thrmagazine

Maroc Economie : Six régions créent l’essentiel du PIB La région du Grand Casablanca leader incontesté.


Samedi 13 Octobre 2012

La région du Grand Casablanca crée 19,2% de la richesse nationale. Elle est suivie par Rabat-Salé-Zemmour-Zaër (12,6%), Marrakech-Tensift-Al Haouz (8,9%), Tanger-Tétouan (8%), Souss-Massa-Draâ (7,7%) et Chaouia-Ouardigha (7,5%). Trois régions contribuent à hauteur de 17,4% au PIB



Maroc Economie : Six régions créent l’essentiel du PIB La région du Grand Casablanca leader incontesté.
La région du Grand Casablanca crée 19,2% de la richesse nationale. Elle est  suivie  par Rabat-Salé-Zemmour-Zaër (12,6%), Marrakech-Tensift-Al Haouz (8,9%), Tanger-Tétouan (8%), Souss-Massa-Draâ (7,7%) et  Chaouia-Ouardigha (7,5%). Trois régions  contribuent à hauteur de 17,4% au PIB
   
Les disparités interrégionales dans la contribution à la création des richesses sont toujours aussi importantes. Six régions sur 16 créent l’essentiel de la richesse nationale: le Grand Casablanca, Rabat-Zemmour Zaër, Marrakech-Tensift-Al Haouz, Tanger-Tétouan, Souss-Massa-Draâ et Chaouia-Ouardigha ont assuré 63,8% du PIB en 2010 (voir carte). Dans le cas particulier de Tanger-Tetouan, l’effet des investissements consentis tant au niveau de l’infrastructure routière que portuaire ainsi que dans l’immobilier n’est pas perceptible. Cette région contribue pour 8% dans le PIB contre 8,3% en 2009.

Cette distribution change légèrement si on tient compte du découpage de 12 régions proposé par la Commission consultative de la Régionalisation. Dans ce scénario, 4 régions à économies diversifiées émergent et participent à hauteur de 65,5% au PIB. Il s’agit en l’occurrence de Casablanca-Settat,  Rabat-Salé-Kénitra, Marrakech-Safi et  Fès-Meknès. 
 
Dans sa dernière étude consacrée aux Comptes régionaux, le Haut commissariat au Plan (HCP) brosse un tableau de la contribution de chaque région au PIB. Des indicateurs qui renseignent sur la répartition spatiale de la création des richesses et sur les gaps entre régions. Depuis 2004, des changements dans la contribution des régions sont relevés avec en particulier une baisse de 4,5 points pour le Grand Casablanca et l’émergence de nouvelles régions (Tanger-Tétouan,  Souss- Massa-Draâ et  l’Oriental).  Mais sur le court terme, la photographie globale n’a pas connu de grands chamboulements.
 
Entre 2009 et 2010, l’on assiste à une quasi-stagnation des contributions régionales, sinon à de légères hausses comme c’est le cas pour Chaouia-Ouardigha  avec 1,1 point de plus et Doukkala-Abda avec 0,8 point d’augmentation du PIB.
L’indicateur qui devrait inciter les politiques à réfléchir est le creusement de l’écart absolu moyen entre le PIB des différentes régions et le PIB régional moyen: 23 milliards de dirhams en 2010 contre 22,9 milliards en 2009. Cet écart passe à 41,7 milliards de DH  si l’on tient compte du découpage de 12 régions  proposé par la Commission consultative de la Régionalisation.

En 2010, le PIB régional par habitant a augmenté dans 11 régions et a légèrement reculé dans 5 autres. Globalement, le PIB régional dépasse la moyenne nationale (24.000 dirhams) dans cinq régions: le Grand Casablanca (38.016 DH), Rabat-Salé-Zemmour–Zaër (37.256 DH), le Sud  (34.263 DH), Chaouia-Ouardigha (33.309 DH) et Doukkala-Abda (25.051 DH). En revanche, le niveau le plus bas est enregistré à Taza-Al Hoceima-Taounate (12.414 DH) et Tadla-Azilal (14.464 DH).

Durant cette année, la contribution régionale aux activités économiques n’a pas enregistré de changements notables. Les Comptes régionaux 2010 du HCP confirment la prédominance des activités primaires dans trois régions: Tadla-Azilal, Taza-Al Hoceima-Taounate et Gharb-Chrarda-Béni Hssen. Les activités secondaires sont surtout concentrées dans la région de Chaouia-Ouardigha avec une valeur ajoutée régionale de 53% et à Doukkala-Abda avec 41,5%. Le Grand Casablanca est à 39,5% de valeur ajoutée en 2010 contre 43,2% en 2004.  Le secteur tertiaire est surtout localisé à Rabat-Salé-Zemmour-Zaër (77,2%), aux régions du Sud (63%) et au  Grand Casablanca (58,9%).

Côté dépenses de consommation finale des ménages, la distribution est pareille à celle du PIB. Les six régions qui créent le plus de richesses ont les consommations finales les plus importantes, soit 60,9% des dépenses de la consommation finale des ménages à l’échelle nationale. Par habitant, la dépense de consommation finale des ménages est supérieure à la moyenne nationale (13.719 DH en 2010)  dans  six  régions.

 Source : L’Economiste  Khadija MASMOUDI

Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
016
017
015
014
013
012
011
005
bateaux