thrmagazine

Essaouira Festival Gnaoua 19è : Fusion, rencontres musicales, hommages et débats inégalables.


Mardi 17 Mai 2016

C’est dans une ambiance chaleureuse et envoûtante que s’est clôturée la 19ème édition du Festival Gnaoua et Musiques du Monde. Une pause dans le temps qui a permis à des festivaliers de danser aux rythmes du monde, s’imprégner de la culture gnaouie et de se concentrer sur l’essentiel, le vrai… Le festival, qui a eu lieu du 12 au 15 mai, a tenu toutes ses promesses de lien entre l’Afrique et le monde en créant un pont entre le passé et l’avenir tout en offrant des moments de musique qui ont marqué.



 
    C’est dans une ambiance chaleureuse et envoûtante que s’est clôturée la 19ème édition du Festival Gnaoua et Musiques du Monde. Une pause dans le temps qui a permis à des festivaliers de danser aux rythmes du monde, s’imprégner de la culture gnaouie et de se concentrer sur l’essentiel, le vrai… Le festival, qui a eu lieu du 12 au 15 mai, a tenu toutes ses promesses de lien entre l’Afrique et le monde en créant un pont entre le passé et l’avenir tout en offrant des moments de musique qui ont marqué.
 
  La 19ème édition était celle de tous les hommages, des hommages au passé, au patrimoine, aux traditions qui se perdent et qu’il est tellement important de garder. L’ouverture du jeudi 12 mai a donné le ton au festival avec un hommage au maâlem Mahmoud Guinea, maître authentique de l’art tagnaouite et pionnier de la fusion gnaoua – jazz. Symbole du festival qu’il a vu naître, maâlem Guinea avait passé son guembri et le flambeau à son fils Houssam, l’année dernière.
 
Cette année, le concert hommage était porté par le talent des enfants de Mahmoud et de son frère Mokhtar, auquel s’est ajouté le talent des enfants de Doudou N’diaye Rose, magicien sénégalais des percussions parti trop tôt. Deux jours plus tard, c’est sur la scène de Moulay Hassan que le public a découvert, avec beaucoup d’émotion, un documentaire sur la vie du maâlem Guinea réalisé par le mélomane et passionné de tagnaouite, Abderahim Mettour. Des moments forts et d’intense reconnaissance pour un grand maître dont la présence sur scène fut toujours accompagnée des Mlouks Gnaoua.  Feu Guinéa était unique dans sa manière de jouer, de chanter de danser, de conduire les Lillas. Bref, tagnaouite dans sa version la plus authentique…
 
  Un hommage et un regard plein d’humanité et tout en reconnaissance sur le parcours d’un grand, qui créait et surprenait à chacun de ses passages sur scène.   Ahmed Guinea a certes disparu mais le maâlem est toujours là et son art se transmet, à travers ses enfants et cette jeune génération qui le considère comme un modèle.  A l’image de cette belle relève portée par le talent de Khalid Izoubaz, Khalid Amrhoche et Mohamed Boumazzogh qui ont livré un concert de qualité ancré dans les  traditions sur la scène de la plage.
 
   Et toujours pour la mémoire, le festival a clôturé les festivités avec un concert des plus poignants et des plus intenses : un hommage à un maître par les maîtres, un concert pour Tayeb Sadikki par Mohamed Derham, Omar Sayed, Nabil Khaldi et maâlem Mustapha Baqbou où ils ont repris les plus beaux morceaux d’un patrimoine ghiwani, cher au grand dramaturge.
 
 Résidences et fusions sont sans conteste, les rendez-vous les plus attendus du festival, et pour cause ! Il s’y passe toujours quelque chose de grandiose.  Le mélange des cultures et des genres a son lot de magie à l’image des fusions jazz de Jeff Balard Trio et Maâlem Mohamed Kouyou ou encore celle de Maâlem Hassan Boussou avec le bassiste américain de talent Jamaaladeen Tacuma !  Des moments forts et enchanteurs entremêlant joie et bonheur des artistes et du public.
 
