thrmagazine

Fondation Mohammed VI pour la Recherche et la Sauvegarde de l'Arganier. Distinction pour Katim Alaoui à Rio.


Jeudi 28 Juin 2012

Katim Alaoui, 3 ème Prix "Women's Rio+20 Good Practice Award"

Le Professeur Katim Alaoui, Directrice Générale de la Fondation Mohammed VI pour la Recherche et la Sauvegarde de l'Arganier dont le siège est à Essouira (Dar Souiri) a reçu le 3ème Prix du prestigieux "Women's Rio+20 Good Practice Award" dans la Catégorie "Emplois Décents et Santé", organisé par WECF, le Programme des Nations-Unies pour l'Environnement, le Women's Major Group et le Réseau des Femmes Ministres ou Leaders de l'Environnement et soutenu par le Ministère Fédéral Allemand de la Coopération Economique et du Développement et la GIZ.



meme Katim Alaoui
meme Katim Alaoui
Le Professeur Katim Alaoui, Directrice Générale de la Fondation Mohammed VI pour la Recherche et la Sauvegarde de l'Arganier dont le siège est à Essouira (Dar Souiri) a reçu le 3ème Prix du prestigieux "Women's Rio+20 Good Practice Award"  dans la Catégorie "Emplois Décents et Santé", organisé par WECF, le Programme des Nations-Unies pour l'Environnement, le Women's Major Group et le Réseau des Femmes Ministres ou Leaders de l'Environnement et soutenu par le Ministère Fédéral Allemand de la Coopération Economique et du Développement et la GIZ. 
 
Cette récompense a été attribuée à Mme K. Alaoui au cours d'une cérémonie qui s'est déroulée le 21 Juin 2012 lors du Sommet de la Terre Rio+20 à Rio de Janeiro au Brésil et l'a distinguée parmi plus de 150 dossiers de très haut niveau émanant de 50 pays. 
 
La Fondation Mohammed VI pour la Recherche et la Sauvegarde de l'Arganier, présidée par Mr André Azoulay, œuvre depuis 2004 pour un juste équilibre écologique, social et économique du système Arganier.
 
 
Convaincue du trésor qu’est leur huile pour la santé et l’économie de son pays, Katim Alaoui assume avec passion son rôle à la tête de la Fondation Mohammed VI pour la recherche et la sauvegarde de l’arganier. Elle a toujours eu un flacon d’huile d’argan à la maison. Que sa famille utilisait en cuisine, pour ses propriétés contre le cholestérol, notamment, mais aussi en huile de massage ou comme médicament naturel. « C’est un excellent anti-inflammatoire, explique Katim Alaoui. Les gens l’utilisent aussi comme cicatrisant, contre les traces laissées par les boutons de varicelle par exemple. »
 
 Professeure à la faculté de pharmacie de Rabat depuis plus de  vingt ans, Katim préfère de loin les secrets des plantes aux froides substances chimiques. Une proximité avec la nature qu’elle explique peut-être par ses années passées dans les montagnes d’Ifrane, dans la région de Fès. « J’ai grandi à différents endroits du royaume à cause de la fonction de mon père, qui était préfet », confie-t-elle.
 
Elle poursuit ses études de pharmacie à Bordeaux, avant de rentrer à Rabat et de se lancer, il y a  dix huit ans, dans un travail de recherche sur les plantes médicinales marocaines. Elle avoue d’ailleurs regretter de ne pouvoir enseigner la phytothérapie. Mais avec les arganiers, quelque chose de plus se passe. « Le volet socioéconomique et écologique s’est rajouté au côté thérapeutique, jusqu’à devenir une priorité au nom des trois millions de Marocains qui en vivent », analyse-t-elle.

Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
017
016
015
014
013
012
011
005
bateaux