thrmagazine

Annulation des vols en provenance de Pologne - Coup dur pour le développement de ce marché


Mardi 11 Octobre 2011

Le marché polonais était en bonne progression sur Agadir. 30% de plus en 2011 par rapport à 2010 et des prévisions de plus de 50% en 2012. Lors de la tenue du salon touristique TT Varsovie en septembre dernier, le Maroc a été l’invité d’honneur. C’est la preuve que le Maroc, avec Agadir comme destination phare, sont appréciés par les touristes polonais. L’ONMT a par ailleurs signé 9 nouveaux contrats avec des TO polonais pour drainer plus de 56 000 clients en 2012.



Annulation des vols en provenance de Pologne - Coup dur pour le développement de ce marché
Tout cela est beau, sauf que l’aérien ne suit plus. En effet, la RAM vient de décider l’annulation des trois vols programmés de Varsovie à destination de Casablanca et Agadir, mais également de la fermeture de son bureau à Varsovie. Inutile à dire que les professionnels sont vraiment déroutés et déboussolés avec cette décision récente, pour le moins inattendue. Il est secret pour personne que la compagnie nationale cherche la réduction des coûts, avec la fermeture de lignes non rentables, à cause principalement de l’exploitation intense de compagnies low cost. Concurrence rude que la compagnie ne pourra jamais suivre à cause de sa lourde structure d’exploitation.

Or sur les vols Varsovie / Agadir, il n’ y pas de low cost qui opèrent. Selon les TO polonais contactés, les vols de la RAM sont remplis à plus de 90%. En principe l’annulation des vols ne devrait pas avoir lieu. La RAM avance que les coûts sièges ne sont pas rentables même si remplissage il y a. C’est une façon claire pour dire, donnez nous des subventions si vous voulez qu’on continue les vols. Quoique cette thèse ne tient pas la route dans la mesure où rien ne se fait avant une bonne étude de marché qui détermine le pricing et tout de ce qui s’en suit de coût d’exploitation d’une ligne.

En tout cas la fermeture de trois lignes d’un seul coup et dans un laps de temps records, pour un marché en pleine progression est une réelle catastrophe pour Agadir, qui connaît déjà une diminution des Russes et un départ annoncé des Italiens car Valtur ferme définitivement. C’est d’autant plus catastrophique qu’il n’y pas d’autre alternative ou autre solution concernant l’aérien pouvant remplacer les vols de la RAM.

D’autre part, on peut bien comprendre les soucis de la compagnie nationale de se restructurer, de revoir ses coûts d’exploitation avec la fermeture de lignes déficitaires. Mais pour des lignes non déficitaires, le rôle jouer par la compagnie nationale est déterminant pour le développement du tourisme. Et si l’Etat vient d’octroyer à la RAM plus de 1,5 milliards de DH, il n’y pas eu par contre de contrat programme entre les deux parties pour justement sauvegarder et aider à développement certains marchés touristiques importants comme celui de la Pologne.

Moralité, la fermeture des lignes ne sert nullement le développement du tourisme, encore moins pour des marchés en progression. Oui la RAM doit revoir ses coûts mais pas au détriment du tourisme qui pourtant est un important vecteur de développement et qui a été érigé en prioritaire économique nationale. Il y a toujours une manière positive de voir les choses et de pousser au développement quand on peut et quand on veut aussi. Sinon on se retrouve là en pleine contradiction avec la politique touristique de l’Etat, la mission de sa compagnie nationale, la mission de l’ONMT qui dépense un argent important pour la promotion et le co marketing.

Finalement si tous les paramètres de gestion ne vont pas ensemble, inutile de tenir le discours d’un secteur élevé en priorité économique, inutile de continuer à investir en hôtellerie, inutile de continuer à faire de la promotion, puisque l’aérien ne suit pas ou alors commence pour reculer et disparaitre. On est entrain de réduire les activités touristiques et hôtelières au minimum, ce qui va toucher aux emplois et à toute la dynamique économique conséquente. ET de l’autre côté on fait le bonheur de la concurrence qui va profiter du potentiel client du Maroc. ET pour reprendre après ce n’est toujours pas facile dans la mesure où les TO ne vont plus, ni faire confiance à la compagnie marocaine ni donner la crédibilité aux contrats signés avec l’ONMT. La solution donc est qu’il faut maintenir les vols coûte que coûte et continuer à développement notre tourisme, sinon à côté de la faillite annoncée de la RAM, c’est la faillite totale d’un secteur économique qui est en jeu. ET là on joue vraiment avec le feu. Alors mille fois attention…

Mohamed RIAL

Marc D'Haenen



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
017
016
015
014
013
012
011
005
bateaux