thrmagazine

Agadir Journée débat sur le tourisme. 2 ème partie : Benchmarking des destinations. Comparer le comparable.


Jeudi 9 Avril 2015

La Journée débat sur le tourisme, organisée par le CRT Agadir avait débuté par un panel sur le bunchmarking des destinations. Les intervenants avaient évoqué notamment les Iles Canaries, Antalya ( Turquie) et l’Egypte. A titre de comparaison. Or comparaison n ‘est pas raison dans la mesure où il faut comparer le comparable. Sauf si c’est pour s’inspirer des expériences des autres. Ce qui est bon à condition d’y mettre la bonne politique, les moyens financiers et la bonne volonté qu’il faut.



 La Journée débat sur le tourisme, organisée par le CRT Agadir avait débuté par un panel sur le benchmarking des destinations. Les intervenants avaient évoqué notamment les Iles Canaries, Antalya ( Turquie) et l’Egypte. A titre de comparaison. Or comparaison n ‘est pas raison dans la mesure où il faut comparer le comparable. Sauf si c’est pour s’inspirer des expériences des autres. Ce qui est bon à condition d’y mettre la bonne politique, les moyens financiers et la bonne volonté qu’il faut.
  Or dans ce contexte, les destinations citées notamment les Canaries  et la Turquie, nous dépassent de très loin. Il est impossible pour notre tourisme de se comparer à elles et encore moins les considérer comme destinations concurrentes à Agadir et au Maroc en général. Ces destinations sont hors compétition pour nous. Nous sommes bien dernière, à la traite  et à tout point de vue.
  Avant de parler chiffre, il est à savoir que le tourisme dans les Iles Canaries et en Turquie est géré par les professionnels et les instances de tutelle, dans un cadre purement régional où les décisions sont prises et exécutées locales dans chaque destination. Evidemment ce n’est nullement le cas chez nous, où tout est encore centralisé à Rabat qui décide de tout et qui gère le tourisme, selon des critères subjectives au gré des ministres du tourisme et des DG de l’ONMT, loin de toute vraie concertation avec les opérateurs et les professionnels régionaux et locaux.
  Nous évoquerons un exemple qui concrétise la gestion touristique chez autrui afin d’éclairer la lanterne des responsables du département du tourisme chez nous. Le classement des établissements hôteliers est fait par les professionnels eux mêmes, sans aucune intervention des autorités locales ou de tutelle, dans le cadre des fédérations régionales des hôteliers. Cela se fait depuis des années aux Canaries, en Turquie, et même en Tunisie. Chez nous, les professionnels font de la figuration, dans les fameuses comminions de classement et ce sont les autorités locales qui décident du classement des établissements hôteliers.
  Autre exemple d’une gestion responsable et intelligente de l’hôtellerie en Turquie. Des commissions formées par les professionnels et les institutionnels, inspectent les établissements ayant plus 15 ans d’activité et proposent à leurs propriétaires de tout raser et reconstruite de nouveaux établissements selon la tendance internationale, selon de nouvelles normes, de nouveaux concepts. Un code d’investissement particulier, alléchant et avantageux encourage ainsi les propriétaires à renouveler leurs unités dans le but d’une exploitation optimale, dans le cadre d’une modernisation effective que réclament les TO et que cherchent les clients, selon l’évolution du marché, des tendances et des modes de vacances.
  Chez nous à Agadir, des hôtels sont fermés depuis des années, des chantiers d’hôtels non achevés depuis des années aussi, des établissements hôteliers existent depuis plus d’un quart de siècle sans la moindre rénovation. Le ministère du tourisme le sait, le parlement le sait, les autorités locales sont dépassées. Résultat rien ne se fait et la situation empire année sur l’autre. Le grand avantage de la Journée sur le Tourisme est de parler de ces problèmes à haute voie, encore faut-il que des décisions judicieuses soient prises pour palier à ce phénomène. A quoi sert alors de nous comparer aux autres, lorsque tout est défaillant chez nous en matière de gestion touristique nationale.
  Revenons-en alors aux chiffres. Les Iles Canaries regroupes 250 000 lits, La Rivera de Antalya, à elle seule 450 000 lits et 160 hôtels cinq étoiles & Palace. Tripavisor, à lui seul gère  4 550 hôtels en Turquie. Antalya, capitale balnéaire en méditerranée  est considérée comme l'une des stations balnéaires les plus fréquentées au monde  et reçoit plus de 10 millions de touristes par an.
 La Turquie est un pays à 94% musulman. L’Etat est laïque. C’est à travers cette combinaison que le tourisme est conçu et géré dans le respect à la fois de l’Islam et des principes démocratiques de laïcité. Un exemple frappant illustre cela. En Turquie, principalement à Istanbul (qui enregistre 14 millions de touristes par an) les touristes visitent  les mosquées, en toute liberté, hors périodes de la prière. Les femmes sont tenues de se couvrir avec des écharpes et blouses mises gracieusement à leur disposition à l’entrée des mosquées. Le tout est agrémenté par des dépliants sur les préceptes de l’Islam dans plusieurs langues…
    En Egypte, les stations balnéaires Charm Cheikh et Ourgada renferment pas moins de 400 000 lits. Toute la capacité hôtelière du Maroc n’arrive pas à 200 000 lits classés. Quel type de comparaison va-t-on utiliser pour parler d’un vrai benchmarking dans la mesure où tous les TO, sans exception réclament une bonne capacité en lits pour vendre le maximum, mettre les avions qu’il faut, la promotion qu’il faut et en tirer le rendement et le bénéfice qu’il faut. Alors qu’en Egypte on réalisa des stations balnéaires nouvelles de grande capacité, chez on construit de temps à autre un hôtel ou deux…
   La station balnéaire d’Agadir n’atteint pas « le seuil critique pour être rentable », a précisé Abderrafie Zouiten,  DG de l’ONMT. Tout est dit là par un professionnel de l’aérien qui a sillonné plusieurs destinations touristiques mondiales durant des années. Les Iles Canaries sont  dans une autre configuration dans la mesure où il s’agit d’une destination entièrement européenne. Elle n’est ni arabe, ni musulmane.  Le tourisme y est géré avec professionnalisme et grande implication de tout le monde, avec des normes européens. Les clients en provenance de l’Europe se sentent chez eux aux Canarie. Ils sont à l’aise en tout et ils trouvent tout ce qui peut faire des vacances un plaisir réel et une grande satisfaction. Les Canaries sont une destination faite de sept îles, qui offre le soleil toute l’année à 3 H et demi de l’Europe. Le produit touristique canarien est quasi complet pour ne pas dire parfait, constamment en rénovation à l’écoute des clients et des Tour opérateurs.
 
