thrmagazine

Parlement Le gouvernement officiellement investi : 218 parlementaires ont voté oui pour le programme de Benkirane contre 135.


Jeudi 26 Janvier 2012

La majorité a été disciplinée par la présence massive de ses parlementaires au sein de l'hémicycle, appuyée par quelques députés qui ont manifesté, dès le démarrage des consultations pour la formation du gouvernement, leur soutien à Benkirane. Ainsi, 218 représentants ont voté pour le programme gouvernemental alors que 135 députés issus du RNI, du PAM, de l'USFP et de l'UC l'ont rejeté. L'opposition tant dans la première que dans la deuxième chambre avait lancé des critiques acerbes à Benkirane lors des différentes interventions des groupes parlementaires.



Parlement       Le gouvernement officiellement investi :     218 parlementaires ont voté oui pour le programme de Benkirane contre 135.

Le gouvernement peut vaquer désormais à la mise en œuvre de ses engagements après avoir été investi par la majorité absolue des membres de la Chambre des représentants.

 

La majorité a été disciplinée par la présence massive de ses parlementaires au sein de l'hémicycle, appuyée par quelques députés qui ont manifesté, dès le démarrage des consultations pour la formation du gouvernement, leur soutien à Benkirane. Ainsi, 218 représentants ont voté pour le programme gouvernemental alors que 135 députés issus du RNI, du PAM, de l'USFP et de l'UC l'ont rejeté. L'opposition tant dans la première que dans la deuxième chambre avait lancé des critiques acerbes à Benkirane lors des différentes interventions des groupes parlementaires.

Le chef du gouvernement considère que les remarques ont été tantôt sévères tantôt «erronées». Contrairement à sa démarche lors de la présentation du programme gouvernemental la semaine dernière, il n'est pas resté collé à sa feuille en répondant, hier, aux divers reproches qui lui ont été adressés. Il est parvenu à arracher des sourires aux parlementaires de l'opposition et parfois leurs applaudissements. Il se dit être déterminé à rester transparent et franc et à lutter contre la corruption et l'économie de rente, appelant l'opposition à le soutenir dans sa mission. Il est conscient de la difficulté de sa tâche. Mais les efforts de lutte qui seront déployés seront progressifs pour atteindre les objectifs tracés. Quelques indicateurs positifs sont déjà enregistrés. Le conseiller de l'Union constitutionnelle Driss Radi vient de rendre à Benkirane l'agrément du taxi qu'il détenait. Une initiative jugée louable par le chef de l'exécutif qui appelle à ce que d'autres actions similaires suivent. En ce qui concerne la critique qui a été adressée à l'exécutif sur sa marginalisation des aléas de la crise économique internationale, Benkirane estime que le Maroc a démontré sa capacité à s'adapter à toutes les conditions et à dépasser les problématiques auxquelles il fait face.

Il a déjà obtenu quelques promesses de la part de certains partenaires d'appuyer les efforts de développement entrepris dans le Royaume. S'agissant du reproche ayant trait à la faiblesse d'indicateurs chiffrés, la majorité pense qu'il ne faut pas faire l'amalgame entre le programme gouvernemental comportant les grandes lignes des engagements gouvernementaux et les projets annuels de loi de finances. Lesquels doivent contenir des engagements chiffrés avec une programmation échelonnée dans le temps. Le gouvernement a été aussi épinglé par sa décision d'œuvrer dans la continuité. Le chef du gouvernement considère que cette critique est fortuite étant donné que le Maroc doit continuer dans la stabilité tout en rectifiant les dysfonctionnements constatés de part et d'autre.

 

    Concernant la représentation féminine jugée trop faible au sein du gouvernement, Benkirane avoue son entière responsabilité en la matière, présentant des excuses solennelles à la gente féminine et promettant de rectifier le tir au niveau des postes de responsabilités. Il tient à interpeller la classe politique sur cette question soulignant que tout doit commencer au sein des partis politiques pour que les femmes puissent atteindre l'égalité tant escomptée. Lors des précédentes législatives, 5 % seulement des têtes de liste étaient des femmes. Et sept femmes seulement ont pu accéder au Parlement par le vote direct.

Par ailleurs, Benkirane a lancé un discours rassurant quant au « modernisme », le considérant comme un comportement, une pratique et un cadre référentiel de la mise en œuvre de la démocratie et de la lutte contre les avantages illégaux. « Le modernisme pour nous réside dans l'égalité de tous les citoyens devant la loi », dit-il. Pour la question de l'augmentation du SMIG à 3000 DH qui a figuré dans toutes les interventions des groupes de l'opposition, le chef de l'exécutif indique que le gouvernement tient toujours à cette promesse à l'horizon 2016. Le secteur public est gérable en la matière mais il faudra négocier avec le privé et comprendre également ses contraintes.
Le gouvernement aura-t-il les moyens de ses ambitions ? En tout cas, son chef semble être optimiste promettant d'explorer toutes les voies pour atteindre les objectifs fixés.

La concrétisation des desseins passera, selon lui, à travers la régionalisation, la mise en œuvre de la bonne gouvernance, la rationalisation des dépenses au niveau de l'administration publique, le développement des ressources financières publiques à travers la réforme fiscale, la quête de nouveaux moyens de financements supplémentaires et l'adoption de nouveaux mécanismes de partenariat entre les secteurs public et privé.

Absentéisme des conseillers

Le chef de l'exécutif promet d'être à l'écoute des parlementaires tant de première que de la deuxième chambre même si les conseillers ont brillé par leur absentéisme durant les séances plénières de cette semaine. Hier, ils étaient seulement une cinquantaine à venir écouter la réponse de Benkirane aux différentes remarques qui lui ont été adressées. La présence des parlementaires et leur assiduité représentent un enjeu de taille aussi bien pour le gouvernement que pour le président de la Chambre des représentants qui a promis de prendre les mesures nécessaires contre tous les députés qui s'absenteront sans raison valables.

                                     Source : Le Matin


Mohamed Rial




Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
016
017
015
014
013
012
011
005
bateaux