thrmagazine

Tourisme Statistiques de juin et Juillet : pourquoi cet embargo ?


Lundi 16 Septembre 2013

Les professionnels du secteur du tourisme s’étonnent scandaleusement bien au sujet des statistiques officiels, à l’échelon national, du mois de juin et de juillet, qui ne sont pas toujours rendus public. Il est évident que c’est le ministère de tutelle qui donne le feu vert de la publication de ces chiffres.



Tourisme    Statistiques de  juin et Juillet : pourquoi cet embargo ?
 
   Les professionnels du secteur du tourisme s’étonnent scandaleusement bien au sujet des statistiques officiels, à l’échelon national, du mois de juin et de juillet, qui ne sont pas toujours rendus public. Il est évident que c’est le ministère de tutelle qui donne le feu vert de la publication de ces chiffres.

  Or jusqu’à présent rien n’est encore fait. On parle ainsi dans le milieu des professionnels d’un embargo exercé par le ministre au sujet de ces chiffres qui ne seraient pas satisfaisants et qui donc risquerait de compromettre son optimiste intéressé. La stratégie serait donc d’attendre les chiffres du mois d’août, qui sont comme sait monsieur tout le monde, bien positive et faire sortir un beau cumul sur les trois mois.

  En effet toutes les destinations touristiques nationales ont connu un flux formidable, juste après le ramadan, avec des surbooking jamais vu. C’est le cas d’Agadir par exemple, où on a vu des jeunes passer, pour la première fois la nuit dans la plage, faut de trouver où le loger. Bref faire noyer les chiffres du mois de juin et de juillet dans les statistiques du mois d’août pour faire ressortit un cumul positif, ne sert nullement les causes du tourisme. C’est un trompe œil dont notre tourisme souffre depuis des années et dont malheureusement il n’arrive pas à se débarrasser à cause de responsables qui cherchent avant tout à se mettre en avant avec des résultats toujours positifs.
  Ce qui est alarmant voire absurde, dans cette bagarre de chiffres, c’est que l’Observatoire du Tourisme, outil étatique qui est chargé de publier les chiffres et analyses du tourisme national, dispose de ces chiffres du mois de juin et juillet, mais ne peut les diffuser sans le feu vert du ministre. Or un Observatoire, doit être indépendant des instances du ministère du tourisme, pour avoir de la crédibilité auprès des professionnels, sinon il reste une caisse de résonnance du ministère de tutelle, ce qui n’arrange nullement les analyses et observations relatives au secteur.
  En tout logique l’Observatoire doit dépendre de la profession (c’est elle qui doit le financer) pour rester indépendant et jouir de l’altitude nécessaire afin de faire les analyses pertinentes qu’il faut. IL est évident que pour avoir une bonne visibilité du secteur, de son évolution ou de son régression, on a besoin du travail des Observatoires Régionaux du Tourisme. Or ils n’existent pas, ce qui est une aberration impardonnable pour un secteur érigé en priorité économique nationale depuis douze ans.
  ON ne peut clore ce chapitre chiffres sur le tourisme sans réclamer des analyses plus approfondies et plus réfléchies qui dépassent le traditionnel chapitre arrivées et nuitées, et aller vers plus de détails : taux de retour par destination, dépenses touristiques moyenne par région et par destinations, chiffres concernant les croisiéristes et des camping caristes etc…
  Inutile de revenir sur le sujet éternel des arrivées en postes frontières considérées toutes comme touristiques, ce qui ne l’est pas du tout. La base d’un calcul qui se respecte ne peut être fait sur  des nuitées passées dans les établissements d’hébergement, classés ou pas (dans la mesure qu’ils reçoivent des clients). Cela veut dire qu’il faut bien lutte contre l’hébergement clandestin et celui chez l’habitat qui fleurit de plus en plus, en le structurant avec un cahier de charge bien précis, comme il se fait ailleurs  en la matière.
  Les analyses chiffrées sur notre tourisme doit être accompagnées également ; chaque trimestre sinon chaque semestre par des études de satisfaction à travers les principales destinations touristiques du pays, pour savoir exactement qui vient chez nous : où, comment ? Pourquoi et en quelle période ? Bref, faire du bon travail d’analyse et ne pas de contacter des chiffres plats sans aucun commentaire ou observation, sinon des commentaires restreintes. A bon entendeur, salut.

Mohamed RIAL

Mohamed Rial




Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
016
017
015
014
013
012
011
005
bateaux