thrmagazine

Essaouira Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira 18ème édition Une dynamique nouvelle.


Mercredi 15 Avril 2015

- Nouvelles dates du 14 au 17 mai 2015
- 300 artistes en provenance de 4 continents
- Un engagement plus fort de la municipalité d’Essaouira
- « Femmes d’Afrique » à l’honneur au Forum citoyen
- Un programme pour l’accompagnement des jeunes musiciens souris



   Et de 18 pour le Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira ! Cette année, le rendez-vous phare de la scène artistique nationale se tient du 14 au 17 mai 2015. « En coordination avec les organisateurs du Festival de Fès et celui de Mawazine, nous avons avancé nos dates vu que le mois de juin coïncide cette année avec le mois sacré du Ramadan », a notamment expliqué Neila Tazi, Productrice et Directrice générale du Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira lors d’une conférence de presse tenue jeudi 9 avril à Casablanca.

« La 18ème édition est forcément spéciale », a poursuivi Neila Tazi. « C’est l’âge de la maturité et de l’émancipation. C’est aussi pour nous le moment de passer à quelque chose de nouveau, à une nouvelle étape de notre existence ». Cette nouvelle édition est également marquée par un engagement plus fort de la ville. « Pour la première fois depuis 18 ans, nous bénéficions d’une subvention de la municipalité d’Essaouira », affirme la productrice et directrice du Festival. Un partenariat gagnant-gagnant puisqu’une étude réalisée en partenariat avec la Fondation Valyans a démontré que « chaque dirham investi par le festival en génère 17 pour la ville ». La même étude a démontré que le chiffre d’affaires des hôteliers, commerçants et restaurateurs de la cité des Alizés augmente entre 2 et 7 fois. La visibilité médiatique dont profite la ville est, quant à elle, estimée à 80 millions de dirhams.

   En 2015, le Maroc a officiellement déposé la demande auprès de l’UNESCO pour inscrire la culture Gnaoua au patrimoine oral mondial et immatériel de l’humanité. Le processus devrait prendre deux ans. « Nous espérons pouvoir célébrer l’aboutissement de ce travail colossal à l’occasion des 20 ans du Festival », a notamment affirmé Neila Tazi.

« Le Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira est construit autour d’un vrai concept. Il a une identité très forte qui a permis de revaloriser la culture Gnaoua et de le pérenniser, notamment à travers cette inscription au patrimoine oral et immatériel de l’humanité. Aujourd’hui, les maâlems gnaoua sont des professionnels de la scène avec pour certains, une aura internationale et des collaborations avec des artistes mondiaux. Le Festival a également permis de réunir les maâlems qui constituent aujourd’hui une seule et même famille », a pour sa part expliqué Maâlem Abdeslam Alikane, co-directeur artistique du Festival.

  La programmation de cette 18ème édition propose aux festivaliers et aux mélomanes un voyage sensoriel et émotionnel unique à travers les quatre continents. Cela commence dès le concert d’ouverture avec une fusion entre Maâlem Hamid El Kasri et l’artiste afghan Humayun Khan, avec la présence d’une femme dervich tourneur sur scène! L’afro-beat est également présent avec une fusion entre Tony Allen du Nigéria et Maâlem Mohamed Kouyou. Comme chaque année, la fusion Gnaoua-Jazz fera danser les mélomanes avec, entre autres, la présence du saxophoniste américain Kenny Garret.

  Le voyage des sens se poursuit en Guadeloupe avec le spécialiste de la fusion Reggae Maâlem Omar Hayat et l’héritier de la culture Gwo Ka Sonny Troupé et au Danemark avec le groupe Mikkel NordsØ Band, auteur il y a 20 ans d’un album « Aicha » avec Maâlem Mustapha Baqbou. Autre retrouvailles très attendues, celle du groupe « Les ambassadeurs » composé d’artistes précurseurs de la musique moderne malienne moderne comme Selik Keita, Cheick Tidiane Seck et Amadou Bagayoko.

  La 18ème édition du Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira sera également l’occasion de découvrir les nouveautés d’artistes marocains d’envergure internationale. Hindi Zahra sera ainsi à Essaouira pour présenter son nouvel album «Homeland», ainsi qu’Aziz Sahmaoui, ancien de l’orchestre national de Barbès et auteur de l’album « Mazal », encensé par la critique internationale. Les concerts intimistes au Bastion seront, entre autres, animés par le groupe pakistanais Marifat.
La scène artistique urbaine marocaine sera également à l’honneur à travers la présence du groupe Darga, de Barry, de Mehdi Nassouli ainsi que les collectifs Diapa Zone et Timbuktu, rassemblant des artistes du Maroc, du Sénégal et du Mali.

  « Le Festival, ce n’est pas que la musique, c’est aussi le Forum qui en est à sa quatrième édition grâce au soutien et l’implication du Conseil national des droits de l’Homme », a tenu à rappeler Neila Tazi. Pour la deuxième année de suite, le Forum est consacré à « L’Afrique à venir », mais cette fois du point de vue des femmes. Economie, culture, société, politique … tous les aspects de la participation féminine dans la vie publique en Afrique seront abordés à cette occasion sous le thème « Femmes d’Afrique : créer, entreprendre ».

   Les nouveautés de cette 18ème édition ne s’arrêtent pas là. A la demande de la municipalité d’Essaouira et en partenariat avec la Fondation Hiba, le centre culturel L’Uzine de la Fondation Abdelaziz et Touria Tazi et le Boultek, le Festival met en place un programme de formation, d’accompagnement et d’encadrement des jeunes artistes et musiciens souiris. « Essaouira, comme d’autres villes marocaines, regorge de talents. Notre ambition est de les accompagner et les former aux métiers de la scène et au management artistique en collaboration avec des professionnels du domaine. Une première réunion de travail est déjà prévue début mai. Elle devra déboucher sur un plan d’action pour la période 2015-2016 avec des formations, des séminaires et des résidences artistiques», explique Fouzia Saoudi, directrice de production du Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira et secrétaire générale de l’association Yerma Gnaoua.

   « L’édition de cette année est enfin marquée par l’arrivée d’un nouveau sponsor du Festival, Maroc Telecom, qui a tenu à nous accompagner pour accompagner la préservation et la promotion  du patrimoine national. C’est pour moi l’occasion de rendre hommage à l’opérateur Méditel qui nous a accompagné depuis le début. Je remercie également l’ensemble de nos sponsors et partenaires avec une pensée spéciale à nos amis de TV5 Monde qui nous font confiance depuis 15 ans et qui ont subi la nuit dernière une cyber-attaque de l’Etat islamique qui a affecté les 11 chaines du groupe et qui, malgré cela, ont tenu à nous appeler et à nous témoigner leur amitié et leur soutien », a conclu Neila Tazi Abdi.

 


Neila Tazi
Neila Tazi


Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
017
016
015
014
013
012
011
005
bateaux