thrmagazine

Tourisme de luxe : Marrakech collectionne les distinctions


Vendredi 25 Octobre 2013

Marrakech qui compte 175 établissements hôteliers et plus de 800 maisons d’hôte se positionne également sur le tourisme de luxe. Ses
hôtels, comme la Mamounia, ont récolté un grand nombre de distinctions.



La Mamounia
La Mamounia
 La Capitale du tourisme national, Marrakech, collectionne les distinctions. La destination vient d’intégrer le top 40 des lieux de villégiature les plus prisés par les
super-riches de la planète publié par le site Business Insider. Cet index qui comprend destinations réputées comme Vail en Colorado, Saint Barth, Venise, la Côte d’Azur, Saint-Moritz, les Maldives ou les Seychelles s’attache davantage aux prix de l’immobilier, la qualité de l’offre hôtelière et l’attractivité de la destination.
  Et Marrakech vient d’être reconnue par des milliardaires qui possèdent plus de 50 millions de dollars d’actifs comme destination de choix. Une
distinction qui réconforte la stratégie adoptée par les opérateurs de la ville ocre qui misent désormais sur le segment du luxe. Son offre aen effet pratiquement doublé entre 2009 à 2011 faisant de la cité ocre un cas à part dans le développement du tourisme marocain. Alors que la crise battait son plein, les unités de luxe ont émergé adossées à des signatures prestigieuses.

D’abord, la Mamounia qui a rouvert ses portes en 2009 et qui depuis collectionne lui aussi les distinctions. Le palace Marrakech est classé par de grands magazines spécialisés américains comme le Condé Nast traveller et le Travel and Leisure comme un des meilleurs hôtels du monde. «Marrakech a la chance de pouvoir diversifier l’offre hôtelière dans toutes les catégories: du haut de gamme aux maisons d’hôte, riads, fermes d’hôte», martèle à chaque fois Hamid Bentahar, président du Conseil régional du tourisme de Marrakech.
  Dans le sillage de la Mamounia, de grandes enseignes lui ont emboîté le pas comme le Royal Mansour, Barrières, Four Seasons, le palais Namaskar, le Taj Palace ou encore le Salman qui vient d’être sacré à Paris comme meilleur hôtel d’Afrique en 2013. Sans parler des enseignes comme le Sofitel ou la chaîne Kenzi qui visent désormais le luxe. Il faut dire que ces investissements hôteliers ont été portés par des enseignes internationales qui ont un grand impact sur les médias et ont sans doute tiré l’offre vers le haut.
   Pour rappel, le plan de tourisme de la ville de Marrakech avait identifié le segment de luxe comme outil de développement pour les prochaines années. Et en trois ans, la région a repris pied sur ce segment des plus rémunérateurs du marché en dépit des retentissements de la crise économique. A en juger par le carnet des réservations des palaces de la région, il y a tout lieu de penser que Marrakech s’est frayée une place sur ce marché très exigeant mais aussi à haute contribution et que toutes les
destinations s’arrachent.
  Reste à définir le «seuil de luxe» et identifier une politique dédiée à ce segment au-delà de l’offre
hôtelière. La clientèle luxe n’est pas seulement exigeante au niveau de l’hébergement mais aussi pour l’environnement et la qualité des
autres prestations. Et là-dessus, Marrakech a encore des efforts à faire.

Il est à savoir que Marrakech, c’est:

- 175 établissements hôteliers classés opérationnels en 2012 dont 86
établissements mis en service entre 2002 à 2012

- 850 maisons d’hôte classées
- 6 golfs opérationnels et 5 golfs en cours
- 1,5 million d’arrivées
- 5,9 millions de nuitées.
 

 Source : L ‘Economiste par Badra BERRISSOULE, Marrakech.

Palais Namaskar
Palais Namaskar

Four Seasons
Four Seasons

Sofital Marrakech
Sofital Marrakech

Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
016
017
015
014
013
012
011
005
bateaux