thrmagazine

Tourisme Marché français Le Salon Top Resa 2012 morose à l’image de la situation économique et sociale en France.


Lundi 24 Septembre 2012

Le Salon Top Resa 2012 n’aura pas été de bonne réjouissance à cause de l’impact indéniable de la crise économique et sociale qui sévit la France. Fermeture des établissements industriels et économiques, licenciements par milliers et l’avenir n’est pas rose du tout. Une possibilité de sortie de crise est prévue, selon le président de la République française, début 2014. D’ici là il faut bien gérer la crise. La journée d’ouverture du salon français du tourisme a été d’ailleurs bien en deçà de ce qu’on connaissait avant. Pas de bousculade à l’entrée, comme à l’accoutumée.



Tourisme    Marché français Le Salon Top Resa 2012 morose à l’image de la situation économique et sociale en France.
 
  Le Salon Top Resa 2012 n’aura pas été de bonne réjouissance à cause de l’impact indéniable de la crise économique et sociale qui sévit la France. Fermeture des établissements industriels et économiques, licenciements par milliers et l’avenir n’est pas rose du tout. Une possibilité de sortie de crise est prévue, selon le président de la République française, début 2014. D’ici là il faut bien gérer la crise. La journée d’ouverture du salon français du tourisme a été d’ailleurs bien en deçà de ce qu’on connaissait avant. Pas de bousculade à l’entrée, comme à l’accoutumée.
  La deuxième journée le salon a bougé un peu mieux, mais pas de performance à signaler ; on voyait bien que les gens tournaient en rond et que les affaires ne viennent pas. Les professionnels marocains présents se tournaient les doigts, faute de contacts, dans un stand raté et non fonctionnel qui n’encourageait nullement les contacts. Du thé et de la pâtisserie distribués aux demandeurs au compte goûtes, de l’anti promotion en cette période de crise. Lors de l’ITB, l’an dernier, des hôtesses distribuaient thé et pâtisserie à volonté, à la grande joie des visiteurs et des professionnels marocains. A Paris, c’était vraiment trop avare, principalement lorsqu’on sait que les Français apprécient bien le thé et  la pâtisserie marocaine.
  Trois importants sujets avaient dominé les discussions entre les professionnels marocains présents au Top Resa : la conjoncture touristique, l’aérien, et la mise en place prévue par le ministère de tutelle de la Haute Autorités du Tourismes ( HAT) et les Agences de Développement Touristiques ( ADT). Signalons que le ministre Haddad, présent au salon, n’a pas malheureusement fait une tournée des exposants dans le stand du Maroc. Ni lui ni le DG de l’ONMT n’ont pu saisir cette occasion pour rencontrer les professionnels et discuter avec eux , quoique brièvement pour écouter leurs remarques et doléances.
   La coupure est nette en matière de communication entre les décideurs et les professionnels de terrain et c’est dommage et bien regrettable. C’est ce manque de vraie concertation entre les deux parties, dont l’administration est responsable par ailleurs car c’est elle qui décide, qui a été bien critiqué en ce qui concerne l’approche du ministère pour la mise en place de la HAT et des ADT. Un sujet de l’heure auquel nous reviendrons prochainement avec plus de détails. C’est un sujet de l’heure avec des dispositions et des décisions qui vont hypothéquer l’avenir du tourisme au Maroc. Or sans implication véridique et sincères des professionnels, on ne fera que reculer au lieu d’avancer, malgré les beaux discours des responsables.
  Ceci dit, une réunion déjeuner de travail a eu lieu, à l’initiative du délégué de l’ONMT Paris, entre le ministre Haddad et des TO français, en présence du DG de l’ONMT et de Abderrahim Oummani, v/p de la Fédération Nationale du Tourisme FNT (représentant le présent souffrant ce jour là) et président d’honneur de la Fédération Nationale de l’Industrie Hôtelière FNIH. Du côté français était présents le président de TUI France ; le président du CETO, le président du SNAV, le président de FRAM, le co fondateur de Promo vacances et le DG de TUI Marmara.
   Les discussions ont tourné, entre autres, sur la conjoncture actuelle, sujet incontournable, mais également sur les actions à entreprendre pour encourager les ventes, selon des sources concordantes à la fois françaises et marocaines. L’aérien a été également discuté avec le grand souhait d’appliquer le principe d’un siège un lit, pour vraiment faire venir les clients français au Maroc. Le TO français ont émis la volonté de développement et de consolidation d’abord les destinations existantes, dont Agadir et le balnéaire en général. Les circuits des villes impériales s’essoufflent, alors que le tourisme écologique prend de l’ampleur de plus en plus. La vente par internet est en grande progression et que le Maroc doit suivre et accompagner le mouvement avec la promotion, la publicité et la communication qu’il faut. Une stratégie du e-tourisme est nécessaire pour assurer  de bonnes ventes du produit touristique.
  Il est à rappeler enfin que le marché français reste le premier marché européen émetteur de touristes, à la fois en termes d’arrivées et de nuitées. C’est un marché vivier pour notre tourisme, qui baisse selon les aléas, mais qui se maintient vu les relations privilégiées entre les deux pays. Les liaisons aériennes d’ailleurs sont les plus nombreuses entre les deux pays. C’est le premier marché pour les deux plus grandes destinations du Royaume. Agadir, malgré le handicap des liaisons aériennes, reste une destination où le marché français détient toujours depuis des années la première place en tant que marché émetteur européen. Les 8 premiers mois de 2012, ont connu ainsi, 135 570 arrivées et 825 480 nuitées alors que l’année 2010 avait connu respectivement 159 666 et 1 028 117.
  En tout cas, il faut savoir gérer cette conjoncture touristique difficile mais non dramatique tout de même, relatif au marché français ; car de l’avis des TO français le flux diminue certes, mais la demande sur le Maroc  (notamment pour le balnéaire Agadir et le MICE à Marrakech) s’annonce assez prometteuses dans les proches mois à venir.
 
  Mohamed RIAL

Tourisme    Marché français Le Salon Top Resa 2012 morose à l’image de la situation économique et sociale en France.

Tourisme    Marché français Le Salon Top Resa 2012 morose à l’image de la situation économique et sociale en France.

Tourisme    Marché français Le Salon Top Resa 2012 morose à l’image de la situation économique et sociale en France.

Tourisme    Marché français Le Salon Top Resa 2012 morose à l’image de la situation économique et sociale en France.

Tourisme    Marché français Le Salon Top Resa 2012 morose à l’image de la situation économique et sociale en France.

Tourisme    Marché français Le Salon Top Resa 2012 morose à l’image de la situation économique et sociale en France.

Tourisme    Marché français Le Salon Top Resa 2012 morose à l’image de la situation économique et sociale en France.

Mohamed Rial




Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
017
016
015
014
013
012
011
005
bateaux