thrmagazine

Tourisme Vision 2020 : reste juste 7 ans. NÉCESSITÉ D’ÉRIGER LE TOURISME EN UNE VRAIE INDUSTRIE.


Lundi 2 Septembre 2013

Fin 2013, on sera à sept années de la date fatidique pour la concrétisation de la vision 2020. Le Maroc a donc réalisé les dix millions prévus pour 2010, bien entendu en comportant les marocains résidents à travers le monde sans que leur apport en devise ne soit incorporé dans les recettes du tourisme, mais cela est une autre paire de manche. Avec ce chiffre de dix millions de touristes, les hôtels classés ne tournent qu’a 50% de remplissage comme moyenne annuelle.



Tourisme  Vision 2020 : reste juste 7 ans.   NÉCESSITÉ D’ÉRIGER LE TOURISME EN UNE VRAIE INDUSTRIE.
Fin 2013, on sera à sept années de la date fatidique pour la concrétisation de la vision 2020. Le Maroc a donc réalisé les dix millions prévus pour 2010, bien entendu en comportant les marocains résidents à travers le monde sans que leur apport en devise ne soit incorporé dans les recettes du tourisme, mais cela est une autre paire de manche. Avec ce chiffre de dix millions de touristes, les hôtels classés ne tournent qu’a  50% de remplissage comme moyenne annuelle.
 
 Selon les prévisions de la vision 2020, le Maroc doublera  sa capacité hôtelière et les hôtels tournerons  toujours à 50% de taux d’occupation sinon moins, car en premier lieu beaucoup de nos T.M.E entreront au pays pour raison de retraite ou disparition et leur descendance chercherons d’autres lieux de  villégiature, sûrement car les mentalités auront changé. La preuve en est le changement de comportement remarquée déjà des MRE de la troisième génération.
 
 Aussi, et afin de voir concrétiser la vision de 2020 il est important et dès le début l’année 2014  de revoir certaines données pouvant améliorer les activités vers le produit Maroc et rentabiliser les investissements touristiques, sachant que dans l’hôtellerie à elle seul, le taux de remplissage de 50% ne fait qu’équilibrer le compte d’exploitation aux meilleurs des cas.
 
   Ainsi, plusieurs actions doivent être entamées dans cette perspective de révision et de consolidation de la vision 2020, à travers:
 
  • L’Education touristique de la population. Il est effet primordial de donner une éducation touristique  à la population locale car à ce jour  celle-ci voit en l’étranger visitant le Maroc comme un invité qui mérite respect et non une source d’apport de devise et porteur de richesse pour le développement touristique donc économique et social du pays.
 
En effet, L’industrie touristique n’est pas vue par la majorité  de la population comme les autres industries tel que le textile ou le ciment ou l’alimentaire ou minière mais plutôt assimiler à la recherche de plaisir des visiteurs étrangers ou nationaux.
 
 
 
- L’ Etude profonde de la tendance des pays ciblés pour le  Voyage et la destination. Une étude approfondie doit être exécutée par les délégations de l’ONMT à l’étranger sur les populations locales de façons très rapprochée afin de connaître la tendance par tranche d’âge des besoins de voyage et  déterminer le choix des destinations touristiques et diffuser cette étude auprès des professionnels et opérateurs du secteur. Une étude qui doit être actualisée car les tendances du tourisme changent au fil des années. On ne peut prévoir un développement touristique sur des études passées et des tendances consommées.
 
 
- La Révision du planning d’investissement au vue de cette étude. Encourager – assister - intéresser les investisseurs et promoteurs dans le domaine touristique et les alléger au niveaux du poids de l’impôt car l’industrie touristique n’est pas comme toute les autres industries, c’est une industrie basé sur l’humain et la conjoncture international : paix, guerre, crise économique, aléas climatiques, naturelles etc… Tenir en compte la particularité du métiers de service ou les frais du personnel (logement – nourriture - organisme social instabilité – impôt) et le coulage dans les marchandise consommable.
 
  Aujourd’hui une multitude d’impôt est supporté par ce secteur allant jusqu’au nombre de dix et cela influx sur la concurrence tarifaire avec d’autres pays concurrentiel qui ont des impôts plus léger que les nôtres.  Ajoutez à cela les tarifs appliqués pour l’eau et l’électricité qui doivent être  appliqués aux autres industries, car la situation actuelle est contradictoire surtout pour un secteur érigé comme priorité économique nationale mais malheureusement non considéré comme une industrie, à l’instar de ce qui est dans les autres pays touristiques.
 
   
   Les investisseurs étrangers et nationaux ne se hasardent à investir que s’ils jugent que leurs droits sont garantis. Aussi une reforme de la justice, la célébrité de ses jugements et la garantie d’exécution est indispensable. La  participation  de  la C.G.E.M dans la reforme est souhaitable. L’hôtellerie est un métier de service, et cela impose des normes afin de servir au mieux le consommateur selon la classe qu’il a choisi.

