thrmagazine

Chtouka Ait Baha : La Cimenterie d’Imi Mqorn l’une des plus modernes au monde. Des Emissions de gaz avoisinant zéro.


Mercredi 20 Mars 2013

Mise en service début 2011, la nouvelle cimenterie d’Ait Baha se trouve dans la commune rurale d’Imi Mqorn, dans la province de Chtouka Ait Baha. Elle est considérée comme l’une des plus modernes au monde, avec des émissions de gaz qui avoisinent zéro. Elle vient remplacer la cimenterie d’Agadir, dans le quartier Anza, et assure l’approvisionnement d’un vaste marché et d’une vaste région, allant d’Agadir à Laâyoune, qui équivaut à 45% de la superficie nationale.



Chtouka Ait Baha :  La Cimenterie d’Imi Mqorn l’une des plus modernes au monde.  Des Emissions de gaz avoisinant zéro.
 
 Mise en service début 2011, la nouvelle cimenterie d’Ait Baha se trouve dans la commune rurale d’Imi Mqorn, dans la province de Chtouka Ait Baha. Elle est considérée comme l’une des plus modernes au monde, avec des émissions de gaz qui avoisinent zéro. Elle vient remplacer la cimenterie d’Agadir, dans le quartier Anza, et assure l’approvisionnement d’un vaste marché et d’une vaste région, allant d’Agadir à Laâyoune, qui équivaut à 45% de la superficie nationale.
    Bénéficiant des technologies les plus avancées en matière de protection de l’environnement et d’économie de l’énergie et de l’eau, l’usine a une capacité de production de 1,6 millions de tonnes de clinker et 2,2 millions  de tonnes de ciment par an, facilement extensible au double. L’usine est implantée sur une surface de 100 hectares a nécessité un investissement total de 3,5 milliards de dirhams.
  Les technologies déployées dans cette usine lui confèrent des performances énergétiques et environnementales des plus économiques. C’est une des rares usines au monde à être dotée d’une technologie de cogénération consistant en la production d’électricité à partir de la chaleur résiduelle des gaz de four traditionnellement rejetés dans l’atmosphère. L’usine dispose également de technologies permettant de valoriser les pneus déchiquetés.
  Il est à savoir que les émissions atmosphériques, dégagées essentiellement lors de la phase de cuisson nécessaire à la fabrication du clinker proviennent soit de nature des matières premières et de leurs réactions chimiques, soit du processus de combustion. Outre le dioxyde de carbone (CO), les principaux paramètres à prendre en compte sont les poussières, les oxydes d’azote (NOx) et le dioxyde de soufre(SO 2).
 Les cheminées de l’usine des fours, dans leur ensemble, sont équipées de système de mesure en continue et en tant réel, de ces émissions. Un enregistrement de sur une longue période permet de maîtriser une traçabilité des résultats de ces émissions. Une campagne spot de mesure est effectuée par un laboratoire externe au moins une fois par an, sur le site. Les résultats attestent que les émissions sont conformes aux normes. Des améliorations continues sont engagées pour aller toujours dans le sens de la réduction des émissions au point d’arriver à un niveau qui avoisine le zéro, qui est une belle performance en matière de respect de l’Environnement.
  L’usine d’Ait Baha est propriété des Ciments du Maroc dont le PDG est Mohamed Chaïbi, bien assisté par Abdellah Harma DG Délégué Ciment (tous les deux des ex-directeurs de la cimenterie d’Anza à d’Agadir qui ont cumulé une grande expérience dans le domaine, doublée de qualité de gestion de ressources humaines bien positive et constructive). L’usine d’Ait Baha est dirigée actuellement par Kamal Rachid, un gadiri, connu pour ses compétences techniques et son approche de disponibilité humaine qui lui valent bien du respect. Ciments du Maroc est une filiale d’Italcemnti Group qui est le 2 ème cimentier au Maroc et le premier opérateur dans le béton prêt à l’emploi et les granulats à travers sa filiale Bétomar. Le dispositif industriel se constitue de trois usines (Ait Baha, Safi et Marrakech), d’un centre de broyage à Laâyoune et d’un centre d’ensachage à Jorf Lasfar.
  En 2011, Ciments du Maroc a lancé son premier parc éolien, pour alimenter en énergie le centre de broyage de Laâyoune, composée de six turbines de 850 kw chacune en complément à une première turbine de teste de 150 kw installée en 2003. L’usine d’Ait Baha a quant a elle lancé les travaux d’un parc solaire expérimental. Il s’agit de la construction d’un projet Thermique Solaire à base de technologie CSP (Concentrating Solar Power), en partenariat avec des Suisses qui travaillent sur place depuis début 2012, pour un démarrage prévu dans trois mois.
  Il s’agit d’un projet pilote unique en son genre dans le monde, notamment avec trois miroirs (de 120 mètres de longueur) et de 6 000 m3, sur trois structures totalement en béton utilisées comme capteurs et centralisateurs solaire. Nous y reviendrons en détails prochainement.

Mohamed RIAL

M. CHaïbi, à droite avec Kamal Rachid
M. CHaïbi, à droite avec Kamal Rachid

M. Horma en activité
M. Horma en activité

Salle de controle super équipée
Salle de controle super équipée

Chtouka Ait Baha :  La Cimenterie d’Imi Mqorn l’une des plus modernes au monde.  Des Emissions de gaz avoisinant zéro.

Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
016
017
015
014
013
012
011
005
bateaux