 Venons en Egypte. La force des égyptiens responsables du tourisme national et opérateurs est qu’ils ont su bien écouter les TO allemands, anglais, scandinaves et anglais. Devant les réclamations sérieuses des TO émetteurs demandant une grande capacité litière, les Egyptiens ont réalisé deux importantes stations balnéaires : Charma Cheikh et Ourgada. La capacité y est et les TO ont tenu promesse et remplissent les hôtels. Chez nous et ce depuis, aucune nouvelle station balnéaire n’a été construite, ni achevée complètement, dans les règles de l’art : c’est le cas de Saïdia, de Mazagan, de Mogador, de Taghazout etc… Résultat les TO on fuit le Maroc qui ne leur offre plus la capacité dont ils ont besoin et se rabattent sur l’Egypte et la Tunisie.
 
 Moralité, le discours politico-politien de nos responsables du tourisme, souvent gonflé par des chiffres au sujet desquels les professionnels de terrain ne croient jamais, se heurte dramatiquement bien avec une réalité amère qui ne fait nullement du tourisme une priorité économique nationale comme décrété depuis de 2010.
 
  Allons, s’il vous plait, arrêtons de parler à chaque fois des atouts formidables du Maroc qui malheureusement ne sont pas exploités comme il se doit. Balayons bien devant notre porte, retroussons bien nos manches sérieusement et faisant du tourisme une réelle priorité économique tant au niveau national, régional et local, en agissant en tant que vrais responsables nationalistes pour une dynamique constructive en vue de faire du tourisme un vrai levier de développement. Il est certain que notre tourisme offre encore d’énormes possibilités de développement, oui mais à condition de la gérer avec professionnalisme, savoir faire, implication de tous et avec passion.
 
 Mohamed RIAL
 
 A suivre, 3 ème partie :
«  Quel produit touristique pour AGADIR. Quel repositionnement  et quel balnéaire ?»
 


Hôtel à Antalya Turquie
Hôtel à Antalya Turquie

Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
017
016
015
014
013
012
011
005
bateaux