thrmagazine

Maroc : Qui sont les nouveaux walis et gouverneurs


Mardi 15 Mai 2012

Le premier mouvement des agents d’autorité sous le gouvernement Benkirane s’est caractérisé par un jeu de chaises musicales pour plusieurs responsables de l’administration territoriale, notamment les walis. Il s’agit surtout d’un redéploiement des troupes en fonction des besoins et des spécificités de chaque région.



Maroc : Qui sont les nouveaux walis et gouverneurs
Le premier mouvement des agents d’autorité sous le gouvernement Benkirane s’est caractérisé par un jeu de chaises musicales pour plusieurs responsables de l’administration territoriale, notamment les walis. Il s’agit surtout d’un redéploiement des troupes en fonction des besoins et des spécificités de chaque région.
 
Mohamed Boussaid: Après Agadir, Casablanca
Après deux ans à la tête de la région de Souss Massa Drâa, où il a fait de la lutte contre l’habitat anarchique l’un de ses principaux chantiers, Mohamed Boussaid a été nommé wali du Grand Casablanca. L’ancien ministre du Tourisme et de l’Artisanat a eu des difficultés à redynamiser ce secteur dans la capitale du Souss, notamment à cause des effets de la crise. Le passage à Agadir de cet ancien membre du bureau exécutif du RNI a été également marqué par certaines frictions avec le maire usfpéiste Tarik Kabbaj. Ce diplômé de l’Ecole des Ponts et chaussées rejoint la capitale économique où il devrait relever une série de défis, relatifs notamment aux différents chantiers lancés dans la métropole. Il devra également œuvrer pour assurer le bon fonctionnement du Conseil de la ville. Les relations sont exécrables entre le maire de la ville, Mohamed Sajid, et l’ex-wali Mohamed Halab. Il faudra faire preuve de diplomatie pour remettre la machine en marche.
 
Ahmed Moussaoui a pris goût à l’administration territoriale
Après Kenitra, Ahmed Moussaoui, atterrit à la tête de la wilaya de Meknès. L’ancien ministre de la Jeunesse et des sports y remplace Mohamed Faouzi. Moussaoui, venu du monde politique, notamment du Mouvement populaire, l’un des partis de l’actuelle coalition gouvernementale, semble avoir retrouvé une nouvelle vie dans la gestion territoriale, après une traversée du désert suite à son départ du ministère de la Jeunesse. Après le Gharb, il a été chargé de coordonner la mise en œuvre des stratégies de développement de la capitale ismaïlienne.
 
Mohamed Mhidia pour donner du punch à l’Oriental
L’ex-wali de Marrakech, Mohamed Mhidia, a été nommé à la tête de la région de l’Oriental. Il succède à Abdelfettah El Houmam, qui a brillé par son absence sur le terrain, surtout quand on sait qu’il avait succédé à un poids lourd, Mohamed Ibrahimi. Mohamed Mhidia est très attendu pour donner un coup de fouet au développement de cette région à la frontière avec l’Algérie, et booster sa mise à niveau. Après son passage à Témara, où il a été nommé gouverneur en 2002, Mhidia a été rappelé à Al Hoceima pour lancer la reconstruction de la ville meurtrie par un tremblement de terre. Son mandat à Marrakech s’est également caractérisé par les relations fortes qu’il a nouées avec les différents intervenants, notamment la société civile. Mhidia. Ses adversaires lui reprochent sa proximité avec le PAM.
 
Mohamed Dardouri chez les Fassis
Mohamed Dardouri, a été nommé wali de Fès, en remplacement de Mohamed Rherrabi qui rejoint l’administration centrale. Il est attendu sur plusieurs dossiers concernant les stratégies de développement de la ville. Son installation arrive à un moment où Hamid Chabat, le maire de la ville est déstabilisé par les ennuis judiciaires de son fils. Mais le développement des synergies entre le nouveau wali de Fès et le maire de la ville est indispensable pour booster la dynamique de développement. Dardouri est un pur produit du ministère de l’Equipement. Il a occupé plusieurs postes dans ce département et a participé à la réalisation d’une série de projets dont celui de l’autoroute Rabat-Fès. Il était également aux commandes de la direction régionale du ministère de l’Equipement à Laâyoune, Tétouan et Meknès Tafilalet. Son parcours dans l’administration territoriale a démarré en 2002, lorsqu’il a été nommé gouverneur de la préfecture de Mohammedia, avant d’être promu en 2005, wali de la région Tadla Azilal.
 
