thrmagazine

Essaouira Festival Gnaoua 16 ème LES FUSIONS AU CŒUR DU FESTIVAL Omar Sosa et Mahmoud Guinea : l’Afrique qui chante son propre éloge.


Lundi 3 Juin 2013

Le Festival Gnaoua et Musique du Monde n’est pas un simple rendez-vous ponctuel. Il est aussi un point
de rencontre, d’échange. Depuis des années, les organisateurs travaillent sur le décloisonnement des
répertoires musicaux. Le résultat en est à chaque fois, surprenant, éblouissant. Les fusions ne sont pas de simples exercices de style, les artistes, certes, y exercent leur virtuosité mais nous prouvent surtout que la musique n’a pas de frontières.



Maâlem Mahmoud en bonne fusion gnaoua
Maâlem Mahmoud en bonne fusion gnaoua
 
 
Le Festival Gnaoua et Musique du Monde n’est pas un simple rendez-vous ponctuel. Il est aussi un point
de rencontre, d’échange. Depuis des années, les organisateurs travaillent sur le décloisonnement des
répertoires musicaux. Le résultat en est à chaque fois, surprenant, éblouissant. Les fusions ne sont pas de simples exercices de style, les artistes, certes, y exercent leur virtuosité mais nous prouvent surtout que la musique n’a pas de frontières.
 
On en sort à chaque fois avec des formes originales de concerts aussi surprenants et magiques les uns les autres. 
Au programme des fusions de la 16 ème édition:
 
- Maâlem Saïd Kouyou, Annadi Al Bahri et Houwara
- Maâlem Mahmoud Guinea et Omar Sosa
- Maâlem Abdelkader Amlil et Rachid Zeroual
- Maâlem Abdelkebir Merchane et Eska
- Maâlem Aziz Baqbou et Majda El Yahyaou Maâlem Mahmoud Guinea et Omar Sosa
 
La fusion entre le pianiste et compositeur cubain Omar Sosa et Maâlem Mahmoud Guinea revêt une
dimension sacrée. Les retrouvailles des rythmes afro-cubains et musique gnaoua portés par deux
grands musiciens est un moment musical privilégié. Le spectacle promet d’être vertigineux. Omar Sosa
qui rencontre Guinea c’est l’Afrique qui chante son propre éloge.
 
Omar Sosa, artiste qui nous vient de Cuba, puise
son inspiration dans la musique traditionnelle cubaine, dans le jazz contemporain, le hip hop ou encore la musique arabe Omar Sosa est un pianiste relié à l’indicible. Ses attaches à la Santéria et au culte Yoruba sont clairement revendiquées, mais ce virtuose ne joue pas les donneurs de leçons et se place dans une posture résolument humaniste.
 
« L’important c’est ce qu’on laisse derrière nous » martelait-il lors du festival Gnaoua et Musiques du monde d’Essaouira, où il est venu en 2004 en compagnie du percussionniste virtuose Anga Diaz  (décédé depuis)
 
  Omar Sosa voit le jour à Camagüey (la ville la plus importante du centre de l’île de Cuba) en 1965 et s’initie très jeune à la musique en suivant des cours de percussions et de marimba au conservatoire de la ville. Puis, adolescent, il intègre la classe de piano de la très prestigieuse Ecole Nationale de Musique de La Havane, suivit d’une scolarité brillante à l’Institut Supérieur des Arts.
En 1993, il émigre en Equateur et se plonge dans les traditions de la côte nord -ouest, où les racines africaines sont omniprésentes. En 1995, il s’installe à Los Angeles où il devient vite l’un des moteurs de la scène latin jazz.
 
Depuis, Omar Sosa joue environ une centaine de concerts par an, sur tous les continents.
Et en 2003, il a reçu un prix du "Smithsonian Associates” de Washington, pour sa «
contribution au développement du latin jazz aux Etats Unis ». Mais le festival Gnaoua et
Musiques du monde d’Essaouira tient une place à part dans le cœur de ce pianiste connu
et reconnu « Ici, s’exclamait-il en 2004, l’inspiration, tout le monde te sourit…  c’est ce
que la vie est sensée être ! »
 
 
  Maâlem Mahmoud Guinea, est le grand Maître gnaoui souiri. L’incontestable grand maâlem dans la pure tradition pure et dure, dans la manière comme dans le respect du patrimoine gnaoua ancestral.
 
Né en 1951 à Essaouira, Mahmoud Guinea est incontestablement une des figures emblématiques de la musique gnaouie. Son histoire est intimement liée à celle des esclaves puisque son grand-père paternel, d’origine malienne, fut vendu au Sahara.
 
Son père, le grand maâlem Boubker Guinea, a transmis cet héritage à Mahmoud Guinea qui
joue du guembri dès l’âge de 12 ans et participe à des « Lila » à 20 ans. Au-delà de sa parfaite
maîtrise de la plus pure tagnaouite, Mahmoud Guinea s’est imposé aussi comme un maître en matière de fusions musicales avec des musiciens de légende comme Carlos Santana, Adam Rudolph, Will Calhoun, Issaka Sow, et Aly Keita, pour ne citer qu’eux.
 
  Incontournable depuis la création du festival ganaoua, la participation de Mahmoud Guinea a été toujours de grande valeur, bien appréciée, drainant des foules souiries mais aussi celles venues des autres villes du pays. Ses fans sont nombreux, ne ratent pas une occasion pour le voir sur scène. Mahmoud Guinéa c’est la musique gnaoua dans le sang qui coule dans tous les membres de la famille, grands et petits. Longue vie au Grand Maître Mahmoud.
 
Il a aussi participé à de nombreux festivals en Espagne, France, Italie, Japon, Canada,
Autriche, Norvège, Belgique, Pays-Bas… Lors de la 13ème édition du Festival Gnaoua, Maâlem Mahmoud Guinea a offert au public une fusion exceptionnelle avec le chanteur mauritanien Daby Touré, qui reste dans les annales du Festival.
 
  Au sujet des fusions, Neila Tazi, dira : Gnaoua chaque année pourrait devenir redondante ou lassante, d'autant plus que leur musique se base sur des rythmes de transe et donc répétitifs, que leur répertoire est le même. Et bien toute la magie du festival réside justement dans la réappropriation de cette musique, la voir un peu plus sublimée chaque année,  redécouvrir des mââlems qui s'améliorent, des fusions qui surprennent, un public qui connaît les paroles par cœur, une ambiance unique.
 
  Mais il est clair que certains concerts resteront dans les annales, comme par exemple Mustapha Baqbou  avec le guitariste Pat Metheny, Hamid El Kasri avec le claviériste Joe Zawinul, Hassan Boussou avec le saxophoniste Jack Schwartz Bart et le chanteur vaudou haïtien Erol Josue. Je me souviens aussi d'un grand moment de musique et de communion entre les Issaoua  et les Qawalis du Pakistan.
 
  Ainsi les fusions sont des moments forts attendus par de nombreux mélomanes, qui y trouvent une forme musicale ouverte aux différentes cultures qui se retrouvent toutes dans le langage internationale qui est celui de la Musique.
 
Mohamed RIAL

le pianiste Omar Sosa
le pianiste Omar Sosa

Maâlem Abdeslam alikane en fusion gnaoua
Maâlem Abdeslam alikane en fusion gnaoua

Maâlem Kasri en fusion
Maâlem Kasri en fusion

LE GRAND MAALEM GNAOUI MAHMOUD GUINEA
LE GRAND MAALEM GNAOUI MAHMOUD GUINEA

Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
016
017
015
014
013
012
011
005
bateaux