thrmagazine

Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement : S.A.R. la Princesse Lalla Hasnaa préside le conseil d’administration


Vendredi 25 Mai 2012

Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa, présidente de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, a présidé jeudi à Rabat le conseil d’administration de la Fondation, en présence de Fouad Douiri, ministre de l’Énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement, de Meriem Bensalah Chaqroun, présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), et des autres membres du conseil.



Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement : S.A.R. la Princesse Lalla Hasnaa préside le conseil d’administration
Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa préside le conseil d’administration. Ph. Zouitni
Au début des travaux, Son Altesse Royale s’est félicitée du travail accompli et des résultats tangibles atteints depuis la création de la Fondation en 2001, avant de rappeler les différents programmes qu’elle mène et qui sont basés sur une action majeure : l’éducation à l’environnement, indique un communiqué de la Fondation.
 
Il s’agit notamment des programmes Plages propres, Oualit’air, Compensation volontaire carbone, Éco-entreprise, Éducation environnementale, Clef verte, Sauvegarde et développement de la Palmeraie de Marrakech et Chemins pédagogiques.
La réussite du programme Plages propres a permis de passer à un stade beaucoup plus vaste de protection du littoral national, sanctionné par la Conférence internationale du littoral de Tanger, tenue en octobre 2010, sous le Haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.
 
Les recommandations de cette conférence sont en cours d’application, tant en ce qui concerne la sensibilisation, notamment à travers l’organisation des Journées nationales du littoral, le réseautage des ONG, que la prise en charge effective des lagunes et zones humides littorales, pour une meilleure prise en charge de la composante environnementale par l’ensemble des parties prenantes dans la lagune de Marchica et la Baie de Dakhla, ainsi que la biosphère intercontinentale de la Méditerranée.
 
Pour le programme Oualit’air, grâce au soutien de ses partenaires, la Fondation a réussi le défi de faire prendre conscience d’une action concertée de tous les intervenants d’agir et ainsi réduire notablement la pollution de l’air dans nos villes : introduction du gasoil 50 ppm, mise en place d’un réseau de stations de mesure et lancement de l’étude épidémiologique sur l’axe Casablanca-Mohammedia.
 
La phase pilote de cette importante étude menée avec le ministère de la Santé à Sidi Bernoussi a permis de calibrer le programme, dont un premier bilan trimestriel a été établi à mi-février 2012. Elle a permis la collecte de données sanitaires et la mesure de la concentration de l’air en polluants, et a permis de faire adhérer les intervenants, de constater la bonne qualité des indicateurs de santé et une corrélation entre ces indicateurs et ceux de pollution.
 
Lancé pour la première fois au Maroc le 23 avril 2009 par S.A.R. la Princesse Lalla Hasnaa, le programme de Compensation volontaire carbone poursuit son développement de manière soutenue, souligne le communiqué. Diverses actions ont été réalisées grâce au soutien des partenaires, notamment la plantation de 1 300 palmiers dattiers dans la Palmeraie de Marrakech, au cours de cette année, et l’électrification solaire des écoles rurales qui concerne 86 écoles et leurs dépendances (dont 35 font partie du programme Éco-écoles).
 
Pour informer et sensibiliser les opérateurs publics, privés et les citoyens sur les conséquences de l’effet de serre et son impact sur le changement climatique, deux outils ont été développés grâce à ce programme, à savoir le Calculateur CO2, logiciel développé par la FM6E, et dédié au calcul, en ligne, des émissions de CO2 générées par les déplacements par avion et en voiture, d’une entité ou d’un individu, et qui peut compenser volontairement leurs émissions de CO2, et l’Étude pour l’adaptation de la Méthode bilan carbone au Maroc et sa validation sur trois sites (industriel, touristique et administratif) entrant dans le cadre d’une Convention de coopération entre l’Agence de l’énergie et de maîtrise de l’environnement (ADEME) et la Fondation, qui constituera un des instruments importants de la FM6E pour la sensibilisation des secteurs publics et privés à l’effet de serre et au changement climatique, à travers les différents programmes mis en place par la Fondation en ce sens.
 
