thrmagazine

Dakar Argentina Bolivia Chile 2014 – Etape 9 : Calama - Iquique


Mardi 14 Janvier 2014

Liaison : 29 km
Spéciale : 422 km

Le Dakar 2014 atteint sa pointe nord à Iquique, où les concurrents voient aussi l’océan pour la première fois de l’année. Surtout, les pilotes et équipages retrouvent, après une première partie de spéciale plutôt cassante, les dunes de l’Atacama. Sur près de 150 km, les meilleurs franchisseurs de dunes ont pu en profiter. Le grand frisson est, comme à chaque fois, les trois kilomètres de la descente d’Iquique : le dénivelé moyen dépasse les 30 % et il est presque déconseillé de freiner. La loi de la pesanteur s’exprime à plein, le bivouac se rapproche très vite !



Giniel Devilliers
Giniel Devilliers

Annoncée comme l'une des étapes clés de cette 36e édition, la 9e spéciale, longue de 422km entre Calama et Iquique à tenu toutes ses promesses…  Stéphane Peterhansel y signe sa 3e victoire 2014, mais surtout revient à 12'10'' du leader du général, Nani Roma.

Pour  les autos, le passage des motos et quads ayant bien abîmé la piste et terriblement augmenté la présence de fesh-fesh en 1ère partie de spéciale, partir en tête de peloton constituait en fait un bel avantage. Si Nasser Al-Attiyah ne pouvait pleinement en profiter en raison de sa position d'ouvreur, derrière, Stéphane Peterhansel livrait lui une des plus belles spéciales d'attaque totale de sa carrière. Et, malgré une navigation rendue délicate dans les dunes finales par la présence de nombreux way points à aller chercher, le double tenant du titre s'offre sa 3e victoire d'étape en 2014, 2'17'' devant le Qatari, soit la 64e de sa carrière devenant ainsi le pilote comptant le plus grand nombre de victoire d’étape sur le Dakar.

 

Mais, loin de ce record, c'est sur un décompte bien plus minuté que « Monsieur Dakar » fixe son attention : l'écart avec le leader du général, Nani Roma. Seulement 10e du jour, le Catalan, qui s'élançait en 6e position, a souffert tant de la poussière des premiers que du terrain défoncé et lâche à nouveau 11'36''. Conséquences, au général, il ne compte plus que 12'10'' d'avance sur le recordman des titres, et donc désormais des scratches.

Derrière, la lutte entre les deux duellistes du général, la journée été marquée par les malheurs techniques de Carlos Sainz, victime d'une casse de bras de suspension au km 195, et donc contraint à rejoindre au ralenti le bivouac d'Iquique. Mais également par la lutte toujours en cours pour la 3e marche du podium entre Orlando Terranova et Giniel De Villiers. Et, malgré une crevaison, c'est l'Argentin qui fait la bonne opération, profitant également de deux crevaisons, mais également de fautes de navigation dans les dunes finales pour son rival Sud-Africain. A la clé, 8'43'' de mieux pour « Orly » qui reprend ainsi la 3e marche du général, 5'13'' devant De Villiers… et Al-Attiyah, 5e ex-aequo à 59'46'' du leader Nani Roma. 


Isabelle Patissier
Isabelle Patissier

Ce qu’ils en pensent :

 

Stéphane Peterhansel

On a bien roulé aujourd'hui. On avait toujours Nasser en points de mire, et on s'est bien concentré pour ne pas faire d'erreurs de navigation. Il y a eu un peu de risque quand même : en attaquant fort, on se fait quelques frayeurs. Psychologiquement, depuis quelques jours je n'ai rien à perdre, parce qu'une deuxième place ne m'intéresse pas. Et Nani à tout à perdre. C'est beaucoup plus dur dans sa position. Et en plus je prends énormément de plaisir, certainement davantage. Il doit y avoir une tension de fou dans l'habitacle de la Mini 304. Quand on voit que son avantage fond chaque jour, on est forcément stressé. 

 

Nasser Al-Attyia

« C'était vraiment très dur de démarrer en premier, mais nous finissons tout de même premiers sur la ligne, même si c'est Stéphane qui signe le meilleur temps. Je suis plutôt content de notre performance. Il a fallu rester très concentré sur les way points, la navigation, et nous nous en sommes bien sortis. Je suis toujours un peu déçu d'avoir perdu une heure sur une pénalité. Maintenant, avec la qualité des pilotes que nous avons devant nous, c'est difficile de se fixer des ambitions. Mais nous sommes ici, et nous allons nous faire plaisir. 

 

Nani Roma

Nous avons perdu un peu de temps à la fin, on s'est planté à la crête d'une dune. Nous allons continuer de serrer les dents et d'y aller. Nous savions que ce serait difficile, que Stéphane est très fort sur ce genre de terrain. Je suis préparé pour tout. Demain ce sera Stéphane qui va ouvrir la piste, et on sera là pour attaquer, ce que nous n'avons pas pu faire aujourd'hui parce que nous avons tapé un peu fort sur un choc en début d'étape, et nous avons eu mal au dos tous les deux. 

 

Le message du jour d’Isabelle Patissier

Nous avons vécu un moment inoubliable aujourd’hui : Nous étions en pleine spéciale, dans des très hautes dunes, quand tout à coup nous avons vu un condor qui volait en parallèle avec nous « pure magie de la nature » !!! Sinon, un grand merci à Fred Chavigny et Guy Leneveu de s’être arrêtés pour nous sortir d’un gros tas de fechfech. Grosse, grosse spéciale et nous sommes super content d’être arrivés à Iquique, au bord de l’Océan Pacifique.

 

Isabelle et Thierry terminent la spéciale en 32ème position, avec un temps de 06:43:10, ce qui les placent en 27ème position au classement général et en 7ème position au classement de leur catégorie véhicule deux roues motrices essence.


Nasser Al-Attyia
Nasser Al-Attyia
Le classement des dix premiers au général
 
1.    ROMA (ESP), sur MINI, en 34:15:37
2.    PETERHANSEL (FRA), sur MINI, en 34:27:47
3.    TERRANOVA (ARG), sur MINI, en 35:10:10
4.    AL-ATTIYAH (QAT), sur MINI, en 35:15:23
5.    DE VILLIERS (ZAF), sur TOYOTA, en 35:15:23
6.    HOLOWCZYC (POL), sur MINI, en 37:15:40
7.    DABROWSKI (POL), sur TOYOTA, en 37:36:24
8.    SAINZ (ESP), sur SMG, en 37:44:04
9.    LAVIEILLE (FRA), sur HAVAL, en 38:12:33
10. MALYSZ (POL), sur TOYOTA, en 38:13:09
 
 
Demain Etape 10 : Iquique - Antofagasta
 
Liaison : 58 km
Spéciale : 631 km
 
La descente du littoral pacifique débute une spéciale scindée en deux tronçons aux caractéristiques bien distinctes. Le coup de main pris dans l’étape de la veille pourra à nouveau être mis à profit dans le sable des 200 premiers kilomètres. Il faudra encore davantage de doigté pour attaquer les passages de fesh-fesh de la deuxième partie. Une fois cette délicate affaire évacuée, tout le monde sera ravi de serpenter sur les pistes de mines de la région. Et surtout d’être accueilli par le somptueux rocher de La Portada à quelques encablures du bivouac d’Antofagasta.
 
Par Marc d’Haenen – Correspondant du Dakar

Stéphane Peterhansel
Stéphane Peterhansel

Marc D'Haenen



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
017
016
015
014
013
012
011
005
bateaux