thrmagazine

Saddina Une cité médiévale sortie de terre dans la province de Taounate


Mercredi 19 Décembre 2012

Nichée sur Jbel Saddina, la cité médiévale découverte par des chercheurs marocains et européens remonte à l'époque des Idrissides, au 9e siècle. Quant aux gravures rupestres trouvées sur place, elles dateraient de la préhistoire.



Une photo des fouilles de la cité Saddina fournie par les chercheurs à la MAP./DR
Une photo des fouilles de la cité Saddina fournie par les chercheurs à la MAP./DR
Nichée sur Jbel Saddina, la cité médiévale découverte par des chercheurs marocains et européens remonte à l'époque des Idrissides, au 9e siècle. Quant aux gravures rupestres trouvées sur place, elles dateraient de la préhistoire.

    Une équipe de chercheurs marocains et européens vient de faire une découverte d'une portée historique inestimable: une cité médiévale de 10 km2 nichée au Jbel Saddina, près de Tissa, dans la province de Taounate.
La cité remonte à l'époque des Idrissides (9e siècle), mais des gravures rupestres trouvées sur place sont bien plus anciennes et datent de la préhistoire, a confié à la MAP le doyen de la faculté des sciences humaines de Fès-Saiss, Brahim Akdim.
“C'est un site d'une grande portée historique, qui va permettre de percer le secret d'une importante partie de l'histoire de la région et de la tribu Hyayna qui a repoussé plusieurs tentatives d'invasion contre le Maroc”, assure M. Akdim.

Une cité agricole
Des photos de cette cité prises par les chercheurs, montrent notamment des habitations, une muraille, un moulin à olives et céréales et un bassin servant à fournir l'eau aux habitants et à arroser les champs. Bref, tous les ingrédients d'une ville animée, peuplée et qui connaît une importante activité économique.
“Les matériaux de construction et les morceaux de porcelaine et de faïence trouvés sur place, démontrent qu'il s'agit d'une ville datant de l'époque des Idrissides, et qui était habitée par des agriculteurs sans terres (Khamassa),  travaillant pour le compte de riches propriétaires terriens.”
Brahim Akdim, doyen de la faculté des sciences humaines de Fès-Saiss.

L'activité économique repose sur la source et sur les terres fertiles, ce qui fait penser à l'existence d'un système agricole semblable à la Huerta en Espagne (verger), d'où l'importance du site et son intérêt historique aussi bien pour les chercheurs marocains qu'ibériques.
Les fouilles et les analyses qui seront menées par l'Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine (INSAP) de Rabat détermineront avec exactitude l'âge du site.

Une découverte due au géographe Gregori Lazarev
Cette importante trouvaille, on la doit au célèbre géographe franco-italien Gregori Lazarev, qui a écrit plusieurs études et livres sur la dynamique des populations tribales et rurales au Maroc.
Ebahi par cette trouvaille au détour d'une visite à la source Saddina, dans le cadre de la préparation d'une étude sur les structures traditionnelles et la problématique du développement agricole dans la province de Taounate, il s'en était ouvert à des collègues marocains.
Une équipe a été constituée autour du projet et après plusieurs visites de terrain, elle a décidé d'y consacrer un livre qui sortira en avril prochain. Il s'agit de placer le site dans son contexte géographique et historique national, en cherchant les liens éventuels avec d'autres cités historiques en Algérie, en Tunisie et surtout en Espagne.

Mais en attendant des fouilles plus avancées, le meilleur moyen, selon M. Akdim, est d'entreprendre rapidement les démarches, afin d'inscrire le site sur la liste du patrimoine national classé, et pourquoi pas à l'avenir, sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.
 
aufait avec MAP

Mohamed Rial



Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
017
016
015
014
013
012
011
005
bateaux