thrmagazine

Agadir Coupe du monde des Clubs 2013 Une ouverture catastrophique. Une vraie « Chouha »


Samedi 14 Décembre 2013

Chouha ! Chouha ! », c’est ce que ne cessent de répéter les habitants du Grand Agadir et des provinces avoisinantes, au sujet de l’ouverture ratée de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA pour l’année 2013. Personne ne s’attendait à cette vraie catastrophe qui a fait du Maroc et d’Agadir, la grande risée des internautes et des médias nationaux et internationaux. Une vraie honte qui a fait des ravages sérieux dans l’amour propre des citoyens.



« Chouha ! Chouha ! », c’est ce que ne cessent de répéter les habitants du Grand Agadir et des provinces avoisinantes, au sujet de l’ouverture ratée de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA pour l’année 2013. Personne ne s’attendait à cette vraie catastrophe qui a fait du Maroc et d’Agadir, la grande risée des internautes et des médias nationaux et internationaux. Une vraie honte qui a fait des ravages sérieux dans l’amour propre des citoyens.

  En effet, faut-il rappeler que c’est le Maroc qui organise et non Agadir. Les dispositions devraient être bien prises, donc, par les décideurs nationaux. En tête de liste le Chef de Gouvernement, qui malheureusement s’est pris très tard pour réagir. En deuxième lieu l’autre responsable qui n’est autre que e le ministère de la Jeunesse et des Sports, c’est le ministère de tutelle. En troisième lieu la Fédération Royale de Foot Ball à travers son fameux LOC (Comité Local d’organisation).
  Tout ce beau monde devrait se réunir des mois à l’avance à Agadir, sur le terrain donc pour bien préparer cette ouverture de la Coupe du Mondes des Clubs, car elle est essentielle dans l’échiquier organisation pour ce qui attend le pays pour 2014 et 2015. Une belle occasion pour démontrer que le Maroc était capable d’organiser une telle coupe et de la réussir. Or rien de cela n’a été fait.
  Vous diriez alors et le rôle des Autorités Locales, à leur tête le Wali, et les élus à leur tête le président de la Commune Urbaine d’Agadir ? La ville d’Agadir reçoit mais n’organise pas, d’ailleurs ni la Wilaya, ni la CUA ne sont habilités à organiser une telle manifestation. Ils sont des facilitateurs, des intermédiaires, des partenaires qui doivent travailler en bonne coordination avec les organisateurs qui sont la FIFA, la FRF, le COC et bien sûr le ministère de tutelle. En effet, c’est le Maroc qui a été choisi d’abord, avec deux villes touristiques phares Agadir et Marrakech.
  Si les organisateurs voulaient vraiment réussir cet événement à Agadir, ils auraient dû venir sur place tenir des réunions de travail et des commissions de coordination permanentes sur le terrain, non à J moins 20 jours mais depuis bien des mois, non stop. Il s’agit de l’image du Maroc, dans les médias internationaux et vis à vis de la FIFA qui a décrédité la Fédération Royale de Foot Balla en annulant l’AG élective. L’organisation d’une ouverture d’une Coupe Mondiale de Foot est une responsabilité nationale, une affaire de professionnels, cela demande un savoir faire, des moyens humains et financiers que la ville d’Agadir est incapable seule d’avoir, encore moins de mettre en place.
  Il est vrai que localement en ce qui concerne les aménagements autour du stade et dans la ville, dans les grandes axes sont du ressort local (et là malheureusement il y a eu aussi des ratés nombreux) mais l’ouverture officielle est une affaire d’image du pays dans son volet promotion, savoir faire et crédibilité. Hélas rien ne cela n’a été retenu dans l’esprit de nos fameux responsables nationaux. La fameuse ouverture avec des « troupes folkloriques locales » concoctée en dernière minute, a fait de nous ( Agadir et Maroc : officiels ; autorités locales, élus ; public, fans du foot ball, société civile, citoyens …) la risée des internautes et de la presse internationale. De quoi avoir honte pour le Maroc, et pour les Marocains, pour Agadir et pour ses habitants. UN vrai choc déstabilisateur que les locaux sont incapable d’oublier facilement, répétant sans cesse : « chouha, chouha, chouha ».

    Si les organisateurs s’étaient donné la peine de faire participer les locaux à temps, il était possible d’organiser de belles choses, simples mais assez accueillantes : feux d’artifice sur une colline avoisinant le stade, lâcher de ballons, lâche de pigeons… Mais aussi de belles chorégraphies locales avec des jeunes élèves représentant le logo de la FIFA, celui de la FRF, les armoiries du Royaume et des mots de bienvenue en plusieurs langues. Bref, des choses simples mais belles pour une ouverture officielle transmise par de nombreux chaines de télévisions étrangères.
   La « prestation » des troupes folklorique ne devrait pas avec lieu du tout, laissant place à des démonstrations artistiques de valeur, issu du patrimoine arabo amazigh marocain et local. Et Dieu sait qu’il y a de la bonne matière à ce sujet et de bonnes volontés pour bien faire les choses dans une optique citoyenne et nationaliste. Rien de tout cela, hélas. La déception est plus que grande. Elle est monstrueuse et cauchemardesque à Agadir.
  Ce qui est inacceptable encore, c’est que le stade d’Agadir est flambant neuf ; devrait donc jouir d’une excellente inauguration en cette occasion, pour en faire la promotion et pour démontrer aux responsables de la FIFA et au monde entier que le Maroc a investi dans les infrastructures sportives de qualité pour participer et organiser des évènements footballistiques mondiales à l’instar  de la Coupe du Monde des Clubs.  Seuls les efforts et les moyens du ministère de l’intérieur ( en matière de sécurité et sûreté) pour quadriller la ville et sécuriser l’organisation de la coupe sont impressionnants et  à  bien souligner.
   L’ouverture de cette coupe, à Agadir, aura été donc un fiasco total et d’un ratage impardonnable car il a porté un grand préjudice à Agadir (en tant que destination capitale du tourisme balnéaire national) et au Maroc, pays accueillant la Coupe qui espère en accueillir d’autres. Une seule satisfaction dans ce tableau noir est celle de la victoire du Raja et des belles prestation de ses supporters durant le déroulement du match.
  A part cela, c’est la grande Chouha, comme s’accorde à dire tout le monde. Espérons que Marrakech se rattrapera bien pour l’organisation de  la finale et gommer en partie le ratage d’Agadir ; quoique que cela est quasi impossible. Le mal est fait et bien profondément. Il va falloir en tirer toutes les conséquences possible en vue de tirer de bonnes leçons pour l’avenir.
 
  Mohamed RIAL

Agadir         Coupe du monde des Clubs 2013  Une ouverture catastrophique. Une vraie «  Chouha »

Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
017
016
015
014
013
012
011
005
bateaux