thrmagazine

Essaouira : Le développement par la Culture. Un vrai cas d’Ecole.


Mardi 15 Juillet 2014

La ville d’Essaouira connaît depuis 2010 le lancement d’un important programme de grands chantiers de développement et de mise à niveau d’une valeur de 431 millions de DH qui va s’étaler jusqu’en 2018. A partir de 2014, le programme de la Réhabilitation de la Médina va durer jusqu’en 2018 avec un coût de 300 millions de DH. Soit un coût total de mise à niveau de 731 millions de DH.
Qui l’aurait cru il y a seize ans et encore plus avant ?



 
  La ville d’Essaouira connaît depuis 2010 le lancement d’un important programme de grands chantiers de développement et de mise à niveau d’une valeur de 431 millions de DH qui va s’étaler jusqu’en 2018. A partir de 2014, le programme de la Réhabilitation de la Médina va durer jusqu’en 2018 avec un coût de 300 millions de DH. Soit un coût total de mise à niveau de 731 millions de DH.
Qui l’aurait cru il y a seize ans et encore plus avant ?
 La ville est sortie de son oubli, de son enclavement, de son isolement routier et aérien grâce à un créneau de développement unique dans les annales au Maroc. C’est vraiment un cas d’Ecole. En misant sur le développement à travers la culture, le patrimoine, Essaouira a réussi là où d’autres n’ont même pas osé s’aventurer. Le pari était fort. IL fallait relever le défi et démontrer que cela est possible.
  Ce n’était pas chose facile mais avec la passion, la persévérance, le militantisme citoyen au quotidien, durant des années, ça a bien marché et le résultat est là. Essaouira est une vraie destination culturelle et touristique qui s’impose à tous. Qui fascine et qui charme les visiteurs alors qu’il y a des quelques années, elle figurait à peine dans le registre des destinations touristiques nationales.
  Essaouira est aujourd’hui est une ville qui se développe, se corrige, qui attire, qui connaît de grands investissements  hôteliers, de restauration, d’animation nautique. Une destination qui est bien servie par route et de mieux en mieux par avion. Bref elle est sortie définitivement de la zone rouge qu’elle vivait amèrement durant des années noires. Ce beau résultat est incontestablement l’œuvre d’un fervent souiri corps et âme qui n’a jamais cessé de s’investir dans le développement, la promotion et la mise à niveau de sa ville. Essaouira doit beaucoup à André Azoulay, incontestablement. La ville et l’homme sont par ailleurs liés dans l’esprit de beaucoup de Marocains. En parlant de l’un on évoque l’autre et inversement.
   Essaouira c’est aussi et d’abord un festival unique en son genre. C’est le festival Gnaoua qui est dans sa 17 ème édition. L’organisation de ce festival a été le déclenchement de tout ce processus de développement d’une petite ville marginalisée, devenue actuellement une destination touristique et culturelle à part entière. La série des autres festivals notamment les Andalousies Atlantiques et Le printemps des Alizés sont venus renforcés la promotion touristique et culturelle d’Essaouira. D’année en année, les fans et les amis de la ville grandissent, les projets de développement aussi.
  En 2014, le constat est que la ville a gagné, haut les mains, son pari. Essaouira a excellemment réussi son développement socio-économique grâce à l’investissement à travers la culture, l’animation touristique et  sportive grand public. Tout cela a été aussi accompagné par une excellente communication, tout média confondu, à la fois au Maroc et à l’étranger. Un autre cas d’école en la matière. En effet, il ne se passe pas un jour sans qu’on lise des articles, dans la presse sur Essaouira, la Cité des Alizés. IL ne fallait pas faire de belles choses, il fallait aussi bien communiquer dessus. Et là aussi, André le souiri y est pour beaucoup.
  Le grand atout d’Essaouira reste sa Médina, classée sur la liste du Patrimoine Mondial par l’UNESCO. Il s’agit du grand capital de la ville. Sa ressource principale touristique grâce à la diversité culturelle qu’elle renferme : patrimoine architectural, musées, galeries d’art, artisanat du thuya et tissage notamment… Médina qui a joué son rôle en tant qu’atout promotionnel particulier de la ville. La mise à niveau  de la Médina était  nécessaire pour sa sauvegarde afin qu’elle renforce encore mieux le développement touristique de la destination. Une fois achevée en 2018, Essaouira aura réussi un beau travail de reconnaissance, de mémoire et un investissement bien porteur.
  Une liste succincte des chantiers de développement et de modernisation de la ville d’Essaouira, résume cet élan de dynamisme citoyen à la fois sincère, profond et passionné, démontré sur le terrain durant des années et qui fait qu’ Essaouira est un vrai cas d’école en matière de développement à travers la Culture. Projets de mise à niveau de la ville ; aménagement d’une ceinture verte ; protection de la ville contre les inondations ; réhabilitation de la Médina : centre historique de la ville ;  extension et renforcement du réseau viaire de la ville ; réaménagement et mise à niveau du port d’Essaouira à la dimension à la fois de pêche côtière mais également culturelle et touristique ; réalisation et extension d’un aéroport…
 Bref, du beau travail réalisé ou  en cours. Qui l’aurait cru il y a encore des années ? Demandez aux Souiris qui vivent ce changement, ils sont les témoins de premier choix. Très bonne continuation et bravo pour le développement réussi à tous les niveaux. Il est évident qu’il reste encore de choses à réaliser. C’est l’essence même du développement mais en regardant dans le rétroviseur de la ville, on ne peut que féliciter tous ceux qui ont participé de prêt ou de loin à ce développement fascinant.
 
Mohamed RIAL






Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
016
017
015
014
013
012
011
005
bateaux