thrmagazine

Cancer : une première Chip, avec un nouveau matériel au Maroc, réalisée avec succès


Vendredi 8 Août 2014

Le Dr Adnane Afifi a réalisé la première opération de chirurgie hyperthermique intrapéritonéale (Chip) avec un matériel dédié, le SunChip, au Maroc. Une avancée pour de nombreux patients souffrant d’un cancer abdominal.



Photo par Medias24
Photo par Medias24
Le Dr Adnane Afifi a réalisé la première opération de chirurgie hyperthermique intrapéritonéale (Chip) avec un matériel dédié, le SunChip, au Maroc. Une avancée pour de nombreux patients souffrant d’un cancer abdominal.

 
L’intervention chirurgicale a été réalisée en juin dernier à la clinique du Littoral, à Casablanca, mais n’a pas encore fait l’objet d’une communication au plus grand nombre. Il s’agit pourtant d’une première pour le royaume: une opération de chirurgie hyperthermique intrapéritonéale (Chip) réalisée avec un matériel dédié, le SunChip, fabriqué en France. L’opération a été réalisée par deux chirurgiens, Adnane Afifi et Amine Radi.
 
"Cette intervention s’adresse à certains patients atteints de cancer du colon, de l’ovaire, de l’estomac et de l’appendice, ou maladie gélatineuse, dont les métastases sont disséminées dans l’abdomen", explique le Dr Adnane Afifi.
 
Il s’agit d’une opération assez lourde qui ne peut concerner que des sujets ni trop âgés ni trop affaiblis. Pour cette première intervention, la patiente était âgée d'une cinquantaine d'années et souffrait de la maladie gélatineuse. Elle est sortie de la clinique il y a peu.
Pour ces cancers, les traitements chimiothérapiques par voie veineuse sont peu efficaces et la chirurgie est une solution qui donne de meilleurs résultats. La Chip consiste à "nettoyer" l’abdomen des cellules malignes par l’application d’un produit chimiothérapique chauffé à 42°C, ce qui permet de pénétrer à une profondeur de 2 à 3 mm et d’être beaucoup plus efficace. Le SunChip permet d’optimiser cette technique.
 
La Chip, réalisée avec un matériel idoine, permet d’obtenir des résultats probants. Les patients ne pouvant pas bénéficier d’une telle intervention avaient une espérance de vie de 3 à 6 mois, alors qu’après une telle opération, l’espérance de vie peut atteindre 5 à 10 ans, avec également des cas de guérison.
 
L’intervention en elle-même est relativement lourde car elle nécessite 12 personnes formées spécifiquement à cette technique et dure entre 10 et 12 heures : 2 chirurgiens, 2 aides opératoires, 2 infirmiers anesthésistes, 2 panseuses, 2 perfusionnistes et une équipe de réanimation.
 
L’opération nécessite également des équipements de protection particuliers pour éviter tout accident lié à la manipulation des produits chimiothérapiques chauffés. Toute l’équipe a été formée à cette technique en Europe, notamment en France et en Allemagne. Les centres de référence pour la Chip en France, notamment l’Institut Gustave Roussy de Villejuif, ont été sollicités pour la formation des praticiens. Le Pr Dominique Elias, cancérologue à l’Institut Gustave Roussy, a été à l’origine du développement du SunChip.
 
Outre l’opération, une durée d’hospitalisation variant de 15 à 30 jours est nécessaire au malade pour se reposer et refaire fonctionner son appareil digestif.
Cette nouvelle technique proposée au Maroc n’est pour l’instant pas accessible au plus grand nombre. L’intervention n’existe pas dans la nomenclature des soins au Maroc. En clair, les assurances publiques ou privées ne prennent pas en charge cette intervention.
 
Son coût, durée d’hospitalisation et suivi post opératoire compris, est de 300.000 DH, une dépense qui doit donc être entièrement assumée par le patient et sa famille. Selon le Dr Afifi, les devis réalisés auprès des établissements publics en France s’élèvent à 80.000 euros. L’acquisition du matériel neuf, dont l'importateur et distributeur exclusif au Maroc est la société Kamendis à Casablanca, a représenté un investissement de 2 millions de DH.
 
Il est encore trop tôt pour savoir combien de patients pourront bénéficier de cette nouveauté médicale du fait de la méconnaissance du public et d’une partie du corps médical de cette nouvelle possibilité. Mais le Dr Afifi espère pouvoir réaliser, dans un premier temps, une intervention par mois.
 
Source : Medias 24

Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
016
017
015
014
013
012
011
005
bateaux