thrmagazine

Le Maroc pays à vocation touristique : A quand une Faculté du Tourisme ?


Samedi 31 Janvier 2015

Priorité économique nationale depuis plus de quatorze ans, le secteur du tourisme reste le parent pauvre en matière de recherche universitaire. IL est grand temps de doter le pays d’une faculté du tourisme, à l’instar de nombreux pays à vocation touristique dont notre voisin, l’Espagne. On n’a que trop tardé à ne pas se munir d’un outil université à la fois pour la formation et pour la recherche dans les diverses composantes du secteur.



 
    Priorité économique nationale depuis plus de quatorze ans, le secteur du tourisme reste le parent pauvre en matière de recherche universitaire. IL est grand temps de doter le pays d’une faculté du tourisme, à l’instar de nombreux pays à vocation touristique dont notre voisin, l’Espagne. On n’a que trop tardé à ne pas se munir d’un outil université à la fois pour la formation et pour la recherche dans les diverses composantes du secteur.
   Une faculté du tourisme ou une grande école nationale du tourisme, calquée sur l’ENCG à titre d’exemple, l’essentiel est de passer à l’action est de réaliser un établissement universitaire dédié au secteur du tourisme. Cela va ouvrir la porte à la recherche en la matière, aux différents partenariats à l’international avec des établissements similaires dans les pays touristiques et servir d’outil d’évaluation, de mesure, d’appréciation mais aussi de réflexion au sujet des divers produits touristiques aussi bien à l’échelon national et régional.
  Il serait judicieux de réaliser cet établissement dans une ville à vocation touristique, bien sûr. Il se trouve que le triangle touristique composé par la destination Marrakech, premier produit national ; par la destination Agadir, premier produit balnéaire, ainsi qu’Essaouira destination culturelle particulière, la faculté du tourisme trouve là tout son utilité d’être bien implantée, là où il le faut.
  Etant donné que Marrakech est déjà doté d’une université ; Agadir également et afin d’éviter une concentration des études universitaires dans ces deux villes touristiques, c’est à Essaouira qu’il convient le mieux d’implanter cette faculté du tourisme, qui dépendra de  l Université Cadi Ayad de Marrakech. Il y a plusieurs avantages à réaliser l’établissement universitaire dans la Cité des Alizés.
   En effet, il s’agit d’abord d’une destination en progression continue avec le tourisme comme vrai levier de développement économique. Le produit touristique souiri est diversifié : culture, balnéaire, patrimoine, artisanat, sports nautiques, golf, festivals, arrière pays etc… Essaouira est également une ville à dimension humaine qui aspire à plus de développement socio économique. Une faculté du tourisme va apporter une plus value à la ville, à tout point de vue. C’est aussi et non des moindres une ville qui s’apprête à ce genre d’établissement universitaire, dans un environnement urbain et social sans trop de complications.
   En fait, implanter une faculté du tourisme à Essaouira n’a que des avantages et va servir de terrain de recherche, d’enquête, d’étude, entre autres pour le secteur aussi bien à Marrakech, vu son importance et sa proximité avec Essaouira, mais également à Agadir aussi et bien sur pour la destination souirie elle même, mais également pour Ouarzazate, Zagora et tout le grand sud marocain. Il est à rappeler que le secteur du tourisme avec ses conséquences multisectorielles, forment un terrain de recherche fertile.
   Cela concerne ainsi, non seulement le domaine de l’hôtellerie, celui des voyages, de la restauration ou de l’accueil, mais également le domaine de l’aérien, du marketing touristique, de la promotion, des loisirs, des sports liés aux activités touristiques (golf, sports nautiques, trekking, randonnées…), des produits touristiques ( balnéaire, culturel, de santé et Bien Être…) ou de l’information touristique.
  Il est évident qu’une faculté du tourisme ne peut réussir à atteindre son objectif de formation universitaire académique sans l’implication des professionnels de terrain qui font de l’activité du tourisme, à travers ses diverses composantes, leur pain quotidien. Ces professionnels, doivent être associés à la mise en place de cet établissement à travers une participation dynamique à plusieurs niveaux : cursus de formation, stages de terrains, modules, conférences, forum etc… Cela doit se faire dans une vraie intégration de la faculté dans son environnement touristique local et régional.
  Il faut se rappeler qu’enfin de formation, ce sont les professionnels du tourisme qui vont recruter et faire appel aux lauréats. Ce sont eux les premiers employeurs. Il est évident donc que ces professionnels doivent être associés entièrement à la réussite et à la validation des diplômes pour une meilleure intégration et une reconnaissance des études. Surtout à éviter catégoriquement de tomber dans l’erreur de former des lauréats qui viendraient prolonger la liste des diplômés chômeurs. Il est indiscutable aussi qu’un tel établissement spécialisé ne pourra voir le jour sans une coordination parfaite entre les ministères de l’enseignement supérieur et celui du tourisme.
  L’ultime objectif est de doter le secteur d’un établissement universitaire de qualité, dont il a besoin pour continuer à assurer son rôle économique dans le court, moyen et long terme ; pour servir le tourisme avec une approche universitaire qui ne peut que lui être utile, voire nécessaire. Le besoin est là et  se fait sentir sur le terrain de plus en plus.
A bon entendeur, salut
 
Mohamed RIAL
 

Mohamed Rial




Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
016
017
015
014
013
012
011
005
bateaux