thrmagazine

Ouarzazate Cinéma / Tournage Défaillances flagrantes en matière d’infrastructures médicales. Le cas de l’acteur de Prison Break Dominic Purcell.


Vendredi 17 Juin 2016

«Je pensais que j’allais mourir au Maroc». Ainsi parle Dominic Purcell, l’un des héros de Prison Break, lorsqu’il raconte son accident durant le tournage de cette série à succès à Ouarzazate. L’acteur a eu de la chance. IL a survécu à un grave accident durant le tournage de cette série, le 30 mai, à Ouarzazate.



 
   «Je pensais que j’allais mourir au Maroc». Ainsi parle Dominic Purcell, l’un des héros de Prison Break, lorsqu’il raconte son accident durant le tournage de cette série à succès à Ouarzazate. L’acteur a eu de la chance. IL a survécu à un grave accident durant le tournage de cette série, le 30 mai, à Ouarzazate.
 
 Dans une interview au magazine Deadline, Purcell fustige le manque d’infrastructures sanitaires à Ouarzazate et région. Purcell confie qu'il a vécu un moment très délicat, lorsqu’une lourde barre métallique a atterri sur son visage, il a senti comme une explosion. Tout de suite après, une douche de sang, selon le journaliste Qods Chabaa, cité par notre confrère 360.ma
 
«Lorsque je demande ce qui m’est arrivé, un assistant sur le plateau de tournage me dit "on voit la peau et ton nez a changé de place». Puis une voix intérieure qui lui dit «soit tu t’en sors, soit tu meurs». Ses blessures ont nécessité plus de 120 points de suture.
 
  Lorsqu’il réalise ce qui lui arrive, Purcell demande à ce qu’il soit transféré à l’hôpital. Et c’est là que d'autres mésaventures commencent. Avant d’être opéré par un chirurgien-plasticien casablancais, l’acteur a dû faire le tour de la clinique où il n'y avait personne pour le soigner, puis à l’hôpital où la vue des chats l’a choqué.
 
  «Heureusement que mon amie était là, elle a imbibé mon visage d’alcool, m’a enveloppé le nez dans une gaze puis je suis allé à Casablanca dans un hélicoptère envoyé par Fox», témoigne l'acteur. Fox production a donc financé le déplacement de Purcell en hélico depuis Ouarzazate jusqu'à Casablanca où il a enfin pu être soigné.
 
   Après avoir pris une barre de fer sur la tête pendant le tournage de Prison Break, Dominic Purcell est revenu sur le tournage de la série où ses blessures vont être intégrées au scénario.  Il est à  savoir que le 6 août 2015, la Fox annonce que Prison Break reprendra pour une nouvelle saison, sous la forme d'une mini-série de 10 épisodes qui sera diffusée en 2016. Dominic Purcell a repris donc son rôle de Lincoln Burrows pour 10 épisodes avec ses partenaires  Wentworth Miller (Michael Scofield) et Sarah Wayne Callies (Sara Tancredi).
 
  Dominic Purcell a fustigé à travers cette interview l’état lamentable des infrastructures sanitaires dans une ville où ont été tournées de grosses productions américaines, a-t-il  précisé, en citant «American Sniper» et «Black Hawk Dawn». Et il a complètement raison. Heureusement il s’en est sorti. Autrement dit ça aller être une vraie catastrophe pour Ouarzazate, pour  les tournages des films dans le soit disant « Hollywood africain » et pour la renommée cinématographique au Maroc. Un acteur qui décède par manque d’infrastructure médicale est la pire gifle et injure qu’allait recevoir le pays.
 
  Il faut dire que les Pouvoirs Publics sont responsables de cette situation alarmante de manque d’infrastructures médicales convenables, à la fois vis à vis des nationaux, mais également vis à vis des touristes et des professionnels du cinéma en tournage à Ouarzazate. La situation n’est pas récente et date depuis des années. Elle concrétise, malheureusement encore, chez nos responsables, l’esprit du Maroc utile et du Maroc Inutile.
 
 A Agadir, capitale du tourisme balnéaire, les travaux de lancement d’un CHU viennent de commencer cette année, tant mieux. Mais cela devrait se faire depuis des années. Nos responsables n’ont malheureusement pas encore saisi, que les prestations médicales de pointe font partie intégrante du produit touristique. Jamais ce volet n’a été développé par un ministre du tourisme et ses confrères au gouvernement. On ne parle pas de ce sujet or il est de grande importance pour les TO, comme pour les touristes, habitués chez eux à un secourisme de première classe, avec le matériel, les équipements, les ambulances, les évacuations nécessaires et le personnel spécialisé et professionnel bien aguerri.
 
  Lorsqu’on constate les défaillances flagrantes dans nos « fameux » hôpitaux, mais également dans de nombreuses cliniques privées ; celles des ambulances sans aucun équipement de première urgence, l’inexistence d’hélicoptère d’évacuation, l’état des urgences dans les établissements hospitaliers privées et publics, le manque de personnel spécialisé, urgentistes, infirmiers spécialisés, appareils de secours sophistiqués etc… il y a de quoi dire, c’est très grave. C’est alarmant. Un vrai cauchemar vécu par tous ceux qui un jour ont eu la mauvaise chance de se trouver au mauvais moment, lors d’un accident de circulation ou autre. Arrêtez ces horreurs !
 
  Ouarzazate, avec son méga projet solaire, doit être au niveau des prestations médicales et médicalisées de qualité. En effet, le projet solaire va drainer des touristes (nationaux et étrangers)- pour voir cette réalisation unique en son genre. Alors, il est urgent de procéder à la réalisation d’un hôpital provincial de valeur englobant les spécialités nécessaires et renfermant un département d’urgence des plus équipés et  avec le personnel médical spécialisé, bien formé qu’il faut. Ce n’est pas un luxe. C’est un besoin nécessaire qui rendra service à toute la population qui gravite autour de la province de Ouarzazate, mais également de Tinghir et Zagora…
 A bon entendeur, salut
 
Mohamed RIAL
 





Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
017
016
015
014
013
012
011
005
bateaux