thrmagazine

Marrakech Hôtellerie L’hôtel Tropicana ferme ses portes


Vendredi 8 Juin 2012

Jardins Gourmands, la société de gestion a déposé le bilan
58 employés pas payés et ballottés entre propriétaire et gestionnaire. L’hôtel Tropicana qui a fermé ses portes est visiblement laissé à l’abandon. Ni le gestionnaire ni le propriétaire ne se soucient de ses 58 employés.



Marrakech Hôtellerie L’hôtel Tropicana ferme ses portes

   Jardins Gourmands, la société de gestion a déposé le bilan

58 employés pas payés et ballottés entre propriétaire et gestionnaire. L’hôtel Tropicana qui a fermé ses portes est visiblement laissé à l’abandon. Ni le gestionnaire ni le propriétaire ne se soucient de ses 58 employés.

   

C’est un des premiers hôtels à tomber sous l’effet de la crise du tourisme à Marrakech. L’hôtel Tropicana de 158 chambres a mis les clefs sous le paillasson. Son gérant a déposé le bilan après avoir tourné avec un taux d’occupation dérisoire (trois à quatre chambres occupées durant les mois de novembre et décembre).

 

La société des Jardins Gourmands qui a pris en gestion cet hôtel de 3 étoiles en 2010 est en cessation de paiement depuis février 2012. Aussi a-t-elle abandonné l’établissement mettant en déroute ses 58 salariés. Pour son directeur, Jean Carré, la crise du tourisme a eu raison de sa résistance d’autant plus qu’il a dû faire face à un investissement supplémentaire pour mettre l’établissement en marche lorsqu’il l’a repris en gestion. «Il a fallu revoir certaines installations et rénover totalement des équipements», explique Carré qui estime ses pertes à plus de 4 millions de DH depuis 2010.

 

«Nous aurions pu nous en sortir si nous avions en gestion la discothèque qui fait l’objet d’un contrat à part», ajoute-t-il.
Les derniers mois de l’année 2011 ainsi que les trois premiers de 2012 ont été difficiles pour le secteur du tourisme. Les établissements qui ne sont pas adossés à des enseignes sont plus en difficulté que d’autres. La baisse de régime dans l’activité touristique pousse par ailleurs certains établissements à des baisses des tarifs qui nuisent directement aux 3 étoiles.

 

 «Les 4 étoiles vendent aujourd’hui au prix d’un 3 étoiles et nous obligent à suivre cette dégringolade», ajoute Carré. D’après lui, le prix moyen de vente des 4 étoiles est de l’ordre de 250 DH/nuitée.
La situation de l’établissement hôtelier met sur la touche les 58 employés de l’unité qui  n’ont pas perçu leurs salaires depuis 4 mois. «Ce sont des employés de l’établissement. C’est au propriétaire de  veiller sur eux», estime Carré. Le propriétaire, de son côté, «fait la sourde oreille», selon les employés et cela malgré les interventions des autorités locales pour résoudre ce problème.


Contacté à plusieurs reprises par L’Economiste, Sabry Nekmouche, propriétaire du Tropicana, est resté injoignable. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que les salariés de cet hôtel sont ballottés entre le propriétaire et le gestionnaire. Au lendemain du départ de Nouvelles Frontières en 2008, après un contrat de gestion de 17 ans, l’hôtel avait fermé ses portes et remercié les employés. Il a fallu plusieurs sit-in et l’intervention de l’Inspection du travail et celle des autorités locales pour que le propriétaire honore ses engagements avec les employés. Dans la foulée, il a rouvert l’établissement avant de le confier en gestion à la société Jardins Gourmands qui vient de jeter l’éponge à son tour.


L ‘Economiste B. B.


Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
016
017
015
014
013
012
011
005
bateaux