thrmagazine

Tourisme : Situation du Secteur


Vendredi 15 Novembre 2013

Le nombre d’arrivées de touristes internationaux continue à afficher une hausse presque ininterrompue, passant de 25 millions en 1950 à 278 millions en 1980, puis à 528 millions en 1995 et à 1.035 millions en 2012.
Au Maroc, au 3ème trimestre 2013, Le volume des arrivées aux postes frontières a atteint 7,8 millions de touristes, en progression de +7% par rapport à la même période de l’année 2012 (+5% pour les touristes étrangers de Séjour et +9% pour les MRE).



Au niveau mondial, et selon les dernières statistiques publiées par l’Organisation Mondiale du Tourisme,  le nombre de touristes internationaux dans le monde a augmenté de près de 5% avec un indice de confiance en nette amélioration et des perspectives permettant d’être optimiste pour le dernier trimestre de l’année en cours. Ceci est particulièrement important que la croissance économique mondiale tourne au ralenti.
Les performances du tourisme international offrent des opportunités vitales pour l’emploi et pour les économies locales. En outre, tout au long de sa chaîne de valeur, le tourisme crée des entreprises et des postes de travail pour un éventail d’autres secteurs et engendre d’importantes recettes d’exportation qui nourrissent la balance des paiements au Maroc comme dans beaucoup de pays.
La croissance des recettes touristiques suit celle des arrivées. En effet, à quelques rares exceptions, les résultats positifs des arrivées se reflètent dans les recettes du tourisme international pour les six à huit premiers mois de l’année.
Le tourisme, est incontestablement, plus que jamais un moteur de développement, de prospérité et du bien-être ; et en dépit de chocs passagers, le nombre d’arrivées de touristes internationaux continue à afficher une hausse presque ininterrompue, passant de 25 millions en 1950 à 278 millions en 1980, puis à 528 millions en 1995 et à 1milliard 35 millions en 2012.
Selon la publication de l´OMT Tourism Towards 2030 (Le tourisme à l´horizon 2030) le nombre d´arrivées de touristes internationaux dans le monde augmentera en moyenne de 3,3 % par an entre 2010 et 2030 pour atteindre 1,8 milliard d’arrivées.
Au Maroc, au 3ème trimestre 2013, Le volume des arrivées aux postes frontières a atteint 7,8 millions de touristes, en progression de +7% par rapport à la même période de l’année 2012 (+5% pour les Touristes Etrangers de Séjour et +9% pour les MRE).
 
Les deux principaux marchés émetteurs en l’occurrence la France et l’Espagne ont marqué une hausse respectivement de +3% et +5%. Les autres marchés ont affiché des résultats très positifs. L’Allemagne, le Royaume Uni et l’Italie ont enregistré des progressions de +11%, +10% et +14% respectivement.
 
En ce qui concerne les nuitées totales réalisées dans les établissements d'hébergement touristiques classés, elles ont enregistré une hausse de +9% par rapport à la même période de 2012 (+10% pour les touristes non‐résidents et +4% pour les résidents).
 
Au cours de cette période, les deux pôles touristiques, Marrakech et Agadir ont enregistré une hausse de +10% et +9% respectivement et ont généré à eux seuls 64% des nuitées additionnelles totales. Les autres destinations ont également affiché des résultats positifs : Casablanca (+10%), Tanger (+8%) et Fès (+17%).
 
Le Tourisme Interne devient un levier important du développement touristique de notre pays. Il représente désormais 28% de l’activité touristique contre près de 21% quelques années auparavant.
 
Le taux d’occupation durant les neuf premiers mois de 2013 a enregistré une hausse de trois points par rapport à la même période de l’année précédente. Il s’est situé à 44% à fin septembre 2013.
 
Enfin, les recettes de voyage ont augmenté de +1,7% pour atteindre 44,1 MM DH. Il faut rappeler qu’à fin 2012, avec 9,375 M d’arrivées, et 57 MM DH de recettes, le Maroc représente, selon l’OMT 17,9% des arrivées enregistrées en Afrique (Hors Egypte) et 20% des recettes.
 
