thrmagazine

Grosse tempête sur le tourisme: Les indicateurs au rouge Tourisme: La crise s’installe!


Jeudi 4 Juin 2015

L'ensemble des pays émetteurs traditionnels en net recul
Les prévisions sont pessimistes et la CNT s'attend à un "naufrage" en été ; le tourisme national et les pays arabes offrent une bien maigre alternative
« Crise oblige, les professionnels ont tellement bradé les demi-pensions et les all inclusive que nous ne sommes plus très loin de la Tunisie en termes de prix», indique Abdellatif Kabbaj, président de la Confédération Nationale du Tourisme.



Tourisme: La crise s’installe!
L'ensemble des pays émetteurs traditionnels en net recul
 Les prévisions sont pessimistes et la CNT s'attend à un "naufrage" en été ; le tourisme national et les pays arabes offrent une bien maigre alternative
« Crise oblige, les professionnels ont tellement bradé les demi-pensions et les all inclusive que nous ne sommes plus très loin de la Tunisie en termes de prix», indique Abdellatif Kabbaj, président de la Confédération Nationale du Tourisme.
 
  Pour redresser la barre du secteur en perdition, Abdellatif Kabbaj, président de la Confédération nationale du tourisme, estime qu'il y a une carte essentielle à jouer: renforcer les actions de relations publiques et le lobbying auprès des leaders d’opinion et médias. Pour lui, il était tout aussi essentiel de faire participer le ministre du Tourisme et les opérateurs touristiques à la Rencontre de haut-niveau Maroc-France. Le secteur aurait pu y trouver de nouvelles pistes de collaboration à l'heure où des marchés qui chutent le plus, c'est la France qui tient le haut du pavé. Les professionnels parlent déjà d’une année catastrophe.

.
- L’Economiste: Les premiers résultats de l’année sont loin d'être optimistes.

.  
- Abdellatif Kabbaj:
Je dirais personnellement qu’ils sont catastrophiques. Nous essuyons des baisses systématiques en termes d’arrivées sur l’ensemble du marché européen. Cumulées à fin mars, nous sommes à moins 5%, mais si nous analysons par marché, la baisse est alarmante sur l’ensemble des pays émetteurs traditionnels. Heureusement que d’autres marchés ont résisté et même performé, les résidents et les pays arabes. Ce qui nous a permis de réduire la catastrophe et les pertes. Mais, attention,  nous ne sommes pas sortis de l’auberge et les prévisions sont très pessimistes.
 - Quid justement des prochains mois?
- Compte tenu des baisses de l’hiver, avril et mai ont été plus au moins corrects, grâce notamment aux vacances scolaires, mais très loin des réalisations de 2014. Et on s’attend à un naufrage en été qui coïncide avec le ramadan. Et on sait tous que les clients évitent ce mois durant lequel, il faut le dire, l’animation devient presque inexistante, le Marocain pas très agréable…
- Préjugés, désinformation… Quelles sont les vraies raisons de ce recul?
- Il n’y a pas que la désinformation ou les préjugés. Parallèlement à la crise économique européenne qui impacte le tourisme, nous avons dû faire face à une série de crises et qui remontent à 2003 avec les attentats de Casablanca. Aujourd’hui, la destination Maroc paye les frais de l’instabilité de ses pays voisins, de l’émergence des groupuscules terroristes en Algérie, du terrorisme en Libye ou en Tunisie.

. Et puis, il y a eu le 24 septembre 2014 et l’assassinat d’un ressortissant français en Algérie qui a entraîné la débandade du marché français au Maroc. L'effet Charlie Hebdo.

. Il faut dire aussi que la réaction et la publication du Quai d’Orsay classant le Maroc parmi les pays à risque -corrigé entre temps- n’ont pas rassuré les esprits.  Ensuite, il y a eu la tourmente médiatique autour d’Ebola et la coupe d’Afrique qui n’ont pas rendu service au tourisme marocain. Face à ces crises, la communication reste très tiède.
 - La crise s’installe davantage sur le marché français et les TO ne prennent plus de risque…
- Et c’est d’autant plus inquiétant que le marché français représente énormément pour une ville comme Marrakech ou Agadir avec plus de 50% du volume. Certes, les crises économique et d’image ont impacté ce marché, mais il faut relancer la machine et y mettre les moyens en renforçant les actions de relations publiques, le lobbying auprès des leaders d’opinion et médias. Or, force est de constater que nous ne faisons pratiquement rien. Le dernier exemple en date est la Rencontre de haut niveau France-Maroc du 29 mai. Ni le ministre de Tourisme ni l’Office n’y ont pris part. Les professionnels du tourisme qui sont les premiers concernés par les relations économiques et commerciales franco-marocaines n’ont pas été invités. On a l’impression que le tourisme, créateur d’emplois et pourvoyeur de devises, n’est plus une priorité pour le gouvernement.
- Face à cette période de disette, on fait visiblement du dumping.  Les recettes touristiques ont baissé de 5,4% uniquement sur les 4 premiers mois de l’année.

