thrmagazine

Dakar Argentina Bolivia Chile 2014 – Etape12 : El Salvador – La Serena « Du rififi chez Mini »


Samedi 18 Janvier 2014

Liaison : 349 km
Spéciale : 350 km
La dernière grande spéciale de sable de ce Dakar 2014 à été riche en rebondissements, malgré les consignes de la veille au sein du team Mini – X-Raid, la journée a été marquée par la passe d'armes entre Roma et Peterhansel ! Au final, c'est « Peter » qui l'emporte et reprend ainsi la tête du général… pour 26 secondes !



Isabelle Patissier
Isabelle Patissier

A n'y plus rien comprendre. Chez les autos, la situation vire à l'imbroglio puisqu'après l'annonce des positions figées hier matin, Nani Roma, Stéphane Peterhansel et Nasser Al-Attiyah ont passé la journée à s'attaquer en piste. 1er à s'élancer ce matin, Orlando Terranova s'est une nouvelle fois planté dans une dune et donc lâcher de longues minutes. Sur ses talons, Nani Roma a lui souffert d'une crevaison dès le début de la spéciale, et s'est vu rapidement rejoindre par Nasser Al-Attiyah, puis Stéphane Peterhansel. Roulant derrière le leader du général, le Vésulien va toutefois passer devant, après que Roma ne se soit à son tour tanqué, mais très peu de temps. Voyant la Mini jaune du leader revenir dans ses rétroviseurs, Peterhansel s'efface alors pour laisser passer son ami catalan… qui n'en fait rien, et préfère suivre « monsieur Dakar » dans tout le passage de dunes, avant de finalement le doubler à 500m de l'arrivée. Insuffisant toutefois pour remporter l'étape, ni surtout conserver le pouvoir au général.

 

On pourrait prendre la liberté de se dire que Nani Roma, jugeant les décisions de leur team manager peu sportives, à quelque peu forcé la main en laissant volontairement Stéphane Peterhansel gagner, sans pour autant mettre le classement final en péril !!! Si c’est le cas, on pourra qualifier ça d’un « grand geste sportif ». Mais ne connaitrons probablement jamais les tenants et aboutissants de cette affaire plus commerciale que sportive.

Profitant d'une erreur de navigation de Nasser Al-Attiyah en fin de parcours, c'est au final Stéphane Peterhansel qui remporte donc cette 12e étape, sa 65e sur un Dakar, 3'38'' devant le Qatari et 5'58'' devant Nani Roma. Au général, « Monsieur Dakar » s'empare ainsi du commandement, 26'' devant le Catalan, tandis que Nasser Al-Attiyah occupe toujours la 3e marche du podium, à 54'07'' de la tête. Enfin, seul pilote non Mini à rivaliser dans le top 5, Giniel De Villiers signe encore une belle performance avec le 4e chrono du jour, ce qui lui permet de reprendre la 4e place du général, 6'44 devant Orlando Terranova.  A tous les niveaux, tout restera donc à faire lors de la dernière étape ! 


Beaucoup de poussière
Beaucoup de poussière

Ce que les pilotes en pensent

 

Stephane Peterhansel

« Une spéciale un peu bizarre. En roulant relativement cool, nous avons repris Nani, qui a crevé je pense. Lorsque nous sommes entrés dans les dunes, c'est Nasser qui ouvrait, et il a fait une erreur de cap, du coup nous avons continué à deux avec Nani. A un moment, j'ai fait demi-tour pour lui demander s'il voulait ouvrir, mais il m'a fait signe que non. Du coup nous nous retrouvons dans une situation très ambigüe. Il ne fallait pas attaquer, mais Nani a eu une crevaison. De toute façon, les consignes de course seront peut-être réactualisées, et quoi qu'il arrive on les écoutera. »

 

Nani Roma

Au 20e kilomètre j'ai crevé. Alors à cet instant tu te dis que ce n'est pas une grande journée qui se prépare. Et puis j'ai essayé de me reconcentrer, d'être calme. Puis Nasser est arrivé et je l'ai suivi. Jusqu'aux dunes j'étais derrière lui et il y a une dune que je n'ai pas pu passer, je l'ai contournée et là Stéphane (Peterhansel) est arrivé. C'est ce que je disais hier : il n'y a pas de consignes. Ça se voit aujourd'hui. Et demain on verra bien ce qui va se passer. Pour l'instant on est là, on et dans le coup, on fait une bonne course, on est à 20''…On verra… »

 

Orlando Terranova

« Nous avons raté un way point sur la fin, ce qui nous a obligés à un demi-tour, et en plus nous avons fait deux crevaisons après cela. Sale journée. Sur la deuxième, nous sommes sortis de la piste et nous avons commencé à partir en tonneau ! Nous avons perdu beaucoup de temps, ça arrive. »

 

Le message d’Isabelle Patissier en fin de spéciale

Alors ce matin tout a très mal commencé. Depuis hier nous avons des petits soucis avec le câble du changement de vitesse. Quand je rétrograde ça ne marche pas à tous les coups pour passer de 4 en 3 et de 3 en 2 !!! Et nous n’avons pas réussit à réparer ce problème… Ensuite, à 5 minutes du départ on s’est aperçus que l’intercom du casque de Thierry ne fonctionnait pas ! Je ne l’entendais pas. Donc nous avons échangés nos casques en urgence… Pas facile le départ de la spéciale dans ces conditions, avec en plus la poussière de tous les camions ! Ca s’est finalement très bien fini, avec de magnifiques passages dans les dunes… Il ne reste déjà plus qu’une spéciale ! C’est passé si vite…  

Au niveau des classements, Isabelle et Thierry terminent cette spéciale à la 27ème position, en 04:49:20, ce qui les place à la 24 position au général et à la 5ème position au classement de leur catégorie (véhicule deux roues motrices essence).


Concurrents perdus dans les dunes
Concurrents perdus dans les dunes
Le classement général des dix premiers
 
1.    PETERHANSEL (FRA), sur MINI, en 48:45:45
2.    ROMA (ESP), sur MINI, en 48:46:11
3.    AL-ATTIYAH (QAT), sur MINI, en 49:39:52
4.    DE VILLIERS (ZAF), sur TOYOTA, en 50:06:58
5.    TERRANOVA (ARG), sur MINI, en 50:13:42
6.    HOLOWCZYC (POL), sur MINI, en 52:43:10
7.    DABROWSKI (POL), sur TOYOTA, en 54:11:54
8.    LAVIEILLE (FRA), sur HAVAL, en 54:20:44
9.    KACZMARSKI (POL), sur MINI, en 55:41:18
10. VASILYEV (RUS), sur MINI, en 55:46:44
 
Demain, 13ème et dernière étape : La Serena – Valparaiso
 
Liaison : 378 km
Spéciale : 157 km
Avant d’admirer les collines colorées par les maisons de Valparaiso, ce sont des collines essentiellement plantées de cactus que les pilotes vont avaler sur la dernière spéciale du rallye. La joie et la fierté de la ligne d’arrivée approchent, mais les statistiques sont formelles : chaque année, un ou plusieurs pilotes échouent lors de cet ultime effort, alors prudence ! Même si près du but, la vigilance reste la meilleure alliée pour mériter sa photo sur le podium final.
 
Par Marc d’Haenen – Correspondant du Dakar.

Dur de dépasser les camions
Dur de dépasser les camions

Stéphane Peterhansel
Stéphane Peterhansel


Marc D'Haenen



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
017
016
015
014
013
012
011
005
bateaux