Mohamed Faouzi: à Marrakech
Après avoir pris la relève de Hassan Aourid à la tête de la région de Meknès, Mohamed Faouzi a été appelé à succéder à Mhidia à Marrakech. Ce lauréat de l’Ecole Mohammadia des ingénieurs a démarré sa carrière dans le privé, notamment dans les activités minières. Il a été nommé gouverneur de la préfecture des arrondissements de Casa-Anfa en 2005, avant d’être promu wali de la région de Meknès Tafilalet. Aujourd’hui, il a pour mission de poursuivre la conduite des chantiers lancés à Marrakech, et mettre en place des passerelles de dialogue avec les différents intervenants.
 
Mohamed Yazid Zellou aux commandes de Souss Massa Draâ
C’est l’ex-wali de Chaouia Ourdigha, Mohamed Yazid Zellou qui remplace Mohamed Boussaid à la tête de la wilaya de Souss Massa Drâa. Ce diplômé de l’Ecole des ponts et chaussées a démarré sa carrière au service technique de la province de Kenitra, avant d’occuper d’autres fonctions dans le privé, notamment en tant que consultant dans le domaine des ressources hydrauliques. Il a par la suite rejoint le ministère de l’Intérieur en tant que gouverneur de Aïn Sebaâ Hay Mohammadi, puis de la province d’El Jadida. En 2010, il a été promu wali de la région de Chaouia Ourdigha.
Bouchaïb Moutaouakil: Du Haouz à la Chaouia
Bouchaïb Moutaouakil, promu wali de la région Chaouia Ourdigha, est un pur produit du ministère de l’Intérieur qu’il a intégré en 1978 en tant qu’administrateur adjoint. Il a par la suite grimpé les échelons, notamment dans l’administration territoriale, avant d’être nommé gouverneur de la province d’Assa Zag. En 2005, il a été rattaché à l’administration centrale au ministère de l’Intérieur, avant d’être à nouveau appelé à occuper de nouvelles fonctions dans les services décentralisés du ministère, en tant que gouverneur de la province d’Al Haouz.
 
Mohamed Fanid: Pur produit de l’Intérieur
Après deux ans à la tête de la province de Berrechid, Mohamed Fanid a été nommé wali de la région de Tadla Azilal. Ce licencié en droit avait rejoint l’école de perfectionnement des cadres en 1980, avant d’être nommé caïd d’arrondissement. Il a par la suite évolué dans les grades pour passer de secrétaire général à celui de gouverneur de la préfecture de Ben M’sik en 2005.
 
 
Idriss Khazani : Wali dans sa région natale
Idriss Khazani, le nouveau wali du Gharb Chrarda Bni Hssen sera en terrain familier. Il a été nommé à la tête de sa région natale, où il devra faire face à de multiples challenges. La région, connue pour ses cultures sucrières, a été l’une des plus touchées par l’impact de la faible pluviométrie. Diplômé de l’institut national des statistiques et de l’économie appliquée, Khazani a rejoint l’administration territoriale en 1999, après une carrière dans la fonction publique, notamment aux départements de la Santé et du Tourisme. Il a été nommé à la tête de la province de Mohammedia, avant d’atterrir à El Jadida puis à Tétouan.
 
Abdelfattah Lebjioui: En terrain connu
L’ex-gouverneur de Chichaoua, Abdelfattah Lebjioui, atterrit à la région de Guelmim Smara. A l’instar d’une grande partie des gouverneurs nommés lors de ce dernier mouvement des agents d’autorité, Lebjioui a fait ses preuves au sein des services de l’administration territoriale, en tant que caïd, puis chef de cercle, avant d’être promu gouverneur, en 1994. Il ne s’agit pas de sa première expérience au Sahara, dans la mesure où il a été déjà aux commandes à la tête de la province de Tata. Il a également été nommé à la tête d’autres préfectures dans le sud comme Taroudant ou encore Chichaoua, après un passage par Khouribga.
 
Mohamed Rherrabi aux affaires intérieures
Mohamed Rherrabi a été rappelé à l’administration centrale du ministère de l’Intérieur, après des années à la tête de la wilaya de Fès Boulemane. Il a été nommé directeur général des affaires intérieures. Rherrabi est un pur produit du département de l’Intérieur qu’il a intégré en 1976. Il a par la suite évolué dans les grades avant d’être nommé en 1994 gouverneur de la province de Chtouka Ait Baha. Rherrabi a été promu wali de la région de Souss Massa Draâ en 1998. Il a été également nommé à la tête des wilayas de Tétouan et de Laâyoune Sakia Lhamra, avant de rejoindre la capitale spirituelle en 2010.
 
