thrmagazine

Le Marathon des Sables côté cœur…


Dimanche 21 Avril 2013

Chaque année, bon nombre d’athlètes handisport participent au Marathon des Sables. Ils sont un exemple à suivre, ils représentent la volonté absolue et le dépassement de soi. Faire le Marathon des Sables est un exploit pour tout coureur confirmé, comment imaginer le défi de réaliser une telle course alors qu’on est athlète handisport ?



Mohamed Lahna

Mohamed Lahna
Mohamed Lahna

Mohamed a 31 ans, il est originaire de Casablanca, il est étudiant prothésiste. Mohamed est unijambiste et porte une prothèse avec une lame de carbone. Il pratique le triathlon depuis de nombreuses années et a remporté le titre de vice champion du monde 2011 de la discipline, dans la catégorie Handisport.

 

Il a vu le Marathon des Sables à la télévision et a décidé de relever ce défi. Armé de son courage et de sa détermination, Il terminera la course dans les temps impartis pour les coureurs normaux. Les athlètes handisport ne bénéficient d’aucun traitement de faveur sur le MDS, ils participent à la course comme tous les autres coureurs.


Didier Benguigui

Didier Benguigui et son guide Gilles
Didier Benguigui et son guide Gilles

Surnommé le Mal Voyant des Sables, Didier est une figure connue du Marathon des Sables et des autres courses de type Ultra-Trail ou Marathon. Atteint d’une maladie orpheline, Didier a perdu progressivement la vue. Aidé d’un guide accompagnant, avec le quel il est relié par une sangle, Didier effectue le parcours comme tous les autres coureurs.

 

Il signe en 2013 sa dixième participation à cette course mythique. Didier s’est fait tatouer le logo du Marathon des Sables sur son épaule, entouré de neuf étoiles. Il avait laissé une place libre pour la dixième. Didier nous dit, avec un brin de malice, qu’il avait déjà pris rendez-vous avec son tatoueur au retour du Maroc, afin de réaliser cette dixième étoile.

 

Cette année n’a pas été très facile car Didier souffrait du genou. Une douleur qui l’obligea à marcher la quasi-totalité des deux dernières étapes. Aidé par son guide Gilles, Didier a affiché une détermination incroyable, terminant la dernière étape à la nuit tombée. La consolation fut le triomphe que la caravane du MDS au grand complet lui fit à l’arrivée. Quelques mille cinq cent personnes étaient là pour l’acclamer.


Les joëlettes

La joëlette qui transporte un jeune handicapé
La joëlette qui transporte un jeune handicapé

C’est devenu, au fil des ans, une tradition au Marathon des Sables : des jeunes handicapés ont la chance de participer à cette épreuve à bord de joëlettes. Ces fauteuils adaptés, munis d’une seule roue, sont poussés, tirés et parfois portés, par une équipe de sportifs, tout au long du parcours. Comment imaginer la joie de ces jeunes : Gaëtan, Astrid et Marie, qui lors de leur relais, de CP en CP, prennent place à bord de leur joëlette pour découvrir un coin de désert.

 

Que dire aussi des sportifs qui les encadrent. Une preuve ultime de leur volonté et de leur courage. Parcourir le désert seul est déjà un exploit. Courir le MDS en est un aussi. Mais le faire en poussant une joëlette et permettre à des jeunes de vivre une telle aventure est un acte formidable.

 

Bravo à tous ces acteurs qui participent au Marathon des Sables avec leur cœur…

 

Pour plus d’info sur tous les programmes humanitaires du MDS et sur la course :

www.marathondessables.com  

 

Par Marc d’Haenen – Envoyé Spécial au Marathon des Sables.


Arrivée de nuit de Mohamed Lahna
Arrivée de nuit de Mohamed Lahna

Arrivée de nuit de Didier et Gilles
Arrivée de nuit de Didier et Gilles

Arrivée de nuit de la joëlette
Arrivée de nuit de la joëlette

La joie de Didier qui boucle son 10ème MDS, en compagnie de son guide Gilles
La joie de Didier qui boucle son 10ème MDS, en compagnie de son guide Gilles

Le Marathon des Sables côté cœur…

Marc D'Haenen