.

- Tout d’abord, s’il y a eu dumping, c’est  tout simplement pour sauver l’année. Les professionnels ont baissé les prix pour attirer les clients et sont les plus grands perdants de cette histoire. Les clients payent de moins en moins cher les prestations. Les demi-pensions et les all inclusive sont presque bradées et nous ne sommes pas loin de la Tunisie en termes de prix.
- A cette allure, vous croyez encore en les objectifs de 2020?
- Non, car nous sommes en stagnation par rapport à 2010. Mais nous restons mobilisés pour au moins nous rapprocher des 20 millions à condition d’être accompagnés pour surmonter les difficultés. On a d’ailleurs prévu un forum le 13 juin prochain avec l’ensemble de la profession pour  faire un état des lieux d’abord et un diagnostic. L’idée est de débattre en toute franchise des problèmes et des freins que rencontrent  la profession et le secteur et que par la suite les recommandations formulées soient présentées au ministère de tutelle et aux différents membres du gouvernement qui doivent logiquement accompagner le secteur. J’espère que d’ici là, le CST  (Conseil supérieur  du tourisme), présidé en principe par le chef du gouvernement, sera mis en place pour donner plus de poids au secteur.
- Depuis votre élection à la tête de la CNT, vous avez mis en place une feuille de route. Où en êtes-vous aujourd'hui?
- Il fallait d’abord réorganiser la CNT et regrouper tous les professionnels qui étaient externes à la confédération. Aujourd’hui, il y a une cohésion totale autour de la Confédération et nous nous attelons à la résolution des vrais problèmes. C’est bien pour cette raison que nous avons prévu ce forum pour donner la parole à tous les professionnels et ce, sans langue de bois.
Promotion: Trop faible budget
Alors que le secteur est en crise, le budget de promotion, lui, est en baisse. Pour étayer ses propos, le patron de la CNT s'appuie sur un benchmark des pays voisins qui montre que toutes les destinations concurrentes au Maroc consacrent 3% des recettes engendrées par le tourisme à la promotion. "Or, avec le petit budget de 500 millions de DH (y compris la taxe sur la billetterie), nous en sommes très loin. Pourtant, le chef du gouvernement nous avait promis un geste qui, malheureusement, n’est pas venu", martèle Kabbaj. Conscients de la situation économique du pays, les professionnels revendiquent 1% de ces recettes -ce qui porterait le budget à un milliard de DH- et surtout un droit de regard pour orienter les communications. Un droit de regard parce que le président de la CNT estime qu'il y " a eu de mauvais choix stratégiques cette année au niveau de la promotion". Lorsque l'on consacre un budget de 90 millions de DH pour l'aérien à Marrakech, sans que celui-ci n’augmente ses capacités, il y a problème. "Pourquoi ne pas utiliser une partie de cette enveloppe à des émissions télé et du publi-rédactionnel qui peuvent avoir des impacts immédiats sur le consommateur?, suggère-t-il rappelant au passage que la Tunisie qui a lancé une petite opération de ce genre sur M6 a vu ses réservations repartir…
ONMT: Campagnes "non ciblées"
"Nous n’avons eu cesse de relancer l’Office pour développer la communication sur le pays et montrer que le Maroc est un pays sécurisé où il fait bon de vivre plutôt que d’aller faire de l’affichage métro", déplore Kabbaj. Pour lui, la communication et la promotion restent encore trop axées sur d’anciennes formules valables peut-être lorsque le secteur ne connaissait pas de crise.  "Nos ambassades devraient aussi se mobiliser davantage et faire le nécessaire pour sauver l’image du pays. Je viens de découvrir que l’on commence à exiger aux touristes belges voyageant avec des TO un passeport alors qu’auparavant, la carte nationale suffisait. Pourquoi cette nouvelle mesure alors que la destination est déjà en crise?", fait-il observer.
  Source : L Economiste  Propos recueillis par  Badra BERRISSOULE
 
-: http://www.leconomiste.com/article/972255-grosse-tempete-sur-le-tourisme-les-indicateurs-au-rouge#sthash.6plkDgQ3.d
 

Mohamed Rial




Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
017
016
015
014
013
012
011
005
bateaux