thrmagazine

CGEM: Bensalah repense l’instance patronale 22 commissions dont cinq dédiées aux problématiques des entreprises.


Vendredi 29 Juin 2012

«Depuis l’arrivée de la nouvelle présidence, 227 nouvelles entreprises ont adhéré à la CGEM, dont 90% sont des PME s’acquittant de cotisations de 1.500 à 5.000 DH par an», annonce Miriem Bensalah Chaqroun. CASTING relevé, instances de gouvernance étoffées, plateforme de travail, nouveaux entrants.



Mme Meriem  Bensalah
Mme Meriem Bensalah
«Depuis l’arrivée de la nouvelle présidence, 227 nouvelles entreprises ont adhéré à la CGEM, dont 90% sont des PME s’acquittant de cotisations de 1.500 à 5.000 DH par an», annonce Miriem Bensalah Chaqroun. CASTING relevé, instances de gouvernance étoffées, plateforme de travail, nouveaux entrants.

 
 Un dream team de vice-présidents
 Miriem Bensalah Chaqroun, nouvelle patronne des patrons, a tenu, mercredi 27 juin, son premier conseil d’administration. Un conseil constitutif qui avait pour objet de former les organes de gouvernance de la Confédération patronale. «C’est la première fois que le conseil d’administration se tient cinq semaines et demie après l’élection présidentielle», explique la présidente, au cours de sa première conférence à la tête de la CGEM.
 
La rencontre n’a pas permis de présenter les nouvelles têtes de la CGEM, que l’assistance a découvert via une trombinoscope.
L’arrivée de Bensalah à la tête de la CGEM augure d’une nouvelle ère dans les relations entre les patrons et le gouvernement. Le vote des dirigeants cooptés (lire en pages 5 & 6) a eu lieu, à main levée alors que la validation des candidatures devait avoir lieu via un vote secret.
 
Au vu des nouveaux arrivants, tels que Youssef Iraqi Houssein, Said Alj, Ghita Lahlou El Yacoubi, Mehdi El Idrissi, ex-directeur délégué de la CGEM…, l’on ne peut que penser que le casting a été cette fois-ci verrouillé. Le conseil d’administration de la CGEM s’est tenu trois mois après l’adoption des nouveaux statuts, réajustés par Horani en fin de mandat. Déjà des voix se sont élevées pour reconfigurer ces mêmes statuts dans une brève échéance car l’enjeu est de taille: la prochaine organisation des élections de la seconde Chambre du Parlement. «Le texte qui avait été adopté n’a pas tenu compte des propositions des membres de l’ex-conseil d’administration».
 
Il s’agit maintenant de réviser toute la partie en rapport avec les élections de la seconde chambre», explique un membre de l’organisation patronale. Pour ce faire, une commission devrait vite être mise en place, comprenant, entre autres, la présidente et le vice-président de la CGEM, ainsi que d’autres membres. Pour l’heure, il n’est officiellement question que de créer un comité ad hoc chargé de la mise à jour du règlement intérieur par rapport aux statuts adoptés.
 
 Rappelons que la CGEM occupera 8 sièges à la deuxième chambre. Par conséquent, des voix réclament la parité par rapport aux autres organisations représentatives, telles que les syndicats et les chambres professionnelles qui occuperont 20 sièges contre 8 pour le patronat. Le décret d’application de la loi organique n’étant pas encore publié, la CGEM devra batailler pour obtenir un amendement de la loi avant la tenue des élections. De quoi corser le plan d’action qui attend la nouvelle présidente.
 
Une feuille de route que Bensalah n’a pas détaillée lors de sa première sortie médiatique. «Le programme de la CGEM sera développé au fur et à mesure avec les fédérations, les 22 commissions et les antennes régionales. Mais le fil conducteur s’articule d’ores et déjà autour d’une profession de foi: promouvoir l’acte d’entreprendre. Ce qui devrait se traduire par la création d’un environnement favorable au développement des entreprises», explique Salaheddine Kadmiri, vice-président général.

Les 22 commissions, qui s’activent sur des thématiques transversales, ont été repensées en fonction des priorités de l’heure. Parmi ces dernières, les moyens de renforcer le tissu des entreprises. Une mission dévolue à pas moins de 5 commissions: PME, Partenariat Grandes Entreprises-PME, Relations Banques-Entreprises et Investissement, Compétitivité et Emergence Industrielle, Compensation industrielle et accès aux Marchés publics. D’autres commissions plancheront sur des problématiques plus transversales, telles que Emploi et Relations sociales, Logistique, Stratégie, Coordination régionale…
 
«A elle seule, la commission Climat des Affaires et Partenariat Public-Privé concerne 75% des problématiques liées aux entreprises», affirme Kadmiri. Autant de structures dont les vice-présidents restent à désigner dans les prochaines semaines. Les binômes devront par la suite proposer leurs plans d’actions respectifs. Dans la nouvelle configuration de la CGEM, le nombre de commissions n’a pas été réduit, mais leurs missions ont été revisitées.
 
Il s’agit maintenant pour les présidents de ces structures de mettre la main à la pâte contrairement à leurs prédécesseurs. Le défi concerne d’ailleurs toutes les autres personnalités cooptées. Pourront-elles consacrer suffisamment de temps pour leurs activités au sein de la CGEM et ne pas considérer leur nomination comme un simple titre honorifique?
La Vision 2020 à la trappe…
 
LES priorités de Miriem Bensalah Chaqroun se précisent d’ores et déjà : les doléances fiscales en prévision du projet de loi de Finances 2013, la loi sur le droit de grève, les marchés publics, le décret d’application de la loi sur les délais de paiement, le climat des affaires… Autant de chantiers qui seront pris à bras-le-corps par la nouvelle équipe patronale sans tenir compte de la fameuse Vision 2020 de la CGEM, qui tombe donc à la trappe. Bensalah n’a pas de temps à perdre. Son mandat arrive à échéance en 2015.
 
  L ‘Economiste    Hassan EL ARIF

Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
016
017
015
014
013
012
011
005
bateaux