Mais au-delà de ces statistiques publiées par l’Observatoire du Tourisme, et par l’OMT,  les professionnels du secteur, regroupés au sein de la Confédération Nationale du Tourisme restent convaincus des atouts et du potentiel énorme de notre destination. Un potentiel qui est loin d’être exploité pleinement. Le Taux d’occupation dans les hôtels classés a certes augmenté, mais il reste encore loin des objectifs fixés dans le cadre de la Vision 2010. Ces niveaux d’activités ne peuvent selon les professionnels être suffisants pour assurer une rentabilité acceptable, d’autant plus dans un contexte où les hôteliers ont du consentir d’énormes efforts au niveau des prix dans l’intérêt de la destination.
 
Ces performances sont aussi réalisées dans un environnement géopolitique défavorable pour les destinations concurrentes et où le Maroc s’est distingué par sa stabilité politique et sociale.
 
Il est à souligner que le secteur du tourisme a été pénalisé par une programmation aérienne insuffisante et en régression par rapport aux besoins et par rapport à la croissance des capacités litières réalisées ces dernières.
 
De plus, les budgets alloués à la Promotion de la destination restent loin des normes recommandées par l’Organisation Mondiales du Tourisme. Ce Budget devrait être autour de 1,8 MRD de DH, soit 3% des recettes touristiques.
 
Le Projet de Loi de Finances 2014, tel qu’il a été présenté dans sa version initiale, prévoit une baisse importante des dépenses d’investissement dans le secteur (-26,15%) par rapport à 2013; soit une baisse du Total Général pour le Département du Tourisme estimée à -17,30%.
 
La Confédération Nationale du Tourisme (CNT) rappelle à cet effet, que dans le cadre de la vision 2020 signée sous la présidence effective de Sa Majesté le Roi Mohamed VI, que Dieu le Glorifie, le 30 novembre 2010, il a été convenu de doubler les budgets de promotion de la destination.
 
Cette baisse ne peut donc être acceptable dans un secteur considéré comme prioritaire pour l’économie nationale, un secteur qui représente près de 8% du PIB, emploie de manière directe plus de 600.000 personnes, génère près de 60 MRD de DH en devises, et où chaque touriste dépense en moyenne plus de 6.000 DH en devises, alors que les budgets qui lui sont investis ne dépassent pas 70 DH.
 
Les professionnels du secteur, toute branche confondus, se sont toujours félicités des efforts fournis par l’ONMT et par l’autorité de tutelle, pour promouvoir notre destination avec le peu de moyens humains et financiers dont ils disposent. Ils ont toujours plaidé pour une amélioration de ces moyens qui permettraient à nos partenaires d’avoir la visibilité suffisante pour jouer pleinement leur rôle.
 
Aussi, et conscient des difficultés actuelles des finances publiques, et du contexte de crise que notre pays subit, plusieurs propositions ont été partagées avec nos partenaires publics. L’une des pistes proposées, est celle de l’instauration d’une nouvelle taxe qui permettrait aux professionnels de contribuer à l’effort de pérennisation des moyens du secteur pour réaliser les ambitions et objectifs prévus.
 
A cet effet, un projet d’amendement de la loi de finances a été déposé grâce à l’écoute et à la compréhension des partenaires publics particulièrement au niveau du ministère des finances et de la chambre des représentants
 
 Les professionnels du secteur espèrent que ce projet d’amendement, s’il est accepté, permettra d’envisager une année 2014 prometteuse avec des moyens suffisants à même de permettre à l’ONMT et à la CNT de concevoir et réaliser un plan d’action ambitieux dans le cadre d’un partenariat public privé profitable pour la destination et permettant de gagner de nouvelles parts de marchés.
 
 Une croissance à deux chiffres est parfaitement réalisable par le secteur du tourisme.

 Source : Communiqué de la CNT

Mohamed Rial




Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
017
016
015
014
013
012
011
005
bateaux