thrmagazine

Agadir Tourisme « L’Animation : l’handicap éternel de la destination » 5 è partie


Mercredi 9 Décembre 2015

S’il y a un handicap qui n’a que trop duré dans la destination balnéaire, c’est bien celui du manque d’animation, pour ne pas dire une grande absence d’animation. Tout le monde s’en plaint, mais rien ne se fait de vraiment définitif, bien programmé, bien réalisé et bien varié, et ce depuis des années.



delphinarium
delphinarium
 
    S’il y a un handicap qui n’a que trop duré dans la destination balnéaire, c’est bien celui du manque d’animation, pour ne pas dire une grande absence d’animation. Tout le monde s’en plaint, mais rien ne se fait de vraiment définitif, bien programmé, bien réalisé et bien varié, et ce depuis des années. Les animations qui se déroulent sont passagères et ne cadrent nullement avec la renommée d’une destination touristique qui reçoit à la longueur de l’année des touristes internationaux et nationaux.
   Le manque d’animation grand public à Agadir est un dilemme issu de la position dérangeante de deux grands intervenants dans le secteur du tourisme : la Commune Urbaine et les professionnels. Ils se rejettent la responsabilité, chacun d’entre eux s’exprimant pour dire que ce n’est là pas sa fonction. C’est à l’autre de s’occuper de ce dossier. C’est donc un mauvais héritage qui n’a fait que s’amplifier, au fils des années, du fait d’une mauvaise cordination de ces deux parties.
  La conséquence en est une déception totale chez les visiteurs et les locaux du fait de ne pas voir se dérouler une animation correcte, programmée et diversifiée, dans différentes places de la ville et dans le secteur balnéaire. Avec la réalisation de la nouvelle promenade, tout le monde pensait qu’on allait voir une animation correcte toute la semaine, de jour comme de nuit, pour égayer ce quand nomme communément « la corniche d’Agadir ». En vain.
 Rien n’a bougé à ce sujet, à la nouvelle promenade, amplifié par le manque d’éclairage la nuit côté plage, d’une façon constante et permanente. Eclairage qui a lui seul peut constituer une animation particulière la nuit sur la plage, d’autant plus qu’il faut généralement beau le soir, pratiquement toute la nuit. Mais à qui le dire ? Et qui l’expliquer ? Au risque de nous répéter, les élus assument une grande responsabilité dans le manque d’animation de la ville. C’est l’une de leur fonction, comme partout dans le monde. C’est le cas également pour la promotion touristique et le renforcement de l’image de la destination.
  Les élus ont toujours pensé que les professionnels doivent prendre en main l’animation de la ville et du secteur. Ce qui est archi faux. A chaque fois que les professionnels (hôteliers, transporteurs, agents de voyages ou restaurateurs) sont sollicités pour participer à la réalisation d’une animation, ils ont répondu présents. C’est le cas pour le Festival Timitar, par exemple, unique festival qui fait sortir les locaux et en masse et qui prouve la soif de la population à voir des animations et manifestations  festives plusieurs se passer dans la ville.
 En fait dans la destination balnéaire où les touristes viennent pour passer un séjour de huit jours, voir de deux semaines, l’animation doit être une composante permanente du produit touristique. Un programme d’animation devrait être bouclé toute l’année, été comme hiver, le jour comme le soir. Le grand atout d’Agadir est son climat doux en hiver, frais en été, on peut y organiser plusieurs manifestations d’animation, de tout genre donc à longueur de l’année.
  Deux grandes défaillances alimentent le handicap d’animation. D’abord une absence totale de structures et d’établissements d’animation spécifiques grand public : parcs d’attraction, patinoire, aquarium, zoo, delphinarium, parcs à thèmes, bowling, piscine couverte, musées…En plus, y ajouter,  un manque flagrant d’évènements ponctuels et de manifestations d’animation artistique, culturelle, sportive et distractive type : festival des châteaux de sable, festival de serfs volants, grand carnaval, beach volley, exposition diverses (artisanat local et régional, produit de terroir…).
 Il est évident qu’avec une très bonne coordination entre les différents intervenants locaux, on peut organiser des manifestations d’animation plus importantes et plus attractives qui servent à la fois le tourisme interne et le tourisme international. Nous citerons à titre d’exemple un festival de la Musique Soufie Féminine ; relancer le grand Festival des Arts Populaires Africains (disparu depuis des années) ; Festival International de la Musique Amazigh… Ne pas oublier aussi les manifestations gastronomiques, grand public  tel le Plus Grand Barbecue de Sardines au Monde, le Plus Grand Tagine au monde ( nous sommes au pays des tagines par excellence), Semaine de la Mer. Côte distraction sports spécifiques : course de voitures de collection en ville, course de karting dans le STB, Marathon sur sable etc…
 En fait, ce n’est pas les idées qui manquent au  sujet de la réalisation d’un bon programme d’animation à Agadir. Il suffit de lancer une consultation pour avoir une banque de données en ma matière, faire le tri après pour ce qui peut se faite à court, moyen et long terme. Il est certain que pour que l’opération marche on doit créer une instance ou un organisme local public-privé (un comité permanent dédié à l’animation) qui s’occupe exclusivement de l’animation de la ville constituée par les élus, les professionnels du tourisme, les représentants des associations culturelles et sportives, les autorités, la délégation de la jeunesse et sports, délégation de la culture etc….
  Il ne faut pas exclure, l’apport de l’expertise et du savoir faire de spécialistes étrangers dans le domaine de l’animation grand public, à la fois pour la conception et la réalisation de certaines manifestations. ON ne peut que copier et adapter à nos moyens et à notre contexte, ce que d’autres ont bien réussi, sous d’autres cieux.
   Le cadre des jumelages avec certaines villes étrangères peut apporter beaucoup dans ce domaine : le cas de Tarifa en Espagne, de Tenerife aux Canaries, de Biarritz  en France, Malmö en Suède, Antalya en Turquie … Reste le volet de la réalisation de grandes infrastructures d’animation type aquarium, zoo, parcs thématiques … C’est faisable avec des appels à manifestation internationale ( sur la base de cahiers de charges spécifiques) et le tour sera joué, du fait que le besoin est là, dans une destination touristique qui n’a de choix que d’évoluer avec une bonne animation toute l’année qui va bien renforcer sa promotion et consolider sa renommée touristique.
 ON peut envisager l’organisation d’une journée d’étude sur la problématique de l’animation à Agadir, avec un benchmarking, des interventions de professionnels du sujet , pour sortir avec une bonne synthèse et une feuille de route à exploiter correctement et intelligemment.
A bon entendeur, salut

Mohamed RIAL
«  Quel concept touristique porteur pour Agadir »
                     6 è partie
 


Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
016
017
015
014
013
012
011
005
bateaux