thrmagazine

Dakar Argentina Bolivia Chile 2014 – 3ème étape «On a frôlé la correctionnelle» !!!


Mercredi 8 Janvier 2014

Etape 3, de SAN RAFAEL à SAN JUAN, 295 Km de liaison et 301 Km de spéciale.

Les premiers communiqués de course faisaient état de conditions de pistes déplorables, au point d’annoncer une modification du parcours ce matin. Finalement, tout semblait rentrer dans l’ordre, en tout cas pour les autos. L’étape moto sera elle légèrement modifiée.



En cours de spéciale, certains gués étaient quand même difficilement praticables. Des petites déviations furent mises en place, l’une d’elle fut fatale au leader de la course Stéphane Peterhansel. Le pilote Mini a perdu énormément de temps à essayer de retrouver la bonne route. Il plonge de ce fait dans le classement, laissant la première place à son équipier Nani Roma.
 
La course autos a été marquée par le coup parfait réalisé par le Catalan Nani Roma et sa Mini qui repoussent la concurrence à bonne distance en profitant de la journée 'sans' vécue par Peterhansel et Sainz.

Nani , roi de San Juan

On avait laissé la course autos sur un classique resserrement des grandes figures au classement à San Rafael. Petehansel,  après une étape menée à sa main, dominait les débats chronométriques suivi de très près par Carlos Sainz, très à l'aise avec son buggy SMG. La piste vers San Juan a fait éclater ce bel ordonnancement dans lequel Al Attiyah était en situation d'attente à la 3e place du général.
 
La raison ? La course parfaite effectuée aujourd'hui par Nani Roma et les soucis d'ouvrir la piste connus par Peterhansel. Le Catalan avait été tout proche de gagner  la première étape, il a concrétisé aujourd'hui, sur un parcours différencié par rapport à celui des deux roues,  en laissant quelques uns des grands prétendants pour la victoire finale à une distance, sinon définitive du moins respectable. Carlos Sainz désormais 4e à 12'02'' et Stéphane Peterhansel 5e à 24'08 c'est toute la donne stratégique qui va être revue.
 
Sous les auspices de l'Acongagua, l'horizon s'est éclairé pour nombre d'ambitions à la suite de la  journée cauchemar vécue par l'ex-leader du général et son dauphin espagnol.  Embarqués dans une déviation à cause d'un rio grossi Peterhansel et Sainz ont perdu leurs marques et même plus pour ‘Peter' qui accumulait ensuite les crevaisons. Si Nani Roma a réalisé un premier break dans la course vers Valparaiso, son poursuivant immédiat reste un attaquant invétéré, l'Argentin Orlando Terranova, repoussé à 9'06, tandis que Nasser Al Attiyah, autre spécialiste de la vitesse en piste, est à 10 minutes. De quoi sucister des spéciales toniques 

Les commentaires des pilotes :

Nani Roma

Parfois le dakar est fou, et c'est le cas aujourd'hui! Après 2 journées avec des problèmes, nous avons connu une spéciale parfaite et ce sont ceux devant qui ont eu des problèmes. Nous, on a essayé de rouler cool, juste sur un bon rythme, et c'est passé. Bon, cela dit, il ne faut pas s'enflammer, et on devra rester calme et prudent pour les jours à venir.

 

Peterhansel

Ca a été le cauchemar aujourd'hui! On a connu 6 crevaisons! Malheureusement on ouvrait la piste et on l'a payé! La 1ère, on a heurté une grosse pierre, c'est ma faute. Mais ensuite, comme on était la premier à ouvrir, on s'est retrouvé complètement hors-piste, dans de la très grosse végétation, sur une déviation de dernière minute due aux intempéries et la boue. Et quand nous sommes sortis de ce passage, nous avions 3 crevaisons lentes sur 4 roues! Sans doute en raison d'épines dans les flancs des pneus. Malheureusement, nous étions la première voiture, donc on a nettoyé pour les autres derrière! On s'est jeté dans la gueule du loup, mais je ne vois pas comment on aurait pu faire autrement. On ne pouvait pas imaginer qu'en ouvrant dans cette végétation on allait crever 3 roues sur 4!!

 

Pour Isabelle Patissier et Thierry Delli Zotti cette étape ne fut pas non plus de tout repos. La chaleur qui a plombé les premières spéciales a diminué aujourd’hui. L’altitude à amené aussi un peu de fraîcheur. Isabelle et Thierry n’ont pas été malades et ont pu rouler à une bonne cadence.

 

Par contre, Isabelle nous signale dans son compte rendu du jour : « On a frôlé la correctionnelle, dans une zone de fechfech un 4x4 était planté. On a du s’arrêter face à cet obstacle. Quand un buggy est arrivé à pleine vitesse derrière nous et n’a pas su s’arrêter !!! Heureusement c’était un buggy léger et notre gros buggy à encaissé le choc sans broncher. Si c’était un gros véhicule on se serait fait très mal…

 

A part cette grosse frayeur, le reste de l’étape s’est bien passée.


Au niveau des classements :

Nani Roma
Nani Roma
Isabelle et Thierry terminent l’étape en 03:56:51, ce qui les place à la 49ème position au scratch et à la 43ème position au général.
 
Au classement de leur catégorie, Buggy Essence deux roues motrices, ils pointent maintenant en 8ème position.
 
Quelques places de grappillées, sur une course qui est encore très longue…
 
Le classement général des dix premiers :
 
1.    ROMA (ESP), sur MINI, en 09:20:13
2.    TERRANOVA (ARG), sur MINI, en 09:29:19
3.    AL-ATTIYAH (QAT), sur  MINI, en 09:30:13
4.    SAINZ (ESP), sur SMG, en 09:32:15
5.    PETERHANSEL (FRA), sur MINI, en 09:44:21
6.    DE VILLIERS (ZAF), sur TOYOTA, en 09:46:36
7.    LAVIEILLE (FRA), sur HAVAL, en 09:51:36
8.    HOLOWCZYC (POL), sur  MINI, en 09:54:09
9.    WEVERS (NLD), sur HRX, en 10:04:52
10. POULTER (ZAF), sur TOYOTA, en 10:05:23

La particularité de ce jour est également un bivouac isolé, ce qui veut dire que les organisateurs interdisent aux assistance d’intervenir ce soir sur les véhicules. Cette règle a été mise en place il ya quelques années afin de favoriser les petits participants avec peu de moyens, face aux grosses armadas d’usine.

Cette nuit, ce sont donc pilotes et copilotes qui vont mettre les mains dans le cambouis pour remettre les véhicules en état. La nuit sera courte pour certains !!!

 

Demain, étape 4, de San Juan à Chilecito, liaison 211 Km, spéciale 657 Km.

 

Montagne et campagne

Les autos auront un programme copieux côté campagne. Les concurrents du Dakar n’ont pas disputé une spéciale aussi longue depuis l’historique Zouerat-Tichit en 2005 ! Dans un décor de far-west, il leur faudra traverser des rios, s’enfoncer dans des canyons et se méfier de la cavalerie : car sur ces terrains très souvent ouverts, les dépassements sont maintenant tout à fait envisageables.

 

Par Marc d’Haenen – Correspondant du Dakar.



Marc D'Haenen



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
016
017
015
014
013
012
011
005
bateaux