thrmagazine

Plantes Médicinales Certification : Exploitation durable des plantes médicinales


Lundi 14 Mai 2012

Lancement d’un projet pour la conservation de la biodiversité et la lutte contre la pauvreté.
Le continent noir possède 30% des ressources naturelles, mais il ne contribue qu’à hauteur de 6% dans le marché mondial des PAM.



Plantes Médicinales  Certification : Exploitation durable des plantes médicinales
Lancement d’un projet pour la conservation de la biodiversité et la lutte contre la pauvreté.
Le continent noir possède 30% des ressources naturelles, mais il ne contribue qu’à hauteur de 6% dans le marché mondial des PAM.
 
En matière de plantes aromatiques et médicinales (PAM), le Maroc dispose d’un des patrimoines naturels les plus riches au monde, en raison de sa diversité biologique (4 200 espèces recensées, dont 800 sont endémiques) et parmi lesquelles près de 400 espèces sont reconnues pour leur usage médicinal ou aromatique.
Malgré ce potentiel végétal, ce secteur reste sous-exploité. Ainsi pour remédier à ce déficit, un projet de sauvegarde de la biodiversité et développement rural par la valorisation des PAM méditerranéennes au Maroc a été lancé.
 
Signé entre le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) et le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la lutte contre la Désertification (HCEFLCD), avec pour partenaires techniques et financiers : le ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime (MAPM), le ministère de l’Énergie, des Mines, de l’Environnement et de l’Eau (MEMEE), l’Agence de l’Oriental et l’Agence du Sud, ce projet vise l’exploitation durable des PAM. «Ce projet se propose de répondre aux besoins du secteur des PAM afin de soutenir les activités de la conservation de la biodiversité et de lutte contre la pauvreté par le biais d’un programme intégré composé de trois éléments: renforcement institutionnel des capacités pour la conservation et l’utilisation durable des PAM, promotion de la conservation de la biodiversité dans la transformation du marché et développement de services de la chaîne de valeur», a indiqué El Kébir Mdarhi Alaoui, conseiller Environnement et Développement durable au Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) au Maroc.
 
Ce projet qui a pour objectif également d’introduire des activités génératrices de revenus se réalisera en concertation avec les populations locales dans quatre régions pilotes : Jerada-/Talsint (Oriental), Chefchaouen (Rif), Timahdit/Azrou (Moyen-Atlas), Ijoukak/Marrakech (Haut-Atlas). Les initiateurs du projet ont, par ailleurs, choisi cinq plantes. «Une évaluation rigoureuse des espèces cibles a été conduite lors du développement de l’idée de projet, dans laquelle des critères économiques, écologiques et sociaux ont été utilisés pour déterminer le choix des plantes et de leurs régions et qui ont conduit au choix de cinq plantes : romarin, thym, pyrèthre, origan et origan», a ajouté M. Mdarhi Alaoui.
 
Parmi les résultats attendus du projet, le renforcement des capacités d’appliquer des techniques de récolte certifiées et durables, l’adoption de la stratégie nationale des PAM, l’intégration des systèmes de certification, le renforcement de la réglementation et l’intégration des transformateurs, collecteurs et distributeurs informels dans la chaîne de valeur, etc.La sous-exploitation des PAM concerne aussi l’Afrique. Pour Zoubida Charrouf, professeur à la Faculté des sciences de Rabat et présidente de l’Association Ibn Al Baytar pour la promotion des plantes médicinales, le continent noir possède 30% des ressources naturelles, mais il ne contribue qu’à hauteur de 6% dans le marché mondial des PAM.
 
Selon elle, ce retard est dû notamment au manque de formation des exploitants. Ces derniers ne respectent pas les nouvelles normes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). «Pour remédier à cela, nous allons lancer en septembre prochain un projet de formation des éco-entrepreneurs dans les PAM comme celui réalisé en République démocratique du Congo», a noté Mme Charrouf.

Chaîne de valeur
Le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) et le Crédit Agricole du Maroc ont signé lors du dernier Salon international de l’agriculture au Maroc à Meknès, une convention de partenariat pour la conservation des ressources naturelles et la sauvegarde de la biodiversité dans la chaîne de valeur des Plantes aromatiques et médicinales (PAM). Intitulé : «Intégration de la Biodiversité dans les chaînes de valeur des plantes aromatiques et médicinales méditerranéennes au Maroc», ce projet sera mis en œuvre par le Haut commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification (HCEFLCD).
 
    Le Matin

Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
016
017
015
014
013
012
011
005
bateaux