thrmagazine

Tourisme débat : Le tourisme une industrie moderne...


Vendredi 23 Mars 2012

L'Association Nationale Convergence Maroc réagit : «Le tourisme est devenu une industrie moderne, requérant une stratégie marketing novatrice, nourrie de créativité et d'imagination»



Tourisme débat :  Le tourisme une industrie moderne...

«Ayant suivi avec beaucoup d'intérêt le débat sur le secteur touristique que le journal L'Opinion a initié dans la perspective de connaître les différents points de vue des opérateurs dans le secteur, notre Association Nationale Convergence Maroc tient à vous en féliciter pour cet éclairage si édifiant qui vient à point nommé. Ce faisant, c'est un véritable chantier que le journal a lancé, invitant les professionnels, le ministère de tutelle et l'ONMT à harmoniser leurs points de vue pour l'établissement d'une architecture appropriée devant servir de moule au futur édifice touristique, lequel est appelé non seulement à être éminemment beau et attrayant mais à même de relever le défi à l'horizon 2020».


    Telle est la réaction du président de Convergence Tourisme Maroc, M. Jamal Filali, lui-même opérateur en tourisme, chef d'entreprise, auteur du livre «Le tourisme marocain autrement», à la lecture des points de vue précédents. Aussi, lui avions-nous posé trois questions auxquelles il a bien voulu répondre au nom de l'Association qu'il préside.


    Les questions sont les suivantes : L'état des lieux, les causes qui lui semble à l'origine et les solutions idoines qu'il estime indispensables pour renverser la vapeur.
«En ce qui concerne l'état des lieux, Convergence vient de confectionner un nouveau livre dénommé : ''Le tourisme face aux tornades économiques internationales'' que nous avons adressé à toutes les instances concernées du gouvernement, aux responsables de la région, aux fédérations, aux associations et aux professionnels du tourisme. Ce livre retrace, à juste titre, l'état des lieux et propose des solutions. Objectivement, le tourisme vit une période très difficile sur le plan international, suite aux différentes crises successives.

   Le pouvoir d'achat des consommateurs de la clientèle traditionnelle de notre destination Maroc et celle de Marrakech a manifestement baissé, le nombre des arrivées dans les halls d'hôtels classés ne se porte pas mieux, la clientèle qui fréquente les restaurants de gastronomie Marocaine de standing est en régression, les agences de voyages réceptives n'ont pas de visibilité, le transport terrestre en repli… Ne pas confondre statistiques Arrivées frontières nationales et statistiques hôtelières, il faut déduire les RME.


   Pour ce qui est des causes, il faut signaler que c'est la conséquence de l'impact des crises internationales qui ont secoué le secteur. Ceci étant, ce sont surtout les petites et moyennes entreprises qui endurent le plus. Il ne faut pas se fier aux déclarations des mastodontes qui relativisent car elles disposent de gros moyens, produisent des chiffres d'affaires colossaux, engrangent de gros bénéfices. Leur discours a toujours été en contradiction avec la réalité jusqu'à ce que les unités appartenant aux particuliers, essentiellement des nationaux, soient réellement en difficulté par ces crises. Cela fait trois bonnes années que cette situation perdure pour atteindre son point culminant en 2012 et ce n'est pas fini.


   Le secteur bancaire est aux abonnés absents, il ne soutient pas les entreprises en tourisme et spécialement les PME. La fiscalité régionale et nationale est très lourde, il faut l'harmoniser. Défaut d'une bonne promotion constante de la destination. Défaut de l'Aérien, au départ des marchés émetteurs, les vols sont complets alors que les hôtels ne le sont pas. L'informel exerce une concurrence déloyale au secteur surtout l'hébergement et la restauration qui sont plombés par des unités informelles.
La formation devrait s'améliorer. L'improvisation n'a plus de place. Certains CRT sont devenus des coquilles vides qui ne disposent ni de moyens financiers suffisants, ni de moyens humains compétents. Enfin, pour les solutions, je retiendrais personnellement deux maîtres mots qui consistent en la PROMOTION et l'AERIEN.


   La volonté politique doit se concrétiser par une véritable promotion, constante, avant-gardiste et innovante de la destination Maroc en général et Marrakech en particulier. L'Etat doit reprendre en mains la promotion des régions. L'ONMT est capable d'assurer, à lui seul, la promotion sur le plan national et régional à condition de lui consacrer un budget proportionnel à la taille du secteur. Extrême urgence : doubler le budget de l'ONMT. (En attendant la mise en place des ADT: Agences de Développement Touristiques régionales). L'Etat doit trouver des solutions spécifiques à l'Aérien, soutenir la RAM à doubler sa capacité, inciter de nouvelles compagnies à mettre plus de vols touristiques à destination du Maroc.

    Créer un grand tour opérateur Marocain à l'étranger ex : Turquie ! Créer un fonds stratégique d'investissements en tourisme en mesure de venir en aide aux entreprises touristiques en difficulté afin de préserver l'emploi et promouvoir l'emploi des jeunes. Ainsi le développement ne dépendra plus du bon vouloir du secteur bancaire.
- Maintenir les efforts sur les marchés émetteurs classiques et explorer de nouveaux marchés dont ceux des pays émergents.


- Accorder plus d'importance au tourisme interne, les voyages à thèmes : Affaires, congrès, le golf, le médical, le tourisme vert, le tourisme solidaire, le tourisme des jeunes étudiants, le 3e âge… Inciter les professionnels à plus de créativité, d'imagination, surtout assurer le bon service avec le sourire. Instaurer une commercialisation incisive et agressive de leurs produits. Eviter le bradage des prix au détriment de la qualité. l'hospitalité Marocaine doit primer. Le qualitatif doit être un préalable pour une meilleure compétitivité de nos entreprises touristiques. Généraliser l'Internet dans l'ensemble du secteur et le paiement en ligne. Les réservations par le web sont incontournables. Le Marketing touristique est la clé de voûte de tous les marchés, de tous les opérateurs et les donneurs d'ordre du secteur. Le patrimoine élément déterminant pour un tourisme équilibré et maîtrisé dans la perspective de la Vision 2020.
- Le tourisme est devenu une industrie moderne qui repose sur les bases d'une stratégie marketing novatrice. Dans toute démarche marketing, il est clairement spécifié de ne jamais perdre de vue la concurrence. Certes, ces règles s'appliquent aux entreprises en quête de performance mais aussi aux départements en charge d'appliquer la politique volontariste du gouvernement en matière de tourisme. La centralisation et la commercialisation globale du produit Maroc par internet deviennent une exigence urgente. L'ONMT vient d'annoncer la création d'une plate forme nationale de réservations par Internet sur son portail officiel. C'est une excellente chose. Bien que ce secteur soit le plus transversal, il faut prendre en compte que le progrès du 21 siècle passe par l'innovation, l'expérimentation, la souplesse et la diversité. Qu'au sein des entreprises, qu'en économie de marché, que face à l'inexorable mondialisation, les entreprises ne peuvent progresser, influencer, compter, qu'à condition de se montrer plus entreprenantes et plus imaginatives, plus novatrices que conservatrices»

 

  source  L ‘Opinion 


Mohamed Rial




Recherche

Météo Agadir

Facebook







Partager ce site


Galerie
THR-Jan_Fev_2016_Magazine1-1
THR-NOV_DEC_2015_Magazine1-1-1
C1_Aout_Sep_15 (2)
Couverture_THR_Nov_Dec_2014 (2)
THR_Couv_01_Sep_Oct
THR-Juillet_Aout_2014_On_Line-1




Galerie
020
019
018
017
016
015
014
013
012
011
005
bateaux