   Il est à signaler que pour le développement de notre tourisme dans les années à venir nous avons besoin d’une stratégie nationale sur l’animation touristique et loisirs. Le tourisme ce n’est pas que de l’hôtellerie et des restaurants. Il est vital pour le secteur d’encourager l’investissement adéquat à ce sujet avec la réalisation d’aqua parcs, musées, bowlings, aquariums, parcs de loisirs, parcs à thèmes, patinoires, piscines couvertes, centres d’animation de tout genre, à l’instar de ce qui se passé ailleurs et ce dans les principales destinations touristiques du pays : Marrakech, Agadir, Fès, Meknès, Tanger, El Jadida, Tanger, Tétouan etc… 
 
  - Le bon suivi des prestations. Le tourisme  est d’abord du service qui doit générer une satisfaction du client et lui procurer du plaisir. Ainsi les représentants du ministère de tutelle doivent suivre de  près le respect de la qualité des services des établissements d’hébergement et restaurants. Les commissions de contrôle et de classification  des établissements, doivent être du ressort du ministre de tourisme, à travers ses délégations régional et non du ressort des autorités locales qui ne maîtrisent pas la technicité lier aux métiers de l’hébergement et la restauration.
 
  Nous devons prendre l’exemple de certains pays à vocation touristique tel que l’Espagne qui donne de très larges prérogatives aux délégations du tourisme régional avec des pouvoirs de contrôle autonome, loin des restrictions administratives avec aucun lien vis-à-vis des autorités locales. Il est judicieux de prendre l’exemple de ce même pays qui installe dans chaque ville touristique un hôtel étatique respectant toutes les normes officiels et servant d’exemple pour toute commissions de classement (Hôtels PARADOR)
 
 Le tourisme étant l’affaire de tous ; il exige d’autres intervenants à travers des compétences de différents  ministères ayant des incidences sur le développement du secteur : Ministère du transport pour le transport touristique, Ministère de l’artisanat, ministère du Commerce, Formation professionnelle, Affaires Etrangères …
  • Le Développement du secteur de la santé de qualité  dans toutes les zones à potentiel touristique. La santé est un levier important pour le tourisme, car l’assistance médicale doit être fournie correctement aux visiteurs et les organisateurs de voyage (agences et tours opérateurs) mettent en priorité la sécurité sanitaire dans le choix des destinations à commercialisés.
  •  
Il est donc impératif de développer les infrastructures sanitaires étatiques ou privés, aux normes internationales, dans toutes les zones a potentiel touristique. Tenir en compte que le tourisme des séniors offre un énorme potentiel mais reste directement lié au développement des unités médicales spécialisés en gérontologie, maladies cardiaques etc…
 
 
- La Rénovation des monuments. Les monuments – les musées - les théâtres - les salles d’exposition – les manufactures artisanales doivent être entretenus et développés. Il est regrettable de constater que certains monuments historiques sont à l’état d’abondant et ce depuis des années, sans la moindre rénovation ou entretien minimal. Ces monuments qui témoignent de notre richesse civilisationnelle et notre histoire doivent jouir de l’intérêt qu’il faut à l’instar de ce qui se passe, avec fierté, dans certains pays tel que France, l’Italie, l’Espagne. Avec la négligence de l’entretient de nos monuments qui sont à l’état de ruine l’attrait d’un tourisme culturel en prend un vrai coup et laisse dégager une amertume chez les visiteurs.
 
 - Le Renforcement de  la Formation Professionnelle avec plus de qualité que de quantité et  l’emploi des lauréats dans des conditions satisfaisantes.  Comme dans les métiers, la main d’œuvre qualifié est la clé  de la réussite. Aussi et dans toutes les branches des métiers du tourisme la main d’œuvre est primordiale pour la bonne marche de ce secteur du développement national. Cette main d’oeuvre doit être qualifiée, jouir à la fois de formation initiale mais également de recyclage afin de servir correctement la cause du développement de l’industrie du tourisme.
 
        Le Maroc fait des efforts pour la formation mais il y a défaillance au niveau de l’action sur le terrain, par le manque d’application des règlements obligeants les entreprises à employer la main d’œuvre qualifiée sortant des écoles et d’autres formations similaires comme stipulé dans les normes de classification des entreprises touristiques. Mais aussi par un suivi de cette formation à long terme.
 
  Il ne faut pas former impérativement la quantité suffisante pour suivre le développement du secteur mais surtout faire que cette formation professionnelle soit aussi de bonne qualité supervisée par les professionnels de terrain, dont l’implication est nécessaire, dans les différentes phases de la formation. Car enfin de compte ce sont des professionnels de terrain qui vont recrutés les lauréats. Ils sont donc les mieux placés pour savoir quels sont les profils dont ils ont besoin et quel type de formation conviendrait.
   Il est certain que d’autres points intéressants restent encore à soulever pour bien cadrer le développement du secteur qui ne pourra avancer qu’avec une réelle implication des professionnels et opérateurs de terrain et avec une bonne synergie entre les divers intervenants car le tourisme reste l’affaire de tous.
 
Mohamed RIAL
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 

Mohamed Rial




Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
016
017
015
014
013
012
011
005
bateaux