thrmagazine

Souss Massa Tourisme Rural La SDR (Société de Développement Régional) en vue. Préparez vous !


Mardi 19 Juillet 2016

Le programme Qariati, que la SMIT (Société Marocaine de l’Investissement Touristique), envisage de mettre en application regroupe 67 projets au niveau de la région Souss-Massa dans le cadre du programme de développement intégré du tourisme rural et de nature. Programme, rappelons-le, qui a fait l’objet d’une convention cadre signée, il y a trois ans, par différents départements ministériels avec un fonds d’amorçage de près de 2,3 MMDH, dont 287 MDH sont alloués à la région Souss-Massa.



 Le programme Qariati, que la SMIT (Société Marocaine de l’Investissement Touristique), envisage de mettre en application regroupe 67 projets au niveau de la région Souss-Massa dans le cadre du programme de développement intégré du tourisme rural et de nature. Programme, rappelons-le, qui a fait l’objet d’une convention cadre signée, il y a trois ans, par différents départements ministériels avec un fonds d’amorçage de près de 2,3 MMDH, dont 287 MDH sont alloués à la région Souss-Massa.
 
 Or c’est dans le volet gestion que ce programme dérange les opérateurs et les professionnels du secteur du tourisme en général, rural en particulier. En effet, la SMIT envisage la création d’une SDR (Société de Gestion Régional), sous sa gestion directe. Un beau scandale dans la mesure où on est en pleine action pour concrétiser la Régionalisation Avancée. Donc en dehors de toute concentration, décentralisation et ingérence de Rabat. LA SMIT veut tout concentrer à Rabat.
 
  En plus la SMIT est une Société d’Investissement et non une société de gestion touristique. Signer des partenariats avec des ministères ne lui donne pas le droit par ce fait de gérer le tourisme local, dans son volet rural et urbain. Car c’est justement là ou la SMIT est vraiment vicieuse car elle veut créer  ainsi une Société de Développement Local. C’est dans clair qui dit développement local dit bien sûr tourisme urbain, rural culturel, balnéaire. Sous la grande étiquette régionale, pour faire bonne figure. Quelle bonne volonté ! La Smit pour commencer à engager des consultations dans ce sens avec les élus régionaux, afin de créer cette fameuse SDL. Des réunions présidées en personne par Imad Barkad, Président du Directoire de la Smit ? Pourquoi des élus régionaux ? Pour la simple raison de le Conseil Régional aura le budget nécessaire. Donc une proie facile !
 
  Pire encore, parmi les missions de la SDL, dont les statuts sont en cours de préparation, figure la gestion des produits d’animation, comme les produits de niches, les amodiations, circuits, écomusées, centres d’interprétation… et centres d’accueil touristiques. La commercialisation et distribution est l’une des autres principales missions dévouées à la SDL. A travers notamment, l’organisation de foires et salons, animation des réseaux sociaux, production de supports de communication et gestion de la centrale de réservation. Rien que cela diriez-vous ? Eh bien oui. L’intention est bonne de tout prendre en main pour une bonne exploitation financière, afin de justifier multiples dépenses, salaires, frais de déplacements…
 
 Voilà tout est dit. C’est vraiment tentaculaire. EN plus à travers une gestion directe, piloté de Rabat. C’est vraiment révoltant. C’est de l’anti développement touristique régional véridique, dans la mesure où dans tous les pays touristiques, ce sont les Régions qui prennent en chargent le développement et la promotion du tourisme régional. La Smit doit prendre exemple, à travers les expériences réussies de la France, dans cet esprit, des Iles Canaries et de l’Espagne.
 
 Avec l’esprit SDL et SDR conçu par la Smit, c’est vraiment une entité grandiose envisagée pour s’occuper du tourisme dans son sens le plus large, reléguant en arrière plan le CRT, l’AIH, Les Agences de Voyages, le CRI, l’ONMT etc…  En plus le concept pivote entre la SDL et le SDR ( société de Développement Régional). Or, c’est aux élus locaux et régionaux en bonne coordination avec les opérateurs et les professionnels locaux et régionaux du tourisme de se prendre en main et d’opter pour la formule qui leur convient pour la gestion, sous la forme d’une SA, (pour quoi ?) pour décider de la manière avec laquelle ils veulent développer le tourisme régional, selon les réalités, les atouts et les potentialités de la Région. Evidement bien loin de la centralisation envisagée par la Smit.
 
 La Smit parle de la création d’un Comité  Régional de Coordination et des Comités Provinciaux de suivi. Quand même : arrêtez de penser à du n’importe quoi. C’est vraiment une injure à l’esprit de la Régionalisation Avancée. Les acteurs locaux et régionaux doivent être maîtres de la décision tant au niveau de la conception que celui de la décision et de suivi. Si la Smit veut s’inscrire dans cette dynamique, sans main mise, pour quoi pas, pour apporter son soit disant « savoir faire en matière d’investissement » : oui. Mais en tout cas il n’est pas question de laisser la Smit opter à une gestion directe d’un secteur et d’un milieu qu’elle ne maîtrise pas et qu’elle ne pourra jamais maitriser car elle n’a ni la vision locale et régionale correcte cumulée par des années d’exercices par les professionnels de terrain locaux et régionaux, ni les compétences pour le faire.
 
 Moralité : SDL ou SDR ? Le projet de la Smit est malvenu dans sa conception spéciale Smit ; car il dérange par sa perception des choses et par sa « logique » de centralisation et de main mise, rendant les locaux bons pour écouter et exécuter. La mobilisation est de mise donc chez les élus et les professionnels qui ne peuvent se laisser guider comme des moutons sous prétexte que cela vient d’une société d’Etat. La rentrée touristique régionale s’annonce chaude car les locaux n’ont nullement l’intention de se laisser faire. Ils écoutent pour l’instant. Mais c’est à eux que devient la décision finale.
 
Car le comble de cette perception « smitarde » est quelle se base sur des subventions de la Région Sous Massa. Autrement dit avec un langage clair : « donnez -nous votre argent, on vous gère le tourisme chez vous. » Cela sous entend que les locaux : élus, professionnels, autorités, représentants de la société civile, sont  incapables de prendre en main le secteur. Une vraie injure inacceptable.
Qui le faisait alors depuis toutes ces années ?
 That is a good question for Smit.
 
  La Smit arrive avec sa SDL et sa SDR : préparez-vous à régir fermement en tant que professionnels et opérateurs régionaux et élus plus adaptes à défendre le produit touristique régional que quiconque…
A bon entendeur, salut
 
Mohamed RIAL

Affaire à suivre…
 

Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
017
016
015
014
013
012
011
005
bateaux