thrmagazine

Agadir Partenariat entre l’Université Internationale d’Agadir et la Banque Populaire Centre Sud.


Mercredi 5 Juin 2013

La convention de partenariat signée dernièrement entre Universiapolis, Université Internationale d’Agadir et la Banque Populaire Centre Sud est une première du genre dans le Souss Massa Draâ.



Agadir   Partenariat entre l’Université Internationale  d’Agadir et la Banque Populaire Centre Sud.
La convention de partenariat signée dernièrement entre Universiapolis, Université Internationale d’Agadir et la Banque Populaire Centre Sud est une première du genre dans le Souss Massa Draâ.
 
C’est un bon exemple d’intégration des deux établissements dans leur contexte économique, social et culturel. Il s’agit, en effet, d’un partenariat global et intégré permettant aux étudiants de bénéficier de plusieurs atouts : cours, séminaires et conférences animées par des spécialistes en techniques bancaires ; expertise et soutien en matière de développement de projets et création  d’entreprise ; projets de recherche appliqués et stages ; financement des études…
 
     Aziz Bouslikhane, président d’Universiapolis, dira à ce sujet : «  c’est une occasion pour notre Université à s’ouvrir sur son environnement économique et à associer les partenaires de différents secteurs pour que nos programmes d’enseignement restent à l’écoute des besoins de des entreprises et des organisations au niveau régional et national. En effet, grâce à ce genre de partenariat, nous voulons que les professionnels soient présents dans tout le processus de l’apprentissage pour une formation universitaire pratique, appliquée et orientée vers les compétences. Nous voulons que les professionnels et les praticiens collaborent avec la Direction pédagogique dans l’étape de la conception des programmes, dans l’étape de l’exécution des programmes grâce aux interventions et aux séminaires. Nous voulons que ces professionnels et praticiens accompagnent et encadrent nos étudiants dans leurs stages leurs mémoires de fin d’études. Et enfin, nous œuvrons à ce  qu’ils soient partie prenante dans le processus d’évaluation comme c’est le cas pour la soutenance de l’étude de faisabilité, des rapports de stages et du mémoire de fin d’études. Cette démarche permet à nos lauréats d’être en cohérence avec la culture de l’entreprise, de ses exigences et de ses attentes, ce qui leur facilite grandement l’intégration dans le marché de l’emploi ou les prépare parfaitement à la création de leur entreprise… »
 
  Lbachir Benhmade, président de directoire Banque Populaire du Centre Sud, qui a signé la convention de partenariat avec A. Bouslikhane, a expliqué dans une brillante allocution, bien suivie par l’assistance de la cérémonie de signature, les principes fondateurs de la Banque Populaire en tant que modèle de banque coopérative au service du développement économique et social de la Région. II la rappelé, en introduction, qu’une Banque Coopérative est une banque ou un groupe de banques dans lequel les personnes qui sont clientes ont une double fonction, à la fois celle de client et de  sociétaire.
 
    En effet, grâce à la crise économique et financière qu’a connue le monde ces dernières années, précise L. Benhmade, le modèle coopératif a pris du galon. Avant la crise, les partisans d’une économie sociale et solidaire prêchaient un peu dans le désert en parlant d’une économie basée sur des valeurs humanistes. Certains considéraient même que cette vision était obsolète. La situation a considérablement évolué depuis notamment avec l’esprit d’un modèle de banque démocratique au cœur du fonctionnement du système financier coopératif. Ainsi des assemblées générales sont elles tenues au cours desquelles s’expriment les sociétaires. Ces derniers élisent le conseil de surveillance par mi eux, lequel conseil est chargé du suivi et du contrôle de l’activité, comme est le cas de la Banque Populaire Régionale.
 
  L’ancrage régional et local est une caractéristique des banques coopératives qui permet une gestion très décentralisée et locale. Les banques ont alors, par conséquent, l’atout de bien connaître les besoins et les attentes de leurs clients et de leurs régions. Elles ont pour cela  des compétences élargies dans  des domaines aussi variés que les crédits, la gestion des ressources humaines, la logistique... les parts de marché importantes détenues par ces banques coopératives( dépassant parfois les 40%) illustrent cette proximité et ces croissance des régions au sein desquelles elles évolues.
 
    Le défi de la performance et de la solidarité est une particularité du système, ajoute L. Benhmade, car à l’inverse des banques commerciales classiques dont l’objectif ultime est de maximiser la richesse des actionnaires ; les banques coopératives, de par la structure de leur « actionnariat » (Sociétariat,en fait), cherchent plutôt à avoir un véritable équilibre entre performance financière et performance Sociale. Cela fait de la banque un outil financier de développement socio-économique régional d’où une intégration positive dans son environnement. C’est aussi un acteur dynamique dans le Développement Durable et de la Responsabilité Sociétale à travers le financement de création d’entreprises, le combat contre l’exclusion financière ou la lutte contre la pauvreté à travers les micro-crédits. La BPCS est présente sur le terrain  dans le tiers du territoire national sur trois Wilayas et 9 provinces ( 23% de part de marché réseau agences ; 280 00 clients à faible revenu, 2 ème opérateur sur le marché du micro crédit et l’ouverture de 100 agences bancaires par an).
 
   A la question pourquoi une convention de partenariat avec la Banque Populaire, Aziz Bouslikhane, président d’Universiapolis, répond  « pour plusieurs raisons, d’abord parce que cette banque nous a toujours soutenus et qui a toujours cru en notre projet universitaire. Par ce partenariat, nous consolidons des relations historiques et une confiance mutuelle. En second lieu, pour sa vision qui considère la ressource humaine, la formation universitaire et la formation continue comme levier pour tout développement économique. C’est cette vision qui nous a permis d’être réunis aujourd’hui.
 
  En troisième  lieu, nous partageons également avec la Banque populaire la valeur accordée à l’entrepreneuriat et à l’importance de la création de projets porteurs d’emplois et de richesse. Cette institution bancaire a été précurseur et leader dans le secteur concernant toutes les mesures incitatives de création et d’accompagnement des jeunes créateurs d’entreprises. Notre apprentissage est lui aussi marqué par cette même valeur : « Apprendre pour entreprendre ».
 
  En quatrième lieu, la Banque populaire est une banque coopérative, ce qui dénote de sa fibre sociale et solidaire. Nous aussi on croit à cette dimension nécessaire dans le monde des affaires, ce qui est encore plus vrai dans le contexte actuel. Je rappelle à l’aimable assistance que notre Association de développement à alphabétisé et encadré plus de 65 000 femmes dans les activités génératrices de revenu et ce dans 8 provinces. Ethique, solidarité, mutualisme, co-développement…sont autant de valeurs qui nous rapprochent. »
 
 Bravo aux deux établissements qui oeuvrent à travers des valeurs de solidarités au développement durable et au développement économique  et économique régional. On en a grandement besoin.
Très bonne continuation à tous.
 
Mohamed RIAL

Agadir   Partenariat entre l’Université Internationale  d’Agadir et la Banque Populaire Centre Sud.

Agadir   Partenariat entre l’Université Internationale  d’Agadir et la Banque Populaire Centre Sud.

Agadir   Partenariat entre l’Université Internationale  d’Agadir et la Banque Populaire Centre Sud.

Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
017
016
015
014
013
012
011
005
bateaux