Mohamed Halab: Retour au bercail
L’ex wali de Casablanca, Mohamed Halab, a été rattaché à l’administration centrale au ministère de l’Intérieur. Ce diplômé de l’Ecole des Ponts et chaussées a démarré sa carrière dans l’administration territoriale en 2001, après un passage à l’Odep. Il a été appelé à la tête de la wilaya  de Tanger Tétouan. Son mandat à Casablanca a coïncidé avec le lancement de différents chantiers, notamment en matière d’infrastructures, ainsi que par des relations tendues avec le président du Conseil de la ville, Mohamed Sajid.
 
Ibrahim Boufous: Nouvelles missions
Ibrahim Boufous, l’ancien directeur général des affaires intérieures a été rattaché à l’administration centrale. Il a fait ses armes au sein du département de l’Intérieur, notamment dans les services de l’administration centrale, où il a été chargé de plusieurs dossiers notamment les élections, ou encore la direction des walis.
 
Promotions
La liste des gouverneurs a connu de nouveaux arrivants, notamment via la promotion interne. En effet, ce premier mouvement sous le gouvernement Benkirane a permis à des secrétaires généraux de certaines préfectures et provinces d’accéder au poste de gouverneurs. Idem pour certains directeurs de centres régionaux d’investissements. D’autres anciens responsables de l’administration territoriale, ont été rappelés aux services centraux du ministère, notamment pour des raisons de santé. Parmi les 30 gouverneurs nommés, on retrouve la seule femme, Fouzia Imensar, qui a été mutée à Mohammedia. De son côté, Mohamed Fettal a été appelé à la province de Taza. A Casablanca, des changements sont intervenus à la tête de certaines préfectures comme Anfa qui a été confiée à Karim Kassi Lahlou, ou encore Aïn Chock, où Mohamed Kadiri a remplacé Fouzia Imensar.
 
Gouverneurs
• Fouzia Imensar, gouverneur de la préfecture de Mohammedia
• Mohamed Fettal, gouverneur de la province de Taza
• Ahmed Merghich, gouverneur de la province d’Errachidia
• Abdesslam Bikrat, gouverneur de la préfecture de Salé
• Al Mostapha El Attar, gouverneur de la province de Nador
• Abdelghani Sebbar, gouverneur de la province de Chichaoua
• Driss Benaddou, gouverneur de la province de Figuig
• Abdelhak El Haoudi, gouverneur de la province de Berkane
• Hicham Smahi, gouverneur de la préfecture des arrondissements Moulay Rachid
• Karim Kassi Lahlou, gouverneur de la préfecture des arrondissements Casablanca-Anfa
• Abdellatif Cheddali, gouverneur de la province de Khouribga
• Lahcen Aghoujdame, gouverneur de la province de Tinghir
• Nabil Kharroubi, gouverneur de la province de Larache
• Hassan Belhadfa, gouverneur de la province de Taounate
• Mohamed Kadiri, gouverneur de la préfecture d’arrondissement d’Aîn Chock
• Abdenbi Jaouada, gouverneur de la province de Mediouna
• Saleh Benyettou, gouverneur de la province de Ouarzazate
• Ali Akdim, gouverneur de la province de Boulemane
• Azeddine Halloul, gouverneur de la province de Tan Tan
• Mustapha Draiss, gouverneur de la province de Sidi Bennour
• Mohamed Ali Oukassou, gouverneur de la province de Khénifra
• Abdelghani Samoudi, gouverneur de la province de Zagora
• Mustapha El Maaza, gouverneur de la province de Benslimane
• Abdellatif Bacheikh, gouverneur de la province d’El Hajeb
• Younes El Bathaoui, gouverneur de la province d’Al Haouz
• Abdelhamid Chennouri, gouverneur de la préfecture d’Inzegane-Ait Melloul
• Mohamed M’rabet, gouverneur de la préfecture de M’diq-Fnideq
• Jamal Attari, gouverneur de la province de Ouezzane
• Samir Yazidi, gouverneur de la province de Tiznit
• Abdelouahab Jabiri, gouverneur de la province d’Essaouira.

 Source : L Economiste

Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
016
017
015
014
013
012
011
005
bateaux