thrmagazine

Agadir Tourisme Promenade en front de mer transformée en vélodrome. Un scandale. A bannir absolument.


Lundi 28 Mars 2016

La promenade en front de mer, appelée communément corniche d’Agadir, est sortie de sa vocation première, sa raison d’être. Il s’agit d’un mauvais dérapage de cette promenade, fierté de la destination. La promenade n’est plus piétonne réservée principalement à la marche pour grands et petits, individuels ou en famille, pour les locaux et les visiteurs. Cette année bien particulière, le phénomène des vélos a enregistré des proportions alarmantes et bien inquiétantes. On les voit circuler partout et n’importe comment…



 
  La promenade en front de mer, appelée communément corniche d’Agadir, est sortie de sa vocation première, sa raison d’être.  Il s’agit d’un mauvais dérapage de cette promenade, fierté de la destination. La promenade n’est plus piétonne réservée principalement à la marche pour grands et petits, individuels ou en famille, pour les locaux et les visiteurs. Cette année bien particulière, le phénomène des vélos a enregistré des proportions alarmantes et bien inquiétantes. On les voit circuler partout et n’importe comment…
  En effet, la location des engins à deux roues, vélos tout genre et tricycles électriques ainsi que toute sorte de rollers, couvre toute la longueur de la promenade, constituant de ce fait un « vélodrome en force » qui n’a pas à avoir lieu. Il est certain que toutes ces locations ne peuvent sans faire sans des autorisations du Conseil Communal d’Agadir. On voit mal qui d’autre peut accorder ces autorisations qui poussent comme des champignons.
  DE ce fait il en est le premier responsable. Des accidents avec des vélos percutant des piétons sont devenus monnaie courante, devant l’attitude révoltante des passants, d’autant plus que ces accidents sont causés par des enfants incapable de maitriser la direction des vélos et surtout ceux électriques.
  Les samedi et dimanche la promenade est prise d’assaut pas de nombreux citoyens auxquels s’ajoutent des touristes. C’est durant ces deux jours que le nombre d’accident est plus nombreux vu le nombre grandissant de piétons et de vélos. Cela devient bien dérangeant à tel point qu’on voit que les gens sont  sur le qui vive et font attention à ne pas être percutés. La marche et la promenade à pied deviennent alors une alerte permanente. C’est inadmissible. C’est un vrai cauchemar pour les piétons, pour les parents, pour les visiteurs, pour les personnes âgés, pour tout le monde.
  Lors d’un point de presse avec les médias locaux, le président du Conseil Communal d’Agadir, en personne, nous avait confirmé, il y a déjà quatre mois de cela, qu’un décret communal aller être signé et appliqué pour interdire les vélos sur la promenade. Or rien n’a été fait jusqu’à présent. Au contraire le phénomène prend de plus en plus des proportions vraiment inquiétante et bien dangereuses qui nuisent à la quiétude et la sécurité des piétons.
  La solution est donc toute indiquée. Le Conseil Communal doit assumer ses responsabilité et interdire définitivement la circulation des vélos et engins de trois roues du genre, électriques ou pas. C’est sa mission et sa responsabilité  car il y va de la sécurité des usagés de la promenade, celle des citoyens et des visiteurs. La Promenade, rappelons le, est utilisée tous les jours de la semaine jour et nuit. La sécurité et la quiétude des citoyens est à prendre au sérieux au même titre que les autres missions de la CUA : ramassage des ordures ménagers, électrification, signalétique, entretien des zones de verdure…
  Il est évident également que pour ceux qui désirent monter à vélo, c’est une frustration de le faire sur la promenade vu la proximité de la mer, mais ces « cyclistes » ne constituent qu’une infime partie de tous les usagers qu’ils mettent en plus en danger permanent. La solution définitive, serait que le Conseil Communal d’Agadir, décrète l’interdiction totale de l’utilisation des vélos, en le signalant avec des panneaux  bien visibles et lisibles tout au long la promenade et un suivi par les autorités compétentes (agents de police et  des Forces Auxiliaires). Puis mettre à la disposition des amateurs de vélos, des pistes cyclables, bien balisées et bien indiquées, tout au long du secteur touristique et balnéaire, pour ester dans le cadre d’animation touristique intelligente.
  On ne peut fermer ce chapitre de défaillance sur la promenade sans soulever une fois encore et malheureusement, le cas des matchs de football sur la plage.  Samedi et dimanche toute la longueur de la plage se transforme en mini terrains de foot sur sable. Cela dérange énormément  toutes les personnes qui sont sur la plage venues prendre un moment de répits, seuls, ou en famille. Lors qu’on y ajoute  des gens qui se promènent sur toute la longueur de la plage avec leur chien, cela devient un vrai calvaire et le plaisir d’être sur la plage est horriblement gâché. Il faut l’interdire également.
  On avait suggéré aux élus du nouveau conseil communal et leur président, comme on l’avait fait à leur prédécesseur, de bien éclairer le côté plage le soir et durant toute la nuit, afin de permettre à tous les amateurs de football de venir jouer des matchs sans déranger personne. Et de ce fait provoquer une animation nocturne pour les locaux et les visiteurs. En vain. A chaque fois on nous évoque cet éclairage de la plage le soir, on nous sort « l’argument » du coup de la facture électrique élevée. Cela ne tient pas la route pour deux raisons.
   D’abord il y a bien des moyens techniques et fonctionnels pour réduire l’intensité et le nombre de lampadaires et projecteurs sur la plage. Secundo, ces dépenses d’éclairage sont nécessaires car il y va de la sécurité des citoyens, de la bonne animation d’un secteur clé dans le développement du tourisme dans la destination. ET combien même ce coup soit élevé, il faut l’assumer et y trouver le budget qu’il faut.
  Nous sommes dans une destination touristique avec un produit balnéaire dont la plage est le capital principal. Il faut savoir le fructifier et le mettre en valeur ave tous les moyens possible et avec le budget qu’il faut. C’est là également l’une des responsabilités premières du Conseil Communal Agadir, que malheureusement il n’a jamais su assumer dans les règles, à la fois dans le passé, comme au présent. IL va falloir s’y investir correctement… et ce dans les plus brefs délais. La saison estivale se rapproche, les visiteurs doivent remarquer que ça bouge sérieusement à Agadir. Sinon ils vont être déçus comme pour les années passées, et finiront par partir ailleurs…
 Dernier point à soulever et à bien corriger, c’est doter la plage d’un point visible pour les premiers secours d’urgence. Ce point doit être situé sur la promenade et à proximité de la plage pour les citoyens et les visiteurs. Ainsi toute personne qui a besoin d’un secours médical urgent quelconque, pour une raison ou une autre, saura où aller pour trouver les professionnels du secourisme qu’il faut…
   Que nos élus accordent toute l’attention qu’il faut à la fois à la plage, à la promenade, avec tout l’entretien efficace qu’il faut. C’est aussi une manière forte de participer à la renommée de la destination et à sa promotion, en ces temps où le tourisme va mal… Très mal même…
 A bon entendeur, salut.

Mohamed RIAL
 


Mohamed Rial




Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
016
017
015
014
013
012
011
005
bateaux