  Si les rencontres se font le plus souvent grâce au pouvoir de la musique et de la magie de la scène, la 5 ème édition du forum, en partenariat avec le CNDH,  rendez-vous incontournable du festival a été l’occasion de pointer du doigt le pouvoir de l’Afrique à travers son thème « Diasporas africaines, racines, mobilités, ancrages ». Des discussions qui ont abouti à des axes de réflexion autour de la définition et la compréhension du cosmopolitisme et la nécessité de prendre en compte les nouvelles dynamiques de mobilité tout en intégrant les  changements inhérents à ces nouvelles formes migratoires.
 
 La 19ème édition a été riche en émotions et en surprises ! Les concerts se sont suivis et ne se sont jamais ressemblés entre les deux scènes en plein air et les scènes plus intimistes. Hoba Hoba Spirit  a fait danser la scène Moulay Hassan avec un concert intense et sincère : le rock populaire, la « hayha music » et leurs paroles engagées ont raisonné tard dans la nuit.
 
  Le jazz le plus pur était encore une fois au rendez-vous avec le jazzman de New Orleans : Christian Scott. Le virtuose a figé le temps sur cette scène Moulay Hassan qui confirme son statut de scène jazz des plus respectées au monde. Toujours aussi entier, le groupe N3irdistan n’a pas failli à ses habitudes. Au rendez-vous, un moment de musique aussi actuel que profond, aux multiples influences.
 
 Entre temps, les groupes Blitz The Ambassador, Jaba & Friends, et Songhoy Blues ont mis le feu à la scène de la plage. Hassan Hakmoun et son art tagnaouite du monde a transporté la scène principale avant que la voix envoûtante du maâlem Hamid El Kasri ne prenne possession de la scène Moulay Hassan pour un concert de plus de 3h ! Autre rendez-vous qui a marqué : celui de Maâlem Abdeslam Alikane qui a offert un concert où le public a pu apprécier l’art de la tagnaouite dans toute sa splendeur, de la musique, aux couleurs, en passant par les costumes et les danses.
 
Une édition au service de l’art tagnaouite et de sa rencontre avec le monde. Une réelle mise en valeur d’un grand patrimoine musical ancestral et africain qui allait disparaître, faisant de ce fait du Festival Gnaoua, un festival pas comme les autres. Un festival qui draine toujours des foules de jeunes et moins jeunes, des déplacements de masse, à l’assaut de la musique gnaoua, bien renforcée par une présence exceptionnelle des souiris, hommes et femmes, familles et individuels. En fait, le festival Gnaoua ne se raconte pas. Il se vit car sa magie et son envoutement sont illustrés partout dans la ville. Une ville qui devient, durant quatre jours gnaouiya d’un bout à l’autre, corps et âme…
 
  Un festival également qui, avec la 19 ème édition, a atteint sa vitesse de croisière et une organisation brillamment orchestrée par A3, sous la conduite de Neila Tazi et en parfaite coordination ave toute son équipe de junte féminine et ses collaborateurs de plusieurs années. UN festival qui est organisé aussi, et cela est pratiquement unique, pour la valorisation d’un patrimoine musical en disparition, avec ces multiples facettes et variantes, telle la fusion ente Gnaoua et la World Music qui a parachuté et  le festival et la musique ganaoua au registre des grands évènements du genre, non seulement au Maroc, et en Afrique mais également dans le monde entier.
 
  Grand témoin de la réussite année sur autre du festival, le nombre important de journalistes nationaux et internationaux qui couvrent le festival et en reflètent le contenu et avec beaucoup d’émotion, sincérité et bonne implication. Les Mlouks gnaoua supervisent bien ce festival, au vu des rythmes qui enchantent grands et petits, locaux, nationaux et étrangers, dont le dénominateur commun n’est autre que la passion de la musique gnaoua aussi bien dans son volet pur et dur comme dans son volet fusion.
 
 Très bonne continuation au festival Gnaoua, le Festival principal de la ville qui l’a fait émergé de l’oubli et qui a participé à sa valorisation en tant que destination touristique culturelle spéciale, qui ne ressemble à aucune autre dans le pays. Rendez-vous, donc, pour une 20 ème édition qui promet bien des surprises du 29 juin au 02 juillet 2017! Incha ALLAH.
 
Mohamed RIAL
 





Feu M.Guinéa et Feu T. Seddiki
Feu M.Guinéa et Feu T. Seddiki



Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
016
017
015
014
013
012
011
005
bateaux