Quant au programme Éco-entreprise, dont le but est d’encourager les entreprises à adopter une politique environnementale, il s’est traduit par la réalisation de différentes actions d’envergure, favorisant la promotion de la production propre, de l’éco-efficience et de la bonne gestion environnementale.
Le programme Éducation environnementale, qui concerne l’école primaire, à savoir Éco-écoles, permet d’asseoir les bases d’un apprentissage relatif à la préservation de l’environnement. Sa généralisation qui est en bonne voie a vu, en 2011, le label Pavillon vert octroyé à 18 écoles. Il est à signaler qu’actuellement 446 écoles ont adhéré audit programme.
 
Pour ce qui est du programme Jeunes reporters pour l’environnement, qui vient de fêter sa 10e année, il incite et encourage les lycéens de 12 à 18 ans à enquêter, sous l’encadrement de leurs professeurs, sur une thématique liée à leur proche environnement (déchets, eau, énergie, agriculture, villes, littoral, biodiversité, etc.). En vue de poursuivre, de développer et d’inscrire ce programme dans la durabilité et la pérennité, une nouvelle convention de partenariat vient d’être signée entre la Fondation et le ministère de l’Éducation nationale.
Le Programme Clef verte, qui constitue un autre axe de l’action de la Fondation, représente une opportunité pour une industrie touristique verte. Souhaitant s’impliquer davantage dans le développement d’un tourisme responsable et disposer particulièrement d’une stratégie en phase avec la vision 2020 du tourisme, la Fondation a pu, avec le soutien du ministère du Tourisme et de l’artisanat, la Société marocaine de l’ingénierie touristique (SMIT) et l’Office national marocain du tourisme (ONMT), définir un certain nombre d’orientations, telles que la sensibilisation et la reconnaissance des acteurs du tourisme ayant mis en place une démarche de gestion environnementale, la sensibilisation des touristes à la bonne gestion des ressources et à la prise en considération de la fragilité des écosystèmes durant les vacances, la promotion du tourisme rural et de l’écotourisme, etc.
 
Ce programme de labellisation se généralise progressivement au niveau national et intègre différents types d’établissements touristiques.
Le suivi de sa mise en œuvre par la Fondation est basé sur la réalisation de visites et d’audits par une expertise externe. Et c’est ainsi que 60 établissements ont été labellisés en 2011. Par ailleurs, la Fondation accompagne les établissements hôteliers grâce à la mise en ligne du portail Clef verte d’information et de communication, portail destiné aux professionnels du tourisme et au grand public.
 
 S’agissant du Programme de sauvegarde et développement de la Palmeraie de Marrakech, S.A.R. la Princesse Lalla Hasnaa a présidé le 3 décembre 2011, à Marrakech, une réunion de bilan d’étapes des réalisations de la première phase de ce programme, qui a porté sur les principales réalisations de ce programme ainsi que sur les axes et les orientations stratégiques devant accompagner, dans le futur, la sauvegarde et le développement de la Palmeraie. À ce jour 480 935 plantations ont été réalisées sur les 430 000 prévues initialement, soit 108%. Le renforcement de la mise en œuvre des programmes d’éducation et de sensibilisation à l’environnement (programme Éco-écoles, programme Clef verte, programme Compensation volontaire carbone, réalisation d’un chemin pédagogique, implication du tissu associatif local) visent à inculquer la culture de la sauvegarde et de la préservation des ressources environnementales de la Palmeraie, à diverses cibles.
 
Par ailleurs, l’année 2011 a vu la réalisation d’une étude relative au projet de valorisation des eaux usées épurées de la ville de Marrakech pour l’irrigation de la Palmeraie. Un projet est en cours de finalisation par la wilaya de Marrakech pour donner suite aux conclusions de l’étude.
Dans le cadre du programme Chemins pédagogiques, les Jardins exotiques de Bouknadel sont devenus un lieu propice pour l’Éducation à l’environnement et la sensibilisation à la suite de la mise en place d’un chemin pédagogique qui permet aux visiteurs de s’informer et d’être sensibilisés dans un cadre exceptionnel et de manière ludique sur les enjeux et le rôle de la biodiversité dans le développement humain et sur l’intérêt de la préservation de notre patrimoine naturel.

L’expérience acquise et le savoir-faire développé dans le cadre de ce projet pilote ayant reçu le prix international anglais «Green Apple» serviront à promouvoir les actions pédagogiques dans d’autres espaces à travers le territoire national. 
 
MAP

Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
017
016
015
014
013
012
011
005
bateaux