thrmagazine

Essaouira Festival Gnaoua : 15 ans de magie et 15 ans d’émotion.


Lundi 25 Juin 2012

Cette année encore, le festival Gnaoua et Musiques du monde a tenu toutes ses promesses et a envoûté et émerveillé des centaines de milliers de spectateurs venus suivre quatre jours de spectacles, de rencontres et de musiques. Belle coïncidence avec la Fête de la Musique le 21 juin 2012, jour de l’ouverture du festival.



Maîtres Gnaoua
Maîtres Gnaoua

 Cette année encore, le festival Gnaoua et Musiques du monde a tenu toutes ses promesses et a envoûté et émerveillé des centaines de milliers de spectateurs venus suivre quatre jours de spectacles, de rencontres et de musiques. Belle coïncidence avec la Fête de la Musique le 21 juin 2012, jour de l’ouverture du festival.

 

   La 15ème  édition du festival Gnaoua et Musiques du monde lance ses premières notes à Bab Doukkala. La parade d’ouverture a réuni toutes les troupes de Gnaoua, Issaoua, Hmadcha, Ganga et Ahouach pour perpétuer la tradition et accueillir les festivaliers au rythme de ces  musiques ancestrales devenues  musiques du monde. De bab en bab, les artistes ont défilé, parés de leurs plus beaux costumes, et ovationnés par un public enthousiaste.

 

  Venus de la même terre, berceau des musiques et des cultures, le style des Gnaoua s’épouse toujours harmonieusement avec la musique africaine comme lors du concert d’ouverture : cette fusion 100% africaine a été un des moments forts de cette 15ème édition. La rencontre entre les Djembé New Style et les maâlems Saïd Oughassal et  Abdellah Akharraz a séduit le public qui a dansé sur le mélange endiablé des sons de djembés, des crotales et des guembris.

 

   Au-delà de l’émotion de la musique, Essaouira chaque année fait vivre aux milliers de spectateurs des moments où l’art élève autant les cœurs que les âmes.  Et quand la

spiritualité prend le devant de la scène, comme lors du concert des Issaouas de Meknès et les Qawwalis du Pakistan au Borj Bab Marrakech, le public est emporté dans une transe

exceptionnelle. La profondeur et l’authenticité des Gnaoua étaient toujours là, et encore plus présentes.  Leur énergie régnait sur toutes les scènes, grandes ou petites, énergie contagieuse, puissante, salvatrice. Maâlem Mokhtar Guinea, en tête ; grand adapte inégalable du Gnaoua pur et dur, ancestral et envoutant faisant tomber en transe beaucoup d’âmes faibles et moins faibles d’ailleurs.

 

  Faisant des fusions et des résidences sa marque de fabrique, le festival Gnaoua et Musiques du monde a concocté une programmation artistique des plus originales pour sa quinzième bougie. Soweto Kinch quintet (avec  la chanteuse Eska en special guest) et le Maälem Hamid

El Kasri aux musiques très différentes, ont réussi à s’unir comme une seule voix, touchant ainsi le public impressionné par cette fusion forte et sensuelle.

 

  En dehors des remparts de la médina, la scène Meditel érigée sur la plage a accueilli les stars de la nouvelle scène marocaine, qui se sont prêtés eux aussi au jeu des fusions. Les rencontres inédites de Mayara Band avec le Maâlem Mohamed Kouyou et de Bob Maghrib  avec le Maâlem Mustapha Baqbou, étaient empreintes d’une énergie rare. Le public a pu découvrir en exclusivité le mix-up Maroc, un concert qui a réuni le Maälem Hassan Boussou (ambassadeur de la nouvelle génération Gnaoua)  le rappeur casablancais Komy et le groupe marseillais Nacer.

 

 Des grands noms du jazz actuel étaient cette année encore au rendez-vous : le guitariste virtuose Sylvain Luc (français), les pianistes Joachim Kühn (allemand) et Gonzalo Rubalcaba

(cubain),  les new yorkais Querencia… Comment résister aux invitations de maâlems tels qu’Abdelslam Alikane ou Abdelkekir Merchane ?

 

  Cette année, le festival innovait en ouvrant un espace de parole et de d’échanges autour d’une thématique générale «Sociétés en mouvement, Cultures en Liberté», elle-même

subdivisée en quatre tables rondes: cultures en résistance, cultures en liberté, cultures en mouvement et cultures en responsabilité. Espace de parole libre et loin de toute langue de bois, ce forum international a été marqué par de nombreux moments forts. Une rencontre inédite, organisée pour la première fois en marche du festival gnaoua et sûrement non la dernière vu son succès, malgré une assistante limitée, mais avec une conviction citoyenne, démocratique et culturelle, de premier ordre.

 

 Cette édition encore n’a pas failli à son engouement médiatique. Plus de 250 journalistes ont couvert le festival, venants de 15 pays (Afrique, Moyen Orient, Asie, Europe de l’Ouest et de l’Est, Amérique). La machine organisationnelle, bien rôdée, le staff de Neila Tazi, avec sa junte féminine en première loge, exerce dans une conviction et une passion qui font de ce festival une bonne référence englobant des ingrédients spécifiques qui font que la musique Gnaoua, prend de plus en en plus d’ampleur. La renaissance d’un patrimoine marginalisé et presque oublié est venu depuis 15 ans, avec une valorisation qui dépasse les espérances, dépasse les frontières du pays et qui a fait d’Essaouira la ville des Gnaoua par excellence.

 

 La 15 ème édition a ainsi envoûté ceux qui n’ont jamais assisté au festival. Envoûté plus encore ceux qui le connaissent ; bref émerveillé tout le monde à travers une magie typique, inégalable et sûrement bien dosée par les Mllouk Gnaoua. Pour s’en convaincre il y avait qu’avoir toutes ces personnes de différents âges, cultures, milieux sociaux et nationalités, qui ne résistent pas à danser et apprécier la musique gnaoua, à la fois dans sa version authentique pure, illustrée par les différents maâlem gnaoua ou à travers les fusions via la world musique.

 

 Si le festival Gnaoua n’existait pas, il aurait fallu l’inventer ; heureusement cela est déjà fait et depuis 15 ans, connaissant année après année un vrai succès populaire. Un festival qui met en avant de la scène toute une ville. Essaouira c’est d’abord le festival gnaoua. Le festival Gnaoua : c’est à Essaouira et nul part ailleurs.  Très bonne continuation.

 

 Mohamed RIAL


Place MY Hassan scène principale
Place MY Hassan scène principale

Neila, Azoulay et Jabri nouveau gouverneur d'Essaouira
Neila, Azoulay et Jabri nouveau gouverneur d'Essaouira

maalem alikane directeur artistique du festival gnaoua
maalem alikane directeur artistique du festival gnaoua

Le grand Maalem ahme Guinéa
Le grand Maalem ahme Guinéa

Essaouira  Festival Gnaoua : 15 ans de magie et 15 ans d’émotion.

Essaouira  Festival Gnaoua : 15 ans de magie et 15 ans d’émotion.

Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
017
016
015
014
013
012
011
005
bateaux