanane, lancée ces dernières semaines a donné ses fruits. Plus de 3 000 constructions ont été démolies. L’un des plus grands fiefs se trouve dans les Piémonts qui constituait un vrai défi aux règles de l’urbanisme avec des constructions hors normes et des pratiques mafieuses de la part de certains spécialistes de la vente de terrain, a été pratiquement rasé



Agadir     Habitat anarchique : l’hémorragie arrêtée. 3 000 constructions démolies.

 

    La ferme volonté de venir à bout de l’habitat anarchique dans la Préfecture d’Agadir Ida Outanane, lancée ces dernières semaines a donné ses fruits. Plus de 3 000 constructions ont été démolies. L’un des plus grands fiefs se trouve dans les Piémonts qui constituait un vrai défi aux règles de l’urbanisme avec des constructions hors normes et des pratiques mafieuses de la part de certains spécialistes de la vente de terrain, a été pratiquement rasé.

   Il s’agit en effet de mettre fin aux activités d’une vraie « Mafia » de l’habitat anarchique, sans aucun scrupule, allant jusqu’à procéder à des ventes fictives de terrain sur le lit de l’oued, des terrains appartenant aux Eaux et Forêts, dans une zone sismique et même appartenant à autrui. Bien heureusement, il n’y avait pas de forts orages, ni de secousses telluriques ces toutes dernières années, sinon on aurait connu une vraie catastrophique humaine, dans cette zone.

   Il faut rappeler que l’habitat anarchique s’était développé, dans les Piémonts depuis des années, allant en augmentant, sans que les autorités ni les élus puissent circonscrire le phénomène. En 2011, avec les conséquences du Printemps Arabe, l’avènement d’une nouvelle constitution et celle des élections parlementaires, les choses n’avaient fait qu’empirer. Et ce n’était pas uniquement des gens de couches défavorisées qui s’adonnaient aux constructions anarchiques et illégales, mais aussi des personnes bien aisées, devenues de « vrais entrepreneurs immobiliers » spécialisés dans l’habitat anarchique. Constructions en dur, sur trois étages, l’affaire était juteuse et l’argent coulait à flots.

  C’était sans compter de la volonté des autorités, sous l’égide de Mohamed Boussaid, Wali d’Agadir, qui prit le phénomène au sérieux et y mit les moyens de destruction qu’il faut, appuyés sur les procédures législatives et réglementaires qu’il faut. D’ailleurs des réunions de sensibilisations et de coordination entre les autorités locales, les élus et les services compétents se tenaient  depuis longtemps, avec les analyses judicieuses du phénomène et la sensibilisation voire les mise en garde qu’il fallait. Les « opérateurs » spécialistes de l’habitat anarchique, se doutaient qu’un jour les responsables passeraient à l’attaque.

  Voilà c’est chose faite. Mohamed Boussaid, déclara lors d’une réunion récente à ce sujet : « nous avons arrêté l’hémorragie de l’habitat anarchique. Tous les travaux ont été arrêté dans les Piémonts et ailleurs ». IL a tenu à saluer le travail concret et positif des tous les services de l’Etat qui avaient permis à conduire ces démolitions avec succès ( Autorités locales, judiciaires, police, gendarmerie, autorités militaires, Forces auxiliaires, etc…). Il faut dire que la réaction de la population touchée n’était pas du tout conciliante, il fallait à maintes reprises intervenir pour circonscrire les foules et éviter des drames humains.

  La volonté est ferme de la part des autorités pour poursuivre en justice toutes les personnes impliquées dans le phénomène principalement celles qui en font un commerce juteux, des intermédiaires ou des fonctionnaires ayant favorisés des achats et ventes de terrain, à travers des papiers administratifs ou légalisations illégales. D’ailleurs les premières sentences sont tombées, d’autres suivront incontestablement.

     Ceci pour remédier définitivement à ce problème, la solution de la restructuration urbaine de ces zones a été étudiée et va bientôt passer dans la phase d’exécution. C’est ainsi que pour les Piémonts, la restructuration est pratiquement bouclée, avec les financements qu’il faut ( confirma Mohamed Boussaid), afin que la zone puisse intégrer, dans les normes de l’urbanisme, la zone urbaine d’Agadir. En effet, pour remédier aux déficiences du secteur de l’habitat et de l’urbanisme, des mesures adéquates vont être adoptées, avec notamment l’actualisation des plans d’aménagement,  des documents urbanistiques et surtout en facilitant les procédures de construction, notamment dans les zones semi urbaines et rurales.

   Des réunions de coordination et de sensibilisation sont d’ailleurs tenues et le seront encore plus, avec les représentants des associations de population toutes ces zones touchées, des élus, les responsables de l’urbanisme et l’habitat et des autorités locales, pour aplanir les difficultés et lutter d’une manière efficace, à la racine, contre le phénomène de l’habitat anarchique. Les démolitions sont de l’ordre du passé maintenant, place à la reconstruction maintenant, dans les règles de l’art, dans le respect de la réglementation mais également dans la considération des habitants à vivre dans des quartiers qui ne manquent d’aucune infrastructure socio-éducative, nécessaire à tous.

                                                                              Mohamed RIAL


Agadir     Habitat anarchique : l’hémorragie arrêtée. 3 000 constructions démolies.

Agadir     Habitat anarchique : l’hémorragie arrêtée. 3 000 constructions démolies.

Mohamed Rial




Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
016
017
015
014
013
012
